septembre 28, 2020

Le Jour de mon Retour – Petite Balade en Bateau

Titre Original : The Mercy

De : James Marsh

Avec Rachel Weisz, Colin Firth, David Thewlis, Ken Stott

Année: 2018

Pays: Angleterre

Genre: Drame

Résumé:

En 1968, Donald Crowhurst, un homme d’affaires anglais, passionné par la voile, est au bord de la faillite. Pour sauver son entreprise et vivre l’aventure dont il rêve depuis toujours, il décide de participer à la première course à la voile en solitaire pour remporter le grand prix. Soutenu par sa femme et ses enfants, il se lance alors dans cette incroyable odyssée à travers les mers du monde. Mais mal préparé et face à lui-même, Crowhurst rencontre très vite de graves difficultés…

Avis :

James Marsh est petit réalisateur britannique qui ne fait pas vraiment de bruit et pourtant, on peut dire que sa carrière se porte très bien, puisque le réalisateur nous offre régulièrement de nouveaux films et de bons films à nous mettre sous la dent. On était resté en 2015 avec son bouleversant « Une merveilleuse histoire du temps » qui avait vu offrir l’Oscar du meilleur acteur pour Eddie Redmayne. Entre temps, le réalisateur avait fait un arrêt sur l’une des meilleures mini-séries qu’on ait eu l’année dernière, « The Night Of« .

Et voici que trois ans plus tard, James Marsh est de retour pour nous conter l’histoire vraie de Donald Crowhurst, un Monsieur tout le monde qui, en 1968, s’est lancé sans grande préparation dans la première course du tour du monde en solitaire sans escale.

L’histoire est belle et il est vrai qu’il y avait matière à faire un joli film, mais James Marsh n’arrive malheureusement jamais vraiment à nous passionner devant ce drame, qui se transforme peu à peu en un mélo quelque peu pompeux et longuet, et c’est bien dommage, car son film, en plus d’avoir de bons ingrédients au départ, est soutenu par tout le gratin du cinéma britannique.

1968, Donald Crowhurst est un modeste chef d’entreprise. La prime pour le gagnant est très attractive, et l’idée d’être le premier à réaliser cet exploit et d’être célèbre ne lui déplaît absolument pas. Mais son périple va être très loin de se passer comme il l’avait prévu.

« Le jour de mon retour » est donc l’histoire vraie d’un homme plein d’ambition, de passion et d’espoir, qui s’est tristement pris la réalité en pleine face et n’est finalement jamais revenu de son périple. Partant avec cette intrigue, et connaissant le talent de James Marsh, on s’attendait à être pris dans une grande aventure humaine ou la souffrance, allant presque chercher du côté de la folie, serait palpable, étouffante et bien entendu bouleversante, surtout que le cinéma a pris une pointure pour jouer son Donald Crowhurst en la personne de Colin Firth. Mais même si le film fonctionne et qu’il se suit sans déplaisir, « Le jour de mon retour » est très loin de ce qu’il aurait pu et dû être.

Drame et mélo trop gentillet, James Marsh, alors qu’il tient tous les ingrédients pour nous marquer, n’arrive jamais à nous toucher par ce destin brisé. On suit ce drame avec une distance, restant en permanence dans l’attente d’une véritable émotion. « Le jour de mon retour » donne l’impression que James Marsh ne sait pas vraiment quoi faire de cette aventure. Parfois, il va en faire trop, alors que ce n’est pas forcément nécessaire et d’autrefois, alors que cela aurait dû être bouleversant, le réalisateur manque le coche, comme s’il était passé à côté de quelque chose. À aucun moment on ne ressent vraiment ce dilemme dingue qui s’impose à son personnage et ça, alors même qu’il est plus qu’évoquer. Le réalisateur passe aussi à côté de la folie qui grignote son personnage.

Et ce ressenti est encore plus frustrant parce que « Le jour de mon retour » est bien fait. Le film nous offre de belles images, des séquences prises seules plutôt bien réussies. Il est aussi doté d’un très beau casting, Colin Firth (qu’on a connu en meilleure forme), Rachel Weisz, David Thewlis, Andrew Buchan. On notera que le seul personnage réellement envoûtant et émouvant est celui incarné avec talent par Rachel Weisz qui trouve parfaitement la distance et la justesse.

« Le jour de mon retour » est donc un film qui se suit sans déplaisir sur l’instant, mais qu’on quitte avec frustration, car il est loin du drame qu’il aurait dû être. Parfois pompeux, d’autrefois maladroit, laissant l’impression de passer à côté de quelque chose et le tout servi avec de petites longueurs… Reste alors Rachel Weisz, de belles images, et une aventure perdue en mer qui se regarde, comme n’importe quel autre film oubliable. Bref, c’est bien dommage.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.