octobre 28, 2020

Ghosts of Mars

De : John Carpenter

Avec Natasha Henstridge, Ice Cube, Jason Statham, Pam Grier

Année : 2001

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Science-Fiction

Résumé :

En 2176, la Terre a fait de Mars une colonie minière où 640 000 personnes tentent de vivre dans un environnement hostile.
A Chryse, la capitale de la vallée sud, le lieutenant Melanie Ballard et son équipe reçoivent l’ordre de transférer James « Desolation » Williams, un criminel de la pire espèce, à la Cour de justice. Ils débarquent alors dans la ville abandonnée de Shining Canyon. Seuls Desolation et une poignée de détenus, enfermés dans leur cellule, semblent être les rescapés d’une terrible catastrophe. Des cadavres mutilés jonchent les couloirs de la prison.
Au même moment, au fond du cratère de la mine à ciel ouvert, un étrange rituel se déroule. Des milliers de guerriers en transe s’adonnent à des rites barbares et sanglants. Le Bien va s’allier au Mal pour combattre le Pire.

Avis :

Les années 2000 marquent la « fin » de la carrière de John Carpenter. Alors qu’il vient de conclure ses années 90 de façon incroyable, offrant l’un des meilleurs films de vampires qu’on ait vu avec « Vampires« , John Carpenter, qui n’était plus si régulier que ça au cours de la décennie précédente, va se faire de plus en plus rare et malheureusement de moins en moins convaincant.

Revenant à la science-fiction, « Ghosts of Mars » est un film que j’ai quelque peu fantasmé pendant des années, sans jamais m’y arrêter. La raison, en plus d’y trouver la talentueuse Cléa Duvall ? Son affiche que je trouve excellente et bien entendu, l’idée de trouver un film dirigé par John Carpenter qui se passe sur Mars. Mais alors pourquoi avoir mis autant de temps me direz-vous ? La réponse est simple, j’avais très peur d’être déçu au vu de toutes les critiques négatives que j’ai pu entendre. Mais finalement après m’y être enfin arrêté, sans que ce soit un raté ou une réussite, je dois avouer que ce « Ghosts of Mars » a su combler plus d’une attente et j’ai passé un bon petit moment fun, jouissif parfois et totalement plongé dans un plaisir coupable.

2176, la planète Mars est aujourd’hui colonisée depuis des années et tout se passe pour le meilleur. Mais pourtant, depuis quelques semaines maintenant, une rumeur se propage et il se pourrait que les hommes aient réveillé quelque chose. Une chose qui ne peut vivre ou mourir. Une chose qui prend possession du corps de l’autre pour le contrôler. Des rumeurs que le lieutenant Mélanie Ballard, en allant chercher un prisonnier, va pouvoir confirmer.

« Ghosts of Mars« , c’est un film qui séduit par son concept et son délire, plus que par ce qu’il nous raconte. Il est vrai que si l’on s’arrête sur le scénario, on a peu de chose à se mettre sous la dent. L’intrigue est très légère, les avancées sont survolées et finalement « Ghosts of Mars » n’a pas plus de fond que cela. On a connu John Carpenter en bien meilleure forme.

Mais si l’on lui enlève le peu de scénario qu’il détient, « Ghosts of Mars« , c’est avant tout une bonne petite série B qui par bien des aspects s’est révélée être assez fun, voire même jouissive. La BO rock, voire hard rock, signée John Carpenter est terrible. C’est un petit plaisir pour les oreilles, mélange de guitares endiablées et de sons rappelant d’emblée le style et l’univers de John Carpenter.

Ainsi, en plus d’avoir une BO de la mort qui tue, cette petite série B sans grande prétention nous sert une bonne ambiance martienne, qui a du cachet. Les décors ont de la gueule, les trucages sont plutôt bons et n’ont pas si mal vieilli que cela. Le film sent bon le studio, ce qui lui donne d’emblée un côté rétro plein de charme qui fait plaisir à voir. De plus, le film jouit de costumes terribles. Des costumes qui sentent le métal, et qui habillent de véritables sauvages terrifiants. Bref, ne serait-ce que pour ces éléments-là, « Ghosts of Mars » vaut le détour et peut tout à fait s’apprécier.

Puis « Ghosts of Mars« , c’est un très bon casting réuni. Un casting qui a tendance à en faire un peu trop, mais de manière assez géniale. On retiendra principalement le duo mené par Natasha Henstridge et Ice Cube. Notons aussi la présence de Jason Statham avant « Le transporteur« , ou encore l’icône blacksploitation Pam Grier, qui retrouve Big John pour un petit rôle, comme elle l’avait déjà fait avec « Los Angeles 2013« .

Loin d’être la catastrophe annoncée, et sans être l’un des films les plus marquants de la carrière de John Carpenter, « Ghosts of Mars » demeure un petit moment de cinéma sympa, qui à sa façon a de la gueule. Moment fun, délirant parfois et toujours métalleux, « Ghosts of Mars » séduit de par son ambition, même si, à l’image, ce n’est pas toujours excellent.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.