octobre 25, 2021

3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance – Bons Baisers d’Ebbing

Titre Original : thrre Billboards Outside Ebbing, Missouri

De: Martin McDonagh

Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell, Peter Dinklage

Année: 2018

Pays: Angleterre, Etats-Unis

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Après des mois sans que l’enquête sur la mort de sa fille ait avancé, Mildred Hayes prend les choses en main, affichant un message controversé visant le très respecté chef de la police sur trois grands panneaux à l’entrée de leur ville.

Avis :

Plutôt méconnu du grand public, Martin McDonagh est pourtant un bon réalisateur, comme le prouve ses deux premiers films, « Bons baisers de Bruges » et « 7 Psychopathes« . Deux comédies un brin déjantées devant lesquelles on a passé de bons moments, en particulier la première qui voyait Colin Farrell en tueur dépressif et réfugié dans celle qu’on appelle « Bruges la morte »,  ville qui correspond si bien à notre tueur…

Oubliant la comédie, Martin McDonagh passe au drame. Il revient avec un troisième film qui fit sensation aux derniers Golden Globes, puisque le film a remporté par moins de six récompenses et il se présente aujourd’hui comme l’un des favoris de la prochaine cérémonie des Oscars. Mais alors, est-ce que ce « 3 Billboards, les trois panneaux de la vengeance » est-il à la hauteur de la réputation qu’il s’est créée ? Eh bien la réponse est définitivement un grand oui ! Grand drame, doublé d’un magnifique film qui questionne aussi bien l’humain que la société en elle-même, « 3 Billboards … » est un intense moment de cinéma mené par une Frances McDormand qu’on voit tout à fait reporter une petite statuette en or.

Voilà sept mois maintenant, dans une petite ville sans histoire, que la fille de Mildred fut sauvagement assassinée. Depuis sept mois, l’enquête est au point mort, ce qui rend folle de douleur Mildred. Mildred n’est pas femme à se laisser abattre et l’inaction de la police locale la pousse à faire quelque chose. Elle va alors payer la location de trois grands panneaux publicitaires à l’entrée de la ville, afin d’y poser des questions et essayer de faire bouger les choses. Ces trois panneaux, pointant du doigt la police, vont alors causer plus de dégâts, de violence et de haine que le meurtre même de l’adolescente…

Personne ne l’attendait, personne ne l’avait vu venir, et voici que « 3 Billboards, les panneaux de la vengeance » est arrivé sur nos écrans et le moins que l’on puisse en dire, c’est que pour son troisième long métrage, Martin McDonagh a fait fort, allant même jusqu’à nous offrir son meilleur film à ce jour.

Partant sur une idée bouleversante, le cinéaste américain livre ici un grand film qui interroge la justice, la société, l’Amérique et le pardon. Puissant, précis et implacable, ces « … panneaux de la vengeance » se révèlent être aussi passionnant que les réactions et la violence qui sont suscitées sont révoltantes. C’est assez dingue d’observer, impuissant, les avis, les réactions, les pour et les contre et de les voir à travers les yeux de cette femme brisée en quête de vérité. Une femme brisée impérialement tenu par Frances McDormand qui tient là son meilleur rôle depuis un bon bout de temps.

Totalement immersif, peut-être même trop, puisque son final, pourtant ô combien terrible, laisse un petit goût amer, car on se serait laissé encore emporter plusieurs minutes dans cette petite ville, aux côtés de cette mère révoltée et en colère.

Doté d’une mise en scène parfaite, sombre et brutale, qui évite le tire larme, la violence gratuite ou encore les ficelles de la facilité pour susciter de l’émotion, Martin McDonagh mesure son film et son récit. Intrigue, émotion, humour noir et une certaine forme de suspens son bel et bien au rendez-vous.

Intrigué en permanence, le réalisateur nous tient sans jamais nous relâcher. Il sait piquer notre intérêt à vif, en allant plus loin que la simple « vengeance » à travers ces panneaux que cette femme désespérée a installé. Avec ce film, il pointe du doigt la justice, la police, le racisme du sud, ou encore, et c’est peut-être le plus important, le pardon, la repentance. Une thématique bouleversante dont Martin McDonagh a parfaitement su tirer les plus grandes des questions, sans nous apporter de réponse. Il laisse le spectateur quitter la vie de Mildred avec son propre avis sur la question, ce qui est audacieux et courageux.

Comme je le disais plus haut, « 3 Billboards, les panneaux de la vengeance« , c’est aussi un casting incroyable où il n’y a pas que Frances McDormand qui crève l’écran, même si l’actrice est bluffante de par toute cette douleur qu’elle contient en elle, sans tomber dans l’extrême. Ce film, c’est aussi Sam Rockwell qui est incroyable, Woody Harrelson qui est bouleversant tout comme Luca Hedges (découverte dans « Manchester by the Sea« ). Martin McDonagh dirige tous ses comédiens de façon brillante et leurs personnages sont tous passionnants dans leurs réactions façon à ce drame qui secoue cette petite ville,paisible en apparence.

« 3 Billboards, les panneaux de la vengeance » est un drame dur et puissant et c’est un film intelligent. C’est un film qui soulève des choses et interroge sur plus d’un thème. Parfaitement tenu, on en ressort tendu et peut être éprouvé par tant de violence. Martin McDonagh est bon quand il fait de la comédie, mais quand il passe au drame, il se fait puissant et son « 3 Billboards, les trois panneaux de la vengeance » est alors LE film à voir cette semaine.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Jit3YhGx5pU[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.