octobre 28, 2020

Grand Froid

De : Gérard Pautonnier

Avec Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont, Olivier Gourmet, Féodor Atkine

Année : 2017

Pays : France, Belgique, Pologne

Genre : Comédie

Résumé :

Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco.

Avis :

Gérard Pautonnier est un réalisateur français dont « Grand Froid » est le premier long-métrage. Mais si ce dernier est son premier, le cinéaste a déjà un petit bout de chemin derrière lui. Un bout de chemin où l’on trouve des épisodes de séries pour des programmes courts de Canal + et deux courts-métrages, dont « L’Étourdissement« , comédie déjà noire, où l’on retrouve la plupart du casting de ce « Grand Froid« .

« Grand Froid » est une excellente surprise. Cynique, drôle, ubuesque, décalée, dotée de répliques et de situations à l’humour si noir, qu’on en serait presque gêné. Ce premier film met donc en lumière un cinéaste qui rappellera Bertrand Blier et une chose est certaine, on a déjà hâte de voir son prochain projet.

Quelque part en France, dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, Edmond Zweck est le patron de la boutique de pompe funèbre du coin et l’on ne peut pas dire que les affaires tournent en ce moment. C’est bien simple, si les choses continuent ainsi, la boutique ne passera pas l’hiver. Alors quand l’espoir renaît avec l’arrivée d’un client venu enfin chercher les services de l’entreprise, tout le monde se met en quatre pour satisfaire les demandes de la veuve et le frère du défunt. Mais rien, absolument rien, ne va se passer comme prévu et cet enterrement va les marquer à jamais !

Original et audacieux, voilà deux mots qui correspondent très bien à ce premier film, qui, s’il a les petits hics d’un premier film, n’en est pas moins intéressant et mérite qu’on s’y arrête plus d’une fois.

Partant sur une idée aussi sombre que décalée, le manque de client d’une entreprise de pompe funèbre, Gérard Pautonnier nous entraîne dans une intrigue folle, où l’absurdité côtoie avec humour le fantastique.

Ce qui est génial avec ce film, c’est l’imprévisibilité du scénario, qui a tendance à partir dans tous les sens et surtout là où on ne l’attend pas un instant.

Si le film a bien quelques petites longueurs, Gérard Pautonnier nous accroche tout le temps et nous donne en permanence envie d’aller plus loin, car il réinvente encore et encore son intrigue, allant même jusqu’à se frotter à l’improbable. Et c’est peut-être là que le film nous laisse un peu sur notre faim, car, avec la tournure folle que prend son histoire, on a hâte de voir certaines scènes que le film avait l’air de nous promettre et finalement, Gérard Pautonnier fait d’autres choix, qui restent bons et compréhensibles, mais qui nous privent de la partie de rigolade qu’on avait imaginé.

Jouant avec les cordes de la comédie noire, « Grand Froid« , c’est des répliques cinglantes qui font mouche. C’est une plume aussi intéressante qu’elle est drôle. C’est une plume qui arrive à tirer de la drôlerie là où il n’y en a pas. Et cette plume est soutenue par l’excellente mise en scène de son cinéaste qui sait faire naître de la drôlerie et de la gêne sur plus d’une scène, plus d’une situation, allant même jusqu’à s’amuser de l’image de ses personnages. Franchement, le curé incarné par Sam Karmann est tordant.

« Grand Froid« , c’est aussi un duo qui fonctionne très bien. Jean-Pierre Bacri et Arthur Dupont nous offrent de très bons moments, osant aller jusqu’au ridicule pour assurer leur personnage. Ils sont soutenus par une belle brochette d’acteurs et surtout de personnages tous aussi tordus qu’eux. Olivier Gourmet est un festival de cynisme, le « couple » Marie Berto, Philippe Duquesne est génial, quant à Féodor Atkin, c’est le best of qu’on n’attendait pas. Puis il y a une petite mention pour les deux enfants de chœur qui accompagnent ce mortifère convoi et qui vont sacrément déguster.

Avec « Grand Froid« , les espoirs renaissent pour la comédie française, et le nom de Gérard Pautonnier est à surveiller. Le réalisateur nous offre une première comédie très noire, qui a ses défauts, mais surtout ses qualités. Décalée, déplacée, folle et absurde, franchement, je suis très curieux d’un prochain film. Bref, « Grand Froid » est l’une des très bonnes surprises de l’année.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.