Blood Dolls

blood-dolls

De : Charles Band

Avec Phil Fondacaro, Nicholas Worth, Debra Mayer, Jack Forbes

Année: 1999

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Virgil Travis, traumatisé dans son enfance par une femme qui lui a fait subir d’atroces choses, créé des poupées vivantes pour tuer tout ceux qui se mettent en travers de son chemin…

Avis:

Il est difficile de ne pas commencer cette critique sans un petit rappel de qui est Charles Band et de la société qui lui est fondamentalement associée, Full Moon. Il s’agit d’une société qui a produit un nombre assez impressionnant de films d’horreur et qui continue aujourd’hui encore à faire des films un peu plus obscurs. A l’image de The Asylum qui bouffe à tous les râteliers, Full Moon et Charles Band s’essayent principalement à l’horreur et de temps à autre au fantastique mais toujours avec une petite dose d’épouvante. C’est en 1988 que sort Jeu d’Enfant de Tom Holland et mettant en scène la célèbre poupée Chucky et qui va connaître un succès assez fulgurant. Profitant de la mode des poupées tueuses, Full Moon et Charles Band en profite pour sortir Puppet Master en 1989 de David Schmoeller. Le succès est au rendez-vous, puisque une kyrielle de suites verra le jour. Mais ne s’arrêtant pas à cette franchise, Charles Band décide de prendre la caméra et de faire Blood Dolls, un film d’horreur baroque, gothique et complètement loufoque. Maintenant, le film tient-il la comparaison avec ses aînés? Allons voir cela de plus près!

BloodDolls

Voilà une position bien inconfortable!

L’histoire de Blood Dolls part d’un fait assez contemporain. Un riche et excentrique homme d’affaires se fait voler un joli petit pactole suite à une O.P.A rondement menée par une bande de personnes véreuses. Très remonté, il décide donc de balancer son homme de main, Mascaro ainsi que trois de ses créations, des poupées douées d’intelligence et à tendance sadomasochiste pour aller les tuer. Mais l’un d’eux cache un énorme secret. Voilà le pitch de départ, qui, hormis des poupées tueuses ne sort pas tellement des sentiers battus et ressert un genre déjà-vu. Mais il faut rajouter plusieurs éléments à cela. Tout d’abord, le méchant de l’histoire qui se cache sous un masque parce qu’il possède une tête miniature. Ensuite, le Mascaro en question est tout le temps maquillé en clown. Un autre serviteur est un nain boiteux et s’amuse à électrifier un groupe de jeunes femmes qui joue du rock dans une cage. Les poupées sont des êtres vivants qui ont été réduites grâce à une machine qui ressemble à un coffre de pression. Bref, on voit bien que tout cela est proprement loufoque et agréablement déjanté. Alors bien entendu, le pitch de l’O.P.A n’est qu’un sous entendu pour faire un massacre et on n’en reparlera plus par la suite. D’autant plus que l’instigateur de cette machination est un crétin qui pratique le SM avec sa compagne qui tire les ficelles. Du coup, difficile de se placer dans ce film. Est-ce une farce grotesque ? Est-ce un vrai film d’horreur loufoque ? Est-ce une comédie ? Et bien, c’est un peu tout ça à la fois et cela demeure déroutant. Surtout que la mise en scène n’est pas terrible et que les effets visuels sont relativement désuets.

Cela contrebalance une image qui n’a pas tellement vieilli. En effet, si l’on ne s’attarde pas trop sur la date de réalisation, on pourrait croire que le film est sorti durant les années 2000. On voit aussi les différentes influences du film, entre les Puppet Master ou encore Chucky, le film essaye de faire quelque chose d’autre, tout en pompant honteusement l’ambiance du premier et l’humour du second. Par contre, au niveau du budget, cela a dû être très raide. Il suffit de voir les quelques effets spéciaux dégueulasses, mais surtout l’animation des poupées qui est ridicule. En fait, il s’agit vraiment de jouets que l’on peut trouver dans le commerce et un mec a dû mettre des fils  pour faire bouger les bras et les jambes. Donc, au niveau crédibilité, on repassera, d’autant plus que les plans de caméra ne sont pas intéressants, essayant désespérément de faire peur en les planquant dans des coins de portes. On aura aussi du mal à croire que ces trois poupées arrivent à buter autant de personnes, mais lorsque l’on voit que ces dernières tombent avec un tout petit coup de couteau (de la taille d’un cure-dent) dans le pied et que par la suite, elles ne font que hurler, on comprend que la mort était si aisée. Le côté gore est assez anecdotique, faute de moyens, même si certaines mises à mort sont assez comiques (le SM dans un machine pleine de fils et qui se ressert contre lui, ou encore une chaise avec une perceuse intégrée).

Bien entendu, dans ce genre de production, il ne faut pas regarder le casting, car bien souvent, c’est très mauvais. Et il ne faudra pas être exigent dans Blood Dolls. Jack Maturin est le grand méchant de l’histoire, celui qui possède une petite tête. S’il demeure assez ridicule, il a le mérite d’être convaincant dans son rôle et cela n’a pas du être facile avec un costume géant à la con. Mais le plus efficace, c’est celui qui joue monsieur Mascaro, le clown qui fait vraiment froid dans le dos. Pour le reste, c’est plutôt loufoque, tout comme le film. On a la plantureuse et sublime Debra Mayer qui joue la grande méchante de l’histoire et qui n’est pas du tout crédible, tout comme les autres méchants du film qui ne sont que des chairs à saucisse, des moutons pour les poupées. Bref, tout cela sonne faux mais on aura notre quota de nichons avec l’une des musiciennes du groupe de rock dans la cage électrifiée. On pourra aussi rire rapidement sur le rôle du nain, qui se prend deux coups de guitare dans la gueule et qui va voltiger dans les airs. La fin est débile, dans le ton du film.

vlcsnap-78773

Tu veux voir mes seins mon loulou ?

Au final, Blood Dolls possède un petit côté sympathique qui lui confère une aura particulière. Le seul problème, c’est que le grotesque et le loufoque sont bien trop présent et ne servent pas particulièrement le film. Alors on aura un petit plaisir coupable à regarder ce métrage, mais force est de constater que cela reste assez mauvais et bien trop léger. Bref, un film pour les curieux du genre, qui a le mérite de faire passer le temps et de ne pas ennuyer le spectateur, chose rare dans les nanars !

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net