octobre 18, 2021

The Dark Knight Strikes Again

img_comics_5191_batman-the-dark-knight-strikes-again

Résumé :

Trois ans après sa dernière horde sauvage, Bruce Wayne se fait passer pour mort afin de planifier sa contre-attaque. Face à un gouvernement corrompu, favorisant l’apathie et prônant l’obéissance aveugle, Batman rassemble les membres disparus de la Ligue de Justice. Ensemble, ils mènent une vendetta contre les dirigeants de ce régime et celui qui les protège… Superman !

Avis :

Dans chaque domaine culturel, il y a des personnes qui se démarquent par un travail hallucinant ou par des œuvres qui sont devenues cultes au fil du temps et des ans. Dans le cinéma, on peut aisément citer des réalisateurs comme Peter Jackson, Steven Spielberg ou encore James Cameron. Mais quand on interroge les gens sur ceux qui ont marqué la bande dessinée, un nom revient sans cesse, celui de Frank Miller. Il faut dire que bon nombre de ses récits se sont vus adaptés au cinéma comme 300, Sin City ou encore The Spirit. Mais cet auteur prolifique a aussi travaillé sur le plus sombre de tous les justicier, j’ai nommé Batman. Après avoir revu et corrigé ses origines avec l’énorme Batman Année Un, Miller donne une dimension anarchique au héros avec The Dark Knight Returns, un monument du comic. Il revient bien des années plus tard sur une suite, The Dark Knight Strikes Again et on sent que tout cela a été réfléchi pour fournir un travail d’une grande qualité. Allons voir de plus près de quoi il en retourne.

DK2-1

Le scénario est volontairement sulfureux et résolument punk. Il s’agit d’une suite directe à The Dark Knight Returns, où l’on avait laissé Bruce Wayne pour mort. Pendant ce temps de tranquillité, il a fomenté un coup d’état pour renverser le gouvernement en place et son protecteur, Superman. Mais cela n’a rien d‘étonnant, si la paix règne, ce sont deux grands méchants qui ont pris le pouvoir insidieusement et qui force l’obéissance à son peuple. Ainsi, on va voir que Batman a pour but de libérer les anciens de la Ligue des Justiciers pour sauver Metropolis de Lex Luthor et Brainiac. On va vite comprendre aussi que Superman est contraint de les aider, car ils détiennent en leur pouvoir de quoi marchander avec lui. Profondément ancré dans une société qui pourrait être la nôtre, Frank Miller va montrer les dérives des êtres humains et leur réticence envers ceux qui les aide. On pourra donc voir que les terriens préfèrent se concentrer sur un trio de nanas qui chantent plutôt que sur une guerre imminente. On pourra aussi voir les dérives de la télévision, voulant toujours faire du sensationnel ou du vulgaire, comme le prouve cette émission où le journal est présenté nu. Bref, Miller reprend les mêmes thèmes que pour son précédent volume, mais il est inclut de manière encore plus grossière, afin de se rendre bien compte de l’abrutissement du peuple au travers des médias ridicules. On retrouvera aussi les doutes de Superman et ses doutes face à Batman, car il le perçoit comme une menace sur l’équilibre des choses et surtout un danger pour sa lignée. Ainsi, les enjeux sont doubles et le scénario se veut très intelligent et subversif. D’ailleurs, pour le contexte politique, il se rapproche d’un V pour Vendetta d’un certain Alan Moore, avec un président complètement fictif manié par deux ordures. La fin réserve son petit lot de surprise en ajoutant un personnage assez secondaire mais dont on ne sera l’identité que vers les dernières pages. Bref, on est face à quelque chose de très bon et de très intelligent.

Au niveau du dessin, c’est une autre paire de manches. On est bien loin des qualités graphiques d’autres dessinateurs comme Leinil Francis Yu (Superman Les Origines). Les traits de Frank Miller sont très anguleux et certains dessins sont relativement laids. Néanmoins, il y a une marque de fabrique très intéressante et on reconnait la patte de son auteur. Certaines planches sont assez jolies comme le portrait de Wonder Woman ou encore le nouveau costume de Flash. Un soin particulier est amené à Batman mais aussi à Catgirl, formant le duo de choc. On retiendra aussi les méchants, notamment Lex Luthor qui a un aspect simiesque assez bizarre rappelant par moment Le Caïd de l’univers Marvel. On peut aussi voir des références au grand ennemi de Batman, alias Le Joker avec une présence bizarre, loufoque mais qui n’est pas lui et cela pour une bonne raison. Bref, au niveau du dessin, il faut s’habituer car c’est très particulier, mais cela s’allie parfaitement avec le scénario punk de Frank Miller.

The Dark Knight Strikes Again 02-07

Au final, The Dark Knight Strikes Again est encore une fois une magnifique œuvre organisée par Frank Miller. Le scénario travaillé, anarchiste et résolument sulfureux offre un plaisir de lecture incroyable et intelligent. Seuls les dessins peuvent sembler gênants de prime abord, mais s’accordent parfaitement à l’histoire et au style du célèbre dessinateur et scénariste. Bref, il s’agit là d’un must-have en matière de comics !

Note : 17/20

par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.