novembre 30, 2020

Call me by Your Name – Armie Amour

De : Luca Guadagnino

Avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg, Amira Casar

Année : 2018

Pays : France, Italie, Etats-Unis, Brésil

Genre : Romance

Résumé :

Une romance entre un jeune homme de 17 ans et un ami de ses parents lors de vacances d’été sur la riviera italienne.

Avis :

Réalisateur italien, « Call me by your name » est le cinquième de Luca Guadagnino. Film qui fait suite à son remake du culte « La piscine« , baptisé chez Guadagnino « A bigger Splash« . C’est aussi le film qui précédera le remake (oui encore) que le réalisateur prépare cette fois du culte « Suspiria » d’un certain Dario Argento. Doté d’un scénario signé James Ivory (ça commençait déjà très bien), Luca Guadagnino nous entraîne dans une magnifique histoire d’amour. Un amour solaire et sensuel, bercé dans la chaleur de la Toscane et les paysages magnifiques de l’Italie.

Coup de foudre incroyable, aussi beau que bouleversant, « Call me by your name » est le genre de film dont on n’a pas envie de ressortir tant il réussit tout ce qu’il entreprend et raconte. Et ces trop courtes deux heures dix que dure le film de Luca Guadagnino sont d’une poésie, d’une romance et d’une sensualité folle.

Été 1984, Elio, un jeune homme français de dix-sept ans passe l’été avec sa famille dans leur demeure secondaire en Italie. Comme chaque année, l’été signifie les baignades à la rivière, la découverte de nouveaux livres, les dîners en famille et du repos. Mais cet été-là va être particulier pour le jeune homme. Son père, qui est un grand professeur, invite l’un de ses étudiants fraîchement diplômé à passer l’été avec eux. Ce jeune homme, bien plus vieux qu’Elio, c’est Olivier, un Américain, grand, élancé et très beau. D’emblée, le contact passe très bien entre les deux garçons. Un contact qui au fur et à mesure des semaines, va se faire de plus en plus physique et passionné.

MAGNIFIQUE ! Après le puissant « Seule, la terre » de Francis Lee, le Festival Chéries Chéris nous en remet une très belle couche de romantisme avec le nouveau film de Luca Guadagnino.

Une romance sans tabou et sans jugement qui est presque parfaite en tout point. Et là encore, on se trouve devant un film où seuls les sentiments ressentis comptent.

Ce qui magique avec ce film, c’est la patience délicate de la mise en scène de Luca Guadagnino. Une mise en scène qui va prend tout le temps dont son film et son histoire auront besoin pour présenter ses personnages, leurs milieux, leurs classes sociales, leurs différences et leurs attirances.

Discrète et en même temps à l’affût, la caméra de Guadagnino ira chercher le moindre petit regard en coin, le moindre petit sourire qui fera craquer l’autre. Elle ira capturer le moindre petit geste qui indiquerait ou non, ce désir partagé. Un désir qui se fait sentir et ressentir comme une bombe de sensualité au fur et à mesure des semaines qui s’écoulent.

« Call me by your name« , c’est aussi un très beau film sur la découverte de soi. Ne reculant devant aucun sujet, ne faisant aucun tabou, Luca Guadagnino évoque aussi bien l’amour adolescent, allant chercher ses attirances aussi bien chez les filles que les garçons ou encore seul avec son fantasme.

Le film aborde aussi la vision de l’homosexualité dans cette époque des années 80. Si le réalisateur ne juge pas ses personnages, le scénario les fait s’interroger eux-mêmes. D’où aussi la très grande partie où chacun se tourne autour autant qu’ils peuvent aussi s’éviter.

Et enfin, histoire de conclure ce film magnifique, et même le rendre puissant et bouleversant, il offre une morale incroyable, avec l’un des plus beaux dialogues qu’on aura entendu et vu entre un père et son fils. Si la passion entre ces deux amants est sublime tout du long, ces deux minutes incroyables hisseront presque le film au rang de chef-d’œuvre.

Si Luca Guadagnino réussit parfaitement son film dans son fond, allant jusqu’au bout de sa passion amoureuse et n’hésitant en rien sur les sujets qu’il approche, il le réussit magnifiquement dans sa forme. Très beau, le réalisateur a su capturer la chaleur de l’été (et des corps) et il nous le rend magnifiquement. Son film est aussi bien une évasion sentimentale, que visuelle et sensorielle. Et qu’elle bonne idée de le sortir en Février, histoire de nous réchauffer.

Enfin, il est très difficile de passe outre le casting international et exceptionnel dont le film bénéficie. Quand on repense à « Call me by your name » d’emblée, c’est le nom du jeune Français Timothée Chalamet qui tient admirablement le film sur une grande partie de ses petites épaules qui vient en tête. L’acteur est une révélation ! Plein de charme, de vie, d’intérêt, d’amour, de doute et d’envie, il compose un personnage sublime, profond, touchant et en même temps amusant de par sa naïveté. D’ailleurs, on sourit beaucoup dans ce film qui est aussi parcouru d’un bel humour.

Face à lui, son futur amant parfait, c’est Armie Hammer sensuel et énigmatique à la fois, on sera étonné, car on ne l’aurait pas forcement vu ici et il est incroyable. Son personnage soulève plusieurs interrogations. Pour le reste de la production on trouvera les françaises Amira Casar et Esther Garrel, ou l’Américain Michael Stulhbarg.

Bref, je me suis déjà bien trop laissé aller sur ce film. Excellente dans son fond et sa forme, cette romance n’est qu’émotion, sensualité et beauté.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.