Red Sparrow

De : Francis Lawrence

Avec Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Charlotte Rampling

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Espionnage

Résumé :

Une jeune ballerine, dont la carrière est brisée nette après une chute, est recrutée contre sa volonté par les services secrets russes. Entraînée à utiliser ses charmes et son corps comme des armes, elle découvre l’ampleur de son nouveau pouvoir et devient rapidement l’un de leurs meilleurs agents.
Sa première cible est un agent infiltré de la CIA en Russie. Entre manipulation et séduction, un jeu dangereux s’installe entre eux.

Avis :

Francis Lawrence est un réalisateur américain quelque peu sous-estimé, non pas dans le sens où ses films seraient des chefs-d’œuvre passés inaperçus, mais plus dans le sens où il demeure un bon artisan de cinéma qui, parce qu’il a repris les rênes de la franchise « Hunger Games » à partir du deuxième opus, s’est fait taper sur les doigts, ce qui est dommage, car bien avant « Hunger Games« , il avait réalisé des films comme « Je suis une légende » ou « de l’eau pour les éléphants« . J’irai même jusqu’à mentionner son « Constantine« , qui reste un film que j’aime bien au final.

Donc, après s’être aventuré dans « Hunger Games« , Francis Lawrence nous revient trois ans après et toujours avec Jennifer Lawrence, pour cette fois-ci un film d’espionnage, « Red Sparrow« .

Pour son septième film, Francis Lawrence a décidé de nous offrir un film d’espionnage bien loin de ce qui se fait ces derniers temps. Oubliez donc l’action de folie à la « Mission impossible« , « Atomic Blonde » ou « Jason Bourne« , « Red Sparrow » sera plus sur les sentiers de « La taupe » et c’est tant mieux.

Glacial (et je ne dis pas ça parce que l’intrigue se passe Russie et en Hongrie), violent, sans concession, risqué, complexe, sournois, manipulateur… On n’attendait pas grand-chose du nouveau film de Francis Lawrence et finalement, c’est peut-être bien son meilleur film qu’il nous a livré là.

Dominika était une jeune ballerine du Bolchoi promise au plus brillant des avenirs. Mais malheureusement pour elle, sa carrière s’est brisée après un terrible accident sur scène. Aujourd’hui, Dominika qui vit avec sa mère malade ne sait ce qu’elle va devenir. Son oncle qui travaille pour les services de sécurité du gouvernement, lui propose alors une mission osée et lui promet en échange les soins que sa mère aurait besoin. Dominika tombe dans un piège, et aujourd’hui témoin d’un meurtre, on lui propose d’être recrutée dans les services secrets du gouvernement ou mourir.

« Red Sparrow » est un film d’espionnage qui s’approche bien plus de ce qui se faisait avant. Prenant son temps pour installer aussi bien son contexte que son ambiance, son intrigue, et les étapes du parcours de son personnage principal, Francis Lawrence tient son film à la perfection, même si on pourra toutefois lui reprocher une première partie un peu longuette, mais ce n’est que broutille face au reste et à la qualité du film.

Ce qui est terrible avec cette intrigue, c’est que rien n’est ici laissé au hasard. Comme on s’en doute et comme on le voulait, le film joue la carte des fausses pistes, des faux-semblants et s’amuse avec un certain brio au jeu tendu de la manipulation. Qui manipule qui dans cette histoire ? Plusieurs fois, le récit nous fait changer d’avis, et finalement, on se perd, se laissant emporter par ses personnages, ses complots, ses espions et ses taupes.

Jusque-là, il est vrai que « Red Sparrow« , de ce que j’en dis, n’a rien de plus que ce que d’autres films d’espionnage ont déjà. Mais le petit truc en plus que le film de Francis Lawrence a, et auquel on ne s’attendait pas, c’est sa violence et le réalisme de cette dernière. À plusieurs moments, le film nous entraîne à la limite du glauque et peut nous mettre assez mal à l’aise. On pense bien sûr à toute la formation du personnage de Dominika. Une formation tenue par une Charlotte Rampling saisissante. Ou encore à des scènes d’interrogatoire plutôt musclées. Francis Lawrence ne veut pas lisser son film, quitte à déranger quelque peu son spectateur. Nudité des acteurs, réalisme des blessures, des combats ou même des coups, puis il y a la lenteur de son intrigue, bref.

« Red Sparrow » dégage ce que l’on aimerait voir plus souvent. Il a quelque chose d’osé, se basant plus sur ce qu’il raconte que sur ses scènes d’action. Ici, il y a un contexte (la guerre froide n’est pas finie ?) et l’on prend plaisir à suivre une intrigue, sans tomber dans la surdose d’action. En gros, « Red Sparrow« , c’est un film d’ambiance et d’acteurs.

Et en parlant d’acteurs, « Red Sparrow » est un film qui offre une nouvelle occasion à Jennifer Lawrence de prouver l’étendue de son talent. Après le choc « Mother!« , elle tient-là un rôle loin d’être évident avec lequel la jeune actrice compose à merveille, au point de perdre de manière sournoise son spectateur, et même si elle est accompagnée par un casting de luxe, il est vrai qu’elle tient le film entier sur ses épaules.

Je ressors donc étonné et ravi de ce film d’espionnage, très différent ce que la bande-annonce nous vendait. Surprenant, construit, plein de relief, qui tient son suspens jusqu’à la fin et est tenu par des acteurs au top, Jennifer Lawrence en tête, « Red Sparrow » est une très bonne surprise, doublée d’un coup de cœur.

Note : 16,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net