Five Finger Death Punch – The Wrong Side of Heaven and the Righteous Side of Hell Volume 1

albume-artwork

Avis :

On dit souvent que la gloire est éphémère et il n’y a rien de plus vrai. Il suffit de voir les tonnes de chanteurs de pacotille ou de groupes qui n’espèrent faire qu’un tube de l’été pour briller et avoir son quart d’heure de gloire. Du coup, on a souvent tendance à dire que les groupes qui durent sont les plus talentueux, comme Metallica, Ac/Dc ou encore les Rolling Stones. Mais que peut-on dire des groupes qui ont une ascension fulgurante auprès d’un public spécialisé et qui ne retombe pas depuis maintenant 8 ans ? C’est un peu le cas de Five Finger Death Punch. Le groupe est tout récent puisqu’il s’est formé en 2005 autour du guitariste Zoltan Bathory. Le musicien s’entoure de Ivan Moody au chant (anciennement Motograter), du batteur du groupe W.A.S.P Jeremy Spencer, du bassiste Matt Snell et du guitariste Jason Hook en 2007. Leur premier album, the Way of the Fist sort en 2007 et fait un carton. Il se hisse à la première place du Heatseeker américain, notamment grâce au tube the Bleeding. Ils entament alors une tournée avec des groupes comme Korn, Slipknot ou encore Machine Head (des petits groupe quoi !)). Leurs deux autres albums sont aussi salués par la critique et Five Finger Death Punch devient un groupe incontournable de la scène métal. Ils reviennent alors cet été avec un nouvel album au nom long comme un tatouage autour du sein de Lolo Ferrari (ou de ma bite !) et qui marque le premier volume d’un duo. Alors que vaut ce skeud ?

L’album s’ouvre sur l’une des meilleures chansons du skeud. Lift me Up est le premier tube de l’album et il s’offre un featuring de fou avec Rob Halford, le chanteur charismatique de Judas Priest. Le morceau est tout simplement addictif. Alternant des couplets rapides, sanglants et avec une rythmique ultra rapide, il pose un refrain entêtant qui rentre en tête au bout de deux écoutes et qui ne nous quitte plus. Un morceau décapant sublimé par le solo de guitare de Zoltan Bathory. La suite sera plus calme sur le début, mais va vite partir dans une énergie débordante et puissante. Watch You Bleed s’écarte du premier titre car il est plus violent malgré un refrain très efficace. Avec un groupe de métal, on pourrait croire que chaque morceau se ressemble dans la rythmique, et pourtant, ce n’est pas du tout le cas avec ce skeud. You, la troisième piste se rapproche d’un morceau de hip-hop avec une sonorité d’une grande violence. Le mélange est excellent et fournit là l’un des morceaux les plus réussis du skeud. On retrouvera aussi dans cet album un morceau qui se rapproche complètement du hardcore que propose habituellement un Hatebreed avec Dot Your Eyes, ultra rapide et très puissant. On peut aussi se jeter sur un mélange de rap et de métal plus frappant avec Mama Said knock You Out en duo avec Tech N9ne. Bien entendu, le groupe n’oublie pas pour autant les ballades qui font le charme des groupes de métal américains comme Killswitch Engage par exemple. Ainsi, Wrong Side of Heaven et M.I.N.E (End This Way) donne des frissons par leur mélancolie et leur maîtrise technique qui n’en font pas des morceaux gnangnan mais des morceaux puissants et forts. Bien entendu, certains morceaux sont un poil en dessous comme Anywhere But Here, qui fait un peu trop pop, mais le reste est relativement excellent. On peut apprécier tout le talent de Zoltan Bathory lors de solos de guitare hallucinants, alliant parfaitement moments calmes et morceaux ultra rapides. Jeremy Spencer n’est pas en reste à la batterie. Bref, c’est du tout bon.

Five-Finger-Death-Punch

Le plus impressionnant dans le groupe, outre sa capacité à se diversifier dans un seul album et de proposer une technique hallucinante, c’est le chant d’Ivan Moody. Le monsieur est capable d’être un growleur impressionnant sur certains morceaux comme Burn MF ou encore I.M Sin et de proposer dans la même chanson, un chant clair d’une beauté incroyable. Rares les chanteurs à pouvoir faire cela avec sa voix, hormis peut-être Corey Taylor avec Slipknot et Stone Sour. Sa voix est tellement belle qu’elle sublime des morceaux déjà géniaux comme Diary of a Deadman ou encore M.I.N.E (End This Way). Il s’adapte aussi parfaitement à des morceaux très rapides comme sur You où l’on frôle le rap en version growleur. Les duos dans le skeud sont excellents, notamment avec une reprise de I.M Sin avec Max Cavalera et une autre de Dot Your Eyes avec Jamey Jasta, le leader de Hatebreed. Tout cela est vraiment excellent et force l’admiration et le respect.

Au final, The Wrong Side of Heaven and the Righteous Side of Hell Volume 1 est un album ultra puissant et d’une richesse incroyable. Surpuissant sur certains morceaux et d’une beauté qui force le respect sur d’autres, le groupe continue sur sa lancée, montrant qu’il est l’un des plus grands groupes de métal du moment. En plus, dans son extrême générosité, le groupe fournit un concert live dans la version luxe. Album de l’année ? Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, le second volume sort cet automne et on l’attend de pied ferme !

  1. Lift me Up feat Rob Halford of Judas Priest
  2. Watch You Bleed
  3. You
  4. Wrong Side of Heaven
  5. Burn MF
  6. I.M Sin
  7. Anywhere But Here feat Maria Brink
  8. Dot Your Eyes
  9. M.I.N.E (End This Way)
  10. Mama Said Knock You Out feat Tech N9ne
  11. Diary of a Deadman
  12. I.M Sin feat Max Cavalera
  13. Anywhere But Here Duet With Maria Brink
  14. Dot Your Eyes feat Jamey Jasta of Hatebreed

Note: 18,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

MickeyNote de Mickey: 18/20 Un des meilleurs albums de l’année!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net