octobre 27, 2020

Godzilla – La Planète des Monstres

De : Kobun Shizuno et Hiroyuki Seshita

Avec les Voix de Kana Hanazawa, Ken’yû Horiuchi, Yûki Kaji, Kenta Miyake

Année : 2018

Pays : Japon

Genre : Animation

Résumé :

A la fin du 20eme siècle, l’humanité à découvert qu’ils n’étaient plus seuls. Les Kaiju (monstres géants) et Godzilla sont apparus sur Terre. La guerre entre Godzilla et les autres monstres obligea les humains à quitter la planète pour ne pas disparaître. Durant des années les humains vont chercher des planètes habitables pour survivre. Mais les résultats sont sans appel. Il faut retourner sur Terre… Désirant se venger de Godzilla qui a dévorer ses parents alors qu’il n’était qu’un enfant, Haruo se porte volontaire pour faire partie du groupe d’élite qui doit retourner sur Terre et éradiquer la menace Kaiju. Cependant, en revenant sur Terre, la planète à totalement changé et Godzilla y règne en maître…

Avis :

« Godzilla », créature mythique du cinéma et surtout du cinéma japonais. C’est dans les années 50 que naît le célèbre lézard et depuis ce temps, il n’a cessé d’être les écrans de cinéma et de télévision. On ne compte plus le nombre de films qui lui sont consacré au Japon, où le monstre s’est vu affronter depuis presque soixante-dix ans toutes les créatures possibles et imaginables. « Godzilla » s’est exporté plus loin que le cinéma, symbole d’une culture populaire, on le trouvera aussi en manga ou en jeu vidéo.

En cette année 2018, alors qu’Hollywood travaille sur un fight entre « Godzilla » et « King kong », le lézard nous revient sur le petit écran avec trois films d’animation qui feront une trilogie qui renouvellera un peu le monstre. Film exclusif Netflix, « Godzilla, la planète des monstres » est donc un premier chapitre d’une bonne heure et demi et si le film est plutôt bon, ayant de très jolis graphismes et une intrigue pour le moins étonnante, on lui reprochera un manque de gigantisme et un petit côté mou. Reste néanmoins un Godzilla imposant, presque terrifiant et un film qui donne très envie d’avoir la suite, immédiatement.

Voilà vingt ans que les hommes, aidés d’extraterrestres, ont quitté la Terre, ne pouvant vivre sur la planète face à la puissance destructrice de Godzilla. Ce qui reste de l’humanité est donc partie à la recherche d’un nouveau chez soi. Mais voilà vingt ans maintenant que l’humanité dérive et la seule solution logique est alors de retourner sur Terre afin d’anéantir le monstre, si ce dernier est toujours vivant …

Énième film sur le célèbre « Godzilla », ce projet Netflix était intéressant, car il nous fait revivre le monstre en animation et donc, les créateurs peuvent se permettre plus de choses. Revenant avec une toute autre histoire, cette première partie est donc un bon petit film animé qui, aussi bien dans sa trame que dans son visuel, nous réserve pas mal de bons éléments.

Ce film d’animation sera donc divisé en trois parties qui seront toutes intéressantes. Son ouverture de film est excellente, présentant très bien cette nouvelle histoire. « Godzilla, la planète des monstres » nous entraîne aux côtés d’une humanité qui a été obligée de fuir la Terre pour survivre. La puissance de « Godzilla » et la terreur qu’il inflige sont très bien rendues. Cette première partie passe bien vite, pour aller vers une seconde encore plus intéressante. Une seconde partie toute en réflexion sur l’homme et son comportement. Ce qui est très bien et étonnant, car on ne s’attendait absolument pas à cela. Des décisions doivent être prises et les enjeux sont très bons. Le film aborde de bons thèmes, comme le fait d’appartenir à un endroit, et l’envie de reconquête. Le film abordera aussi l’avenir, et la survie de l’espèce. Bref, des thèmes que certes, on a déjà vu, ici et ailleurs, mais qui sont bien exploités dans ce film.

Puis enfin arrive la dernière partie où l’humanité va essayer de reconquérir la terre. Si l’on appréciera la découverte de cette Terre abandonnée depuis tant d’années, il est vrai aussi que c’est ici que le film décevra quelque peu. Empêtré dans des engueulades pas forcément utiles, le film a du mal à avancer. De plus, quand il passe à l’action, malgré la qualité indéniable des graphismes, malgré ce Godzilla terrifiant et particulièrement imposant, il y a dans sa mise en scène quelque chose de mollasson, un peu comme si l’on attendait que le film décolle vraiment. Une sensation qui est sûrement due au fait que ce premier film n’est qu’une première partie et il faudra plus pour juger sur l’ensemble de la future trilogie. Mais quoiqu’il en soit, pour ce film, on attendait et l’on en voulait plus, et même si le film est particulièrement bien trouvé et nous fait presque crever d’impatience pour la suite, il en ressort une petite frustration, qui a un goût de déception.

Ce premier « Godzilla » est donc un bon animé dans son ensemble. C’est un film qui essaie de renouveler les choses, propose des pistes (je reste très curieux du développement des extraterrestres), et même si cela aurait pu être mieux et plus grandiose, cette ouverture de trilogie pique notre intérêt. Rendez-vous en Mai prochain maintenant.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.