L’Ombre du Mal

Titre Original : The Raven

De : James McTeigue

Avec John Cusack, Luke Evans, Alice Eve, Brendan Gleeson

Année : 2012

Pays : Etats-Unis, Espagne, Hongrie

Genre : Thriller

Résumé :

Edgar Allan Poe n’aurait jamais imaginé qu’un de ses « admirateurs » serait assez fou pour recréer les horribles crimes nés de ses délires littéraires ; assez pervers pour l’obliger à devenir son biographe et à narrer par le menu ses sanglants exploits, mis en scène avec une précision diabolique ; assez cruel pour lui enlever la femme de sa vie et l’ensevelir en lui laissant tout juste quelques heures pour la sauver… Pour un écrivain, rien n’est plus troublant que de voir ses fictions prises au pied de la lettre, et ses personnages de fiction s’incarner dans le monde réel. Mais pour l’auteur des « Histoires extraordinaires », l’enjeu est de retrouver au plus vite son « double » démoniaque pour éviter de sombrer lui-même dans une folie sans retour…

Avis :

Durant le XIXème siècle, de nombreux écrivains sont encore dans l’anonymat et leurs œuvres ne seront considérées comme des chefs-d’œuvre que bien des années après leur mort. On peut bien évidemment citer H.P. Lovecraft, qui est l’exemple le plus flagrant, mais il ne faut pas oublier aussi Edgar Allan Poe. Si le genre fantastique et glauque réunit ces deux auteurs, on pourrait presque dire que déjà, à cette époque, le genre est dénigré, voire même moqué. Mais qu’importe, l’important, c’est que ces deux écrivains de génie furent réhabilités, même s’ils n’ont pas connu la notoriété (ce qui n’est pas plus mal pour eux quand on prend conscience de leurs égos démesurés). Alors bien évidemment, des vies comme ça, ça alimente les fantasmes et permet de rêver sur leur façon de vivre. Mais si certaines de leurs œuvres furent portées sur les écrans, il n’en est pas de même sur leur vie ou sur une histoire qui ont impacté leur vie. C’est le choix qu’a fait James McTeigue avec L’Ombre du Mal, qui a voulu mélanger le thriller avec la fin de vie de Poe, qui reste à ce jour encore un mystère. Le résultat est-il intéressant ? Pas vraiment, même si ce n’est pas une purge.

James McTeigue est un réalisateur qui semble n’avoir eu qu’un seul coup d’éclat avec son premier long, V Pour Vendetta. Il faut dire qu’il était chapeauté par les frères (sœurs ?) Wachowski et que pour le coup, le rendu était percutant. Mais chassez le naturel, il revient au galop et on s’est vite rendu compte de l’incapacité du cinéaste à gérer des films tout seul. Ninja Assassin était une belle purge, où le sang digital faisait éclater nos rétines, en plus d’une histoire branlante et d’une réalisation trop clipesque. Bref, James McTeigue n’a pas su confirmer son premier essai, et ce n’est pas avec L’Ombre du Mal qu’il va renouer avec le succès. Il faut dire que si la direction artistique est assez intéressante, lorgnant parfois du côté de la Hammer avec les rues brumeuses de Londres, on ne peut pas dire que le bon goût soit au service du métrage. Encore une fois, le faux sang fait mal aux yeux, certains moments semblent complètement factices et la narration est purement et simplement linéaire. Si les meurtres s’inspirent des romans de Poe, leur mise en images n’est pas à la hauteur de nos espérances, en témoigne le moment référence à The Pit and the Pendulum, qui aurait pu être beaucoup plus viscéral. On peut donc dire que du côté mise en scène, ce n’est pas la joie et on flirte souvent avec le mauvais goût.

Mais finalement, L’Ombre du Mal n’est pas si mauvais que l’on pourrait le croire. C’est juste que le film souffre de beaucoup de manque. L’intrigue n’est pas très intéressante. Elle se suit sans réel déplaisir, mais le spectateur se sentira exclu de l’expérience, car il ne participe pas vraiment à l’enquête. Les éléments s’enchainent, les meurtres se succèdent, le tueur demeure inconnu, mais finalement, on s’en fout un peu. D’autant plus que le film essaye de mettre l’accent sur les différentes nouvelles écrites pas l’écrivain, mais si l’on ne connait pas les histoires d’Edgar Allan Poe, tout cela n’a qu’un sens très limité. Mais c’est surtout ce manque de souffle, d’envergure à l’histoire qui fait que l’on ne se passionnera pas pour le présent film. C’est assez lent, c’est très souvent surjoué (un comble pour Brendan Gleeson par exemple, et c’est de notoriété publique pour John Cusack) et le final demeure très classique.

L’autre point un peu décevant de ce film, c’est qu’il ne rentre pas vraiment dans la psyché de l’écrivain. On aura quelques moments qui pointent du doigt la difficulté du métier d’écrivain, qui doit souvent se prostituer au journal pour être publié, donnant au public ce qu’il a envie de lire et non pas ce qu’il a besoin. On retrouve les mêmes problèmes qu’aujourd’hui avec l’art, à savoir des critiques imbus d’eux-mêmes qui pensent détenir la vérité sacrée en matière de goût. Malheureusement, tous ces petits passages sont vite survolés et ne profitent pas à l’intrigue. Hormis quelques réflexions sur le métier ou encore sur l’inspiration néfaste que peut avoir certains écrits sur des psychopathes reproduisant les meurtres des livres, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent et nous sommes face à un thriller basique, avec un joli casting, quelques jolis moments, puisque le métrage a quand même un budget intéressant, mais rien de bien mirobolant.

Au final, L’Ombre du Mal est un film qui ne laissera pas une empreinte indélébile sur le cinéma. Un peu mou du genou, souvent mal foutu, avec une direction artistique parfois douteuse, le présent film ne marque pas, que ce soit par son intrigue ou par sa mise en scène. Il est aussi dommage que les troubles d’égo de l’écrivain ne soient pas plus mis en avant, la faute à une narration linéaire et des relations entre personnages très plates. Bref, un film très moyen, qui manque d’impact, ne sachant que choisir entre un film noir et glauque et un policier classique et tranquille.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net