Hurricane

Titre Original : Hurricane Heist

De : Rob Cohen

Avec Toby Kebbel, Maggie Grace, Ryan Kwanten, Ralph Ineson

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Profitant du plus gros ouragan ayant jamais touché les Etats-Unis, une équipe de braqueurs d’élite infiltre la plus grande réserve de billets des États-Unis. Leur objectif : un braquage exceptionnel de 600 millions de dollars. Dans la ville désertée, Casey, une des convoyeuses de fond, et Will, un météorologiste de génie, vont devoir unir leurs forces en utilisant les connaissances de Will pour survivre au milieu de cette « tempête du siècle » et empêcher ces voleurs impitoyables de parvenir à leurs fins.

Avis :

Rob Cohen est un petit réalisateur américain qui n’a jamais eu de prétention. Son but, divertir avec de petits films d’action funs. Ainsi, c’est lui qui ouvre par exemple la franchise « Fast & Furious« . C’est à lui que l’on doit les films « Daylight » (film avec Stallone que j’adore), « xXx« , « The Skulls, société secrète« , ou encore « Cœur de dragon« . Comme vous pouvez le constater, la filmographie de Rob Cohen n’est pas ce que le cinéma a fait de mieux, mais elle vaut parfois son coup d’œil. Et ce coup d’œil, il vaut d’être jeté sur la dernière bêtise de Rob Cohen, « Hurricane« .

« Hurricane » est un film d’action à l’intrigue complétement absurde qui ne peut être prise au sérieux. Lorgnant génialement sur le nanar de luxe, « Hurricane » est con, grossier, ça ne tient pas debout, c’est bien souvent mal filmé et on ne parlera même pas des acteurs qui en font des caisses. Mais malgré tout ça, « Hurricane » est une farce dont la générosité en action et autres conneries (son ouverture est magique !) fait que l’on reste plutôt indulgent et surtout l’on s’amuse devant et ça, c’est déjà pas mal du tout.

Des braqueurs vont profiter d’un ouragan qui est de passage pour braquer une réserve fédérale. Le butin est de six cents millions de dollars. Tout était planifié à la perfection, mais c’était sans compter sur l’agent Casey, une convoyeuse de fond plus que tenace, qui n’est pas près de laisser ses billets verts filer. Elle pourra alors compter sur deux frères, l’un météorologue, et l’autre garagiste…

Envie d’un film d’action con comme pas permis ? Envie d’un scénario qui n’existe pas ? Envie d’acteurs en totale roue libre ? Envie d’un film qui frôle le nanar et devant lequel on laisse son cerveau très loin de ses connections ? Alors ne cherchez plus, voici « Hurricane » sorte de « Twister » remixé à la « Fast & Furious« , le tout servi avec générosité.

Il y a des films comme ça, qui enchaînent les fautes de goût, les improbabilités et les grossièretés et qui pourtant nous font passer un bon moment et « Hurricane » est pile de ceux-là, et pour s’en assurer, il n’y a qu’à voir sa scène d’ouverture qui marquera les annales, tant elle est assez énorme en son genre.

Doté d’un scénario qui n’est là que pour justifier des effets spéciaux très loin de convaincre, (franchement, c’est parfois très laid), « Hurricane« , c’est un jeu du chat de la souris improbable, perdu dans une ville déserte, avec des vents à plus de trois cents kilomètre/heure. Au programme de votre soirée, tempêtes, fusillades, tsunami, tornades à l’échelle d’un état, explosions, fusillades, punchlines qui déchirent et un final abracadabrantesque.

Le tout est servi par des acteurs qui en font bien trop pour notre plus grand plaisir et plus particulièrement les pourris de cette folle histoire. Oui, Toby Kebbell et Maggie Grace sont relativement sages, on ne pourra pas en dire autant de Ralph Ineson et Ben Cross qui sont tellement possédés par leur rôle que c’en est génial.

Bref, « Hurricane » est une bêtise devant laquelle on s’éclate de bout en bout. Démesuré, avec une intrigue qui ne tient en aucun moment la route, doté de personnages sans profondeur, franchement le film vaut le coup d’œil pour ceux qui ont envie de s’amuser et d’apprécier une farce, car ce film n’est qu’une farce bien jouissive, qui na d’autre prétention que d’amuser et de divertir, un peu comme la plupart des films de Rob Cohen.

Et rien que pour les petits rires que j’ai eu devant des mecs qui se servent d’enjoliveurs comme projectiles, ou encore l’ouverture du film, ou la scène du centre commercial (je vais m’arrêter là), j’ai envie de dire : Merci Rob Cohen pour la connerie, j’ai bien ris !

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net