La Chasse aux Sorcières

Titre Original : The Crucible

De : Nicholas Hytner

Avec Daniel Day-Lewis, Paul Scofield, Winona Ryder, Joan Allen

Année: 1997

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Adaptation de la pièce d’Arthur Miller « les Sorcières de Salem », écrite en réponse à l’hystérie anti-communiste suscitée par la Commission des activités anti-américaines et la croisade du sénateur McCarthy, dont l’auteur eut à souffrir. L’histoire : les bigots du petit village de Salem ne supportent pas que les jeunes filles de la région se réunissent dans les bois alentours pour danser. Ces innocentes assemblées vont, avec la rumeur, devenir subversives et devenir des orgies sataniques.

Avis:

Nicholas Hytner est un petit réalisateur britannique que j’aime tout particulièrement, parce qu’il a réalisé l’une de mes comédies romantiques préférées, « L’Objet de mon affection« , film qui voyait une très jolie collocation entre Jennifer Aniston et Paul Rudd.

La petite carrière de Nicholas Hytner est parsemée de jolies comédies qui sans révolutionner quoi que ce soit, ont le mérite d’être efficaces et attachantes et c’est au milieu de ces comédies que le réalisateur s’est initié au drame.

Un seul et unique drame, qui s’avère être l’adaptation d’une pièce d’Arthur Miller, « Les sorcières de Salem« . Procès éminemment connu à travers l’histoire, le procès des sorcières de Salem est l’un des faits marquants de l’histoire coloniale américaine et bien entendu, le cinéma s’est plus d’une fois emparé du sujet.

Pour nous raconter cette sombre période, Nicholas Hytner a décidé d’adapter la pièce d’Arthur Miller, et si je n’ai jamais vu la pièce de Miller, le film de Nicholas Hytner, en plus d’être une belle et bonne surprise, a des allures de pièce de théâtre plus que bien vu. Conquis par ce drame romanesque et injuste, « La chasse aux sorcières » demeure un film plaisant et injustement oublié.

Salem, une petite ville perdue dans le Massachusetts en 1692. Dans les bois, des jeunes filles, au petit matin, s’amusent à la sorcellerie. Découvertes et dénoncées par un curé, les jeunes filles vont alors se lancer dans un mensonge qui n’aura aucune limite.

« La chasse aux sorcières » est un bon film qui tiendra plus par ce qu’il nous raconte, que de par comment il le raconte. Avant d’en venir à cette histoire, très bien retranscrite et tenue de bonnes manières par ses comédiens, j’ai envie de m’arrêter sur le « comment » Nicholas Hytner nous raconte cette histoire et c’est peut-être là que le film est le plus faiblard.

Si la reconstitution de son époque est sublime, si le réalisateur a très bien su monter son film, ce qui fait qu’on ne verra pas ces deux heures passer, on ne peut s’empêcher d’être quelque peu déçu face à une réalisation efficace, mais dont il lui manque le truc en plus pour être incroyable. Avec une histoire qui aborde « Les sorcières de Salem », on s’attendait à quelque chose qui marque les esprits, dégageant un sacré caractère, allant du mal à l’aise au terrifiant. Mais malheureusement, l’ambiance, sans être mauvaise, ne sera jamais le bouleversement qu’elle aurait dû être, ce qui est vraiment dommage. Il y aura bien quelques instants oppressants, mais ça restera loin de ce en quoi l’on était en droit d’espérer.

Mais bon cela ne fait pas non plus de cette « … chasse aux sorcières » un mauvais film. C’est même tout le contraire, puisque le film de Nicholas Hytner est bon, intéressant, prenant, et même révoltant. L’intrigue est soutenue, et l’on aime plonger dans cette ville littéralement possédée par le démon. Un démon au visage d’ange, celui d’une Winona Ryder parfaite dans la peau d’une jeune fille ambiguë, qui se laisse dépasser par les évènements.

Malgré le manque d’ambiance, Nicholas Hytner arrive toujours à nous donner l’envie d’aller plus loin. Le réalisateur pique notre curiosité et c’est bien ainsi. On notera d’excellentes scènes de procès, complétement invraisemblables, tout comme on notera la justesse de la mise en images et du propos religieux, ne tombant pas dans le piège facile de la caricature, avec ces extrémistes religieux prêt à tout croire pour purifier la ville du malin qui s’est installé dans le cœur des hommes et des femmes de Salem. « La chasse aux sorcières« , c’est aussi une excellente reconstitution de la façon de penser de l’époque et c’est entre agacement, révolte et émotion, qu’on aime suivre ce film. Un film qui est de plus emporté par des comédiens excellents. Daniel Day-Lewis et Joan Allen sont magnifiques et forment un couple sublime. Winona Ryder est magique, et la pléiade de seconds rôles sont tous à leurs places.

Bref, entre fait historique, religion, politique et sentiment amoureux, « La chasse aux sorcières » demeure un bon film malgré ses imperfections. Si dans sa forme, il reste quelque peu décevant, et aurait amplement mérité d’être plus percutant et révoltant, dans son fond, il est réussi et touchant. Et le petit côté pièce de théâtre est un joli plus. Bref, une belle découverte.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net