octobre 29, 2020

Mr. Big – Defying Gravity

Avis :

On a souvent tendance à croire que les supergroupes, c’est un phénomène de mode, que c’est récent et que ça ne dure qu’un temps. On peut citer en vrac Chickenfoot, Them Crooked Vultures ou encore Black Country Communion, mais ce serait très réducteur de s’arrêter à ces années-là. En effet, les supergroupes existent depuis les années 60 avec des formations tels que Cream ou encore Cosby, Stills, Nash and Young. Mr. Big se place entre les deux années. C’est-à-dire que la formation prend vie à la fin des années 80 autour de l’ancien bassiste de Steve Vai et du guitariste de Racer-X. C’est en 1988 que le groupe sort son premier album et ce ne sera pas un succès retentissant aux Etats-Unis. Par contre, le succès sera bien présent au Japon (ce qui fera que Mr. Big aura une très forte notoriété au pays du soleil levant). La percée aux Etats-Unis se fera avec le deuxième album, Lean Into It, en 1991 et le groupe va surtout se faire connaître pour quelques singles et notamment quelques ballades qui vont avoir leurs heures de gloire. Mais fin 2001, le groupe se sépare à cause de différends, mais aussi de projets solos qui prennent de plus en plus de place. Ce n’est que sept ans plus tard que les membres se réunissent pour refaire plusieurs albums. Defying Gravity est donc le neuvième effort de ce supergroupe, et même si la surprise n’est pas présente, ça fait plaisir d’entendre un rock pur, sans fioriture, avec quelques teintes bluesy de nos jours.

Le skeud débute d’ailleurs avec un morceau qui est très rock mais qui n’oublie pas ses racines blues. Open Your Eyes démarre avec un bon gros riff bien rock, voire même hard rock, et cela met directement dans l’ambiance. C’est au niveau du couplet que le morceau change un peu de direction pour aller vers un blues rock qui permet au chanteur de poser un peu plus sa voix. Dans sa globalité, le titre est plutôt bon et donne envie d’aller vers la suite, même s’il reste très classique dans sa structure avec l’éternel couplet/refrain/couplet/refrain/solo/refrain. Bien évidemment, cela marche du tonnerre, mais on remarquera vite que c’est un peu la ritournelle de l’album, qui propose de bons albums, mais où rien ne sera vraiment marquant. Pire, certains titres seront vite oubliable, comme par exemple Defying Gravity, qui est pourtant le titre éponyme de l’album, Nothin’ Bad (‘bout Feelin’ Good) qui est certainement le morceau le plus faible de l’album, ne sachant pas du tout se placer entre ballade et moment un peu plus rock, ou encore Forever and Back qui ressemble à s’y méprendre à du Bon Jovi. Bref, même si ça reste relativement convenable au niveau de la technique, on ne peut s’empêcher d’y voir de la facilité et c’est dommage… D’ailleurs, il y aura même un titre qui pourrait s’apparenter à du plagiat, du moins à son départ, c’est She’s All Coming Back to me Now, et c’est assez flagrant.

Cependant, tout n’est pas à jeter dans cet album et certains titres sont assez accrocheurs. Soit parce qu’ils ont une portée très bluesy, soit parce qu’ils sortent du lot avec des riffs plus puissants. On peut par exemple citer Everybody Needs a Little Trouble, qui est un morceau très rock, avec une rythmique très marquée et qui donne immédiatement envie de bouger. C’est très festif et on est presque dans un glam rock avec un refrain intéressant et très joyeux. On peut aussi évoquer Mean to Me, qui est un morceau qui lorgne plus du côté du hard rock, voire même du métal au niveau de la rapidité des riffs, et qui est certainement l’un des titres les plus lourds de l’album. Alors tout reste relatif bien évidemment, mais ça fonctionne très bien et cela montre que le groupe est capable de varier les compositions et les styles. Dans le même style, mais un peu plus prog, il y a 1992, qui est peut-être le meilleur titre de l’album. C’est puissant, maîtrisé et on a de suite envie de chanter les paroles du refrain, preuve de la réussite du morceau. Enfin, difficile de passer à côté de Be Kind, qui est tout simplement un titre de blues rock, parfaitement exécuté, clôturant cet album de la plus belle des manières.

Au final, Defying Gravity, le dernier album du supergroupe Mr. Big, est une galette fort sympathique, qui ne manque pas d’entrain et de variations, mais qui possède aussi quelques scories. En effet, au bout de plusieurs écoutes, un ennui pointe le bout de son nez et on se rend vite compte que l’album ne contient que peu ou pas de surprises, répétant bien souvent les mêmes recettes pour essayer de contenter les fans. Néanmoins, il n’y a pas péril en la demeure, l’album fait le taf et même si cela aurait pu être bien mieux, il reste de très bonne facture.

  1. Open Your Eyes
  2. Defying Gravity
  3. Everybody Needs a Little Trouble
  4. Damn I’m in Love Again
  5. Mean to Me
  6. Nothing Bad (‘bout Feelin’ Good)
  7. Forever and Back
  8. She’s All Coming Back to me Now
  9. 1992
  10. Nothing at All
  11. Be Kind
  12. Defying Gravity (Radio Edit)

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.