Le Crépuscule des Dieux

Auteurs : Nicolas Jarry et Djief (Tome 1 à 9) Jean-Luc Istin et Gwendal Lemercier (Tome 0)

Editeur : Soleil

Genre : Fantasy

Résumé :

Albéric, le roi des Nibelungen, a forgé un anneau en or céleste. Un anneau au pouvoir si grand, qu’il est capable de plier toute chose à sa volonté. Wotan, le Père des Dieux, s’en empare afin de libérer la déesse Idunn, gardienne des pommes d’immortalité. Mais gare à la malédiction… Pour apaiser ses effets, Wotan partage la couche d’innombrables femmes mortelles. De ces unions naissent Siegmund et sa soeur, Siegliend, eux aussi porteurs du feu noir de l’anneau…La malédiction des Nibelungen quitte alors la terre des Dieux pour gagner Mannheim, la terre des Hommes. Le destin des Dieux et des Mortels se retrouve irrémédiablement lié.

Avis :

Le Crépuscule des Dieux est une série de 10 tomes, allant du tome 0 au tome 9. Les neufs derniers sont écrits par Nicolas Jarry, et dessinés par Djief alors que le tome 0 est écrit par l’incroyable Jean-Luc Istin, directeur de la collection Soleil Celtic et dessiné par Gwendal Lemercier. Le tome 0 a été publié alors que la série avait déjà commencé. Il est préférable de le lire avant les tomes suivants même si l’histoire se comprend bien sans. De plus, les évènements qui se produisent dans le tome 0 sont résumés dans les premiers tomes de la série. Il reste un vrai plus pour les fans et non une nécessité absolue.

Un Beau Livre (roman dessiné grand format) est également sorti aux mêmes éditions, ainsi qu’un roman écrit par Nicolas Jarry. La lecture des BDs reste un incontournable tant les dessins sont magnifiques et le scénario captivant.

Le Crépuscule des Dieux raconte, entre autre chose, une histoire bien connue des amoureux de la mythologie nordique : celle de Siegfried et Brunhilde, la walkyrie. Cette histoire tragique aurait même inspiré Tolkien pour ses différentes œuvres, étant donné que ces poèmes héroïques et différentes ballades nordiques mettent en scène un anneau maudit, l’anneau des Nibelungen. Un opéra a été également créé en l’honneur de ce couple hors du commun, par Richard Wagner.

L’auteur Nicolas Jarry a choisi de reprendre certains points forts de l’histoire et d’en romancer d’autres, selon son point de vue. Sa version est intéressante et bien tournée. En plus de l’histoire d’amour, on suit également les péripéties des dieux nordiques, leurs doutes, leurs voyages et leurs guerres, et l’on vit aux côtés des différents peuples, comme les vikings, les burgondes, les romains d’Occident et d’Orient. Cela apporte des sous-intrigues aussi prenantes, des références à d’autres passages de l’Edda*, qui parleront davantage à des lecteurs déjà renseignés mais qui restent plaisants pour les autres, et des références historiques sur la montée de la chrétienté et la chute de l’Empire romain.

La série est découpée en deux cycles : l’histoire de Siegfried et Brunhilde est détaillée dans le premier cycle (du tome 0 au tome 6) et la suite des BDs s’intéresse à l’après Ragnarök, le cataclysme qui a ébranlé les 9 mondes portés par l’arbre pilier Yggdrasil. Nicolas Jarry a su nous donner une histoire bien plus riche que la seule histoire d’amour. Effectivement, celle-ci est largement englobée par le thème de la décadence d’Odin et ses conséquences. Ces BDs sont une réflexion sur l’appât du gain, l’attrait du pouvoir et l’égoïsme.

Les personnages du premier cycle sont charismatiques. Brunhilde est une vraie déesse guerrière qui n’hésite pas quand elle doit choisir ceux qui méritent ou non d’aller au Walhalla. Son caractère est celui d’une femme forte mais aussi celui d’une enfant blessée. Ses souffrances et ses doutes deviennent rapidement les nôtres. Siegfried est moins attachant. Il est un combattant acharné, un héros vengeur et facilement manipulé. Il a bon cœur et est prêt à donner sa vie pour les autres et ceux qu’ils considèrent bons.

Les dieux sont bien représentés dans ce cycle et on peut en voir nombre d’entre eux. On hurle au combat avec Donner (Thor) et Tyr, on rugit de haine aux côtés de Fricka qui ne supporte plus les innombrables adultères de Wotan (Odin), on rit de la facilité que possède Loge (Loki) pour évincer ses semblables, on est enchanté par Idunn, la seule à pouvoir cueillir les pommes donnant la jeunesse éternelle**, on est charmé par Baldur et ses poèmes, on est effrayé par l’apparence étrange de Hell, gardienne des Enfers et on compatit au malheur de Njord, le dieu des Vanes, ennemis de la famille des Ases dirigée par Odin.

Le cycle suivant nous plonge davantage dans l’Histoire. Un des personnages principaux fait en effet parti de l’Empire roman d’Orient (du côté de Byzance). Les questions d’ordre religieux et politique sont bien plus souvent abordées dans ces tomes que dans les précédents. Le côté mystique de la mythologie nordique reste tout de même présent avec la présence notamment des Nornes, ces femmes qui peuvent influer sur la destinée, avec le rôle des derniers descendants d’Odin qui auront un rôle essentiel à jouer dans la reconstruction du monde et avec la compagnie de nombreux elfes, créatures magiques et autres monstres divins toujours en vie.

Ces BDs sont une ode à la mythologie nordique. Le lecteur y apprendra beaucoup sur le Ragnarök, le panthéon divin et les 9 mondes. Il pourra s’émerveiller devant les dessins et les traits de crayons magiques de Djief qui nous offre un visuel saisissant qui embellit les mots de Nicolas Jarry, toujours aussi poétique et juste dans ses descriptions idéologiques, philosophiques et mystiques.

La complexité de l’histoire est telle qu’on ne s’ennuie pas. Les nombreux personnages ont tous leur importance même si cela ne se voit pas de suite. L’auteur laisse la même place à chacun de sorte que dans un même tome, le lecteur voyage beaucoup, changeant de monde et de couleurs d’une page à l’autre. Ces contrastes forts donnent une force insoupçonnée au récit, aux dessins et à la série toute entière. Le Crépuscule des Dieux est un incontournable de la collection Soleil Celtic, catégorie Légendes nordiques.

Note : 20/20

* Récits de mythologie nordique

** Les dieux nordiques ne sont pas immortels

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net