octobre 24, 2020

Le Crime de l’Orient Express – Petit Train-Train

Titre Original : Murder on the Orient Express

De : Kenneth Branagh

Avec Kenneth Branagh, Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Josh Gad

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Genre: Policier

Résumé:

Le luxe et le calme d’un voyage en Orient Express est soudainement bouleversé par un meurtre. Les 13 passagers sont tous suspects et le fameux détective Hercule Poirot se lance dans une course contre la montre pour identifier l’assassin, avant qu’il ne frappe à nouveau. D’après le célèbre roman d’Agatha Christie.

Avis:

45 ans après la version de Sidney Lumet, Le Crime de l’Orient Express d’Agatha Christie est de nouveau adapté, cette fois par les soins de Kenneth Branagh (Thor, Frankenstein, Dead Again), qui joue également le rôle d’Hercule Poirot. Pour l’occasion, le cinéaste a réuni un casting de premier ordre notamment composé de Johnny Depp, Daisy Ridley, Michelle Pfeiffer, Penélope Cruz, Willem Dafoe et Judi Dench.

Une réalisation séduisante pour une histoire veine

Cette nouvelle adaptation du Crime de l’Orient Express, comme si chaque adaptation devait réunir un casting monstrueux, vaut surtout pour ses interprètes et pour quelques idées de mise en scène réussies. Via une introduction classique mais qui permet un regard large sur chaque personnage, Kenneth Branagh exécute quelques belles idées de mise en scène. Un traveling pour annoncer le wagon dans lequel tout va se jouer, un plan séquence à la première personne lorsque le meurtre est commis sur tous les visages des potentiels suspects, qui rend hommage à Sidney Lumet, et de superbes plans en plongée. La reconstitution du train est elle aussi plaisante, tandis que les costumes en tout genre offrent une diversité à l’écran. Mais cette adaptation ne va pas beaucoup plus loin que l’étalage d’une réalisation professionnelle mais qui manque de folie.

L’écriture est relativement paresseuse, sans grande surprise. Les personnages n’arrivent pas à exister, sont des clichés ambulants sans grand intérêt, et les acteurs n’ont pas assez de temps à l’écran pour s’exprimer. De dialogues en dialogues pas forcément tous passionnants, Hercule Poirot démêle son affaire avec une simplicité apparente, alors que le détective est censé se confronter aux pires difficultés de sa carrière. Kenneth Branagh essaye de se la jouer Sherlock Holmes version Guy Ritchie avec une scène d’ouverture lamentable, dans laquelle il prévoit les agissements de son adversaire… Impression de déjà vu ?

 

Le cabotinage de Kenneth Branagh

Le film est bien monté, les péripéties s’enchaînent, et le spectateur ne s’ennuie pas, malgré un cruel manque de punch. Grâce à un professionnalisme qui masque les faiblesses scénaristiques, le film arrive à bon port, à la vitesse d’un train à vapeur. Mais Le Crime de l’Orient Express est surtout l’occasion de voir Kenneth Branagh cabotiner comme jamais. Affublé d’une énorme moustache synthétique, l’acteur-réalisateur s’amuse comme un fou dans les habits du meilleur détective du monde. Il fanfaronne, fait les gros yeux, invente un petit rire gênant, tente un humour souvent bancal, et met en scène des passages d’action lamentables. Kenneth Branagh, britannique de naissance, donne à son personnage un accent français dérangeant. Hercule Poirot est belge, et Kenneth Branagh joue, tout le film, dans un anglais parlé avec un accent français. Un exercice qu’il semble avoir travaillé et qu’il maîtrise plutôt bien, incorporant quelques phrases en français. Pour autant, toute cette écriture du personnage, qui tente de déconstruire la version faîte de Christie et Lumet, tombe parfois dans la dérision, voulue ou non, et donne un second degré permanent au film, qui empêche le spectateur de s’investir et d’entrer dans les enjeux dramatiques. Le tout donne une impression d’artificialité qui gâche globalement le film.

Une adaptation raffinée, qui offre quelques belles idées visuelles, mais qui manque cruellement de véracité. Tout sonne faux, les émotions, les décors, les acteurs, les dialogues, même la morale ne prend pas. Cette adaptation ne vaut que pour une photographie relevée, et un casting de premier ordre.

Note: 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Aubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.