Armed Response

De : John Stockwell

Avec Wesley Snipes, Anne Heche, Dave Annable, Kyle Clements

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Une unité de l’armée se retrouve prisonnière d’une enceinte gérée par une intelligence artificielle…

Avis :

Comme bon nombre de ses collègues, Wesley Snipes aura connu des hauts, puis des bas dans sa carrière, sans jamais réellement remonter. Grand habitué des DTV d’action depuis les années 2000, sa filmographie n’a parfois rien à envier à celle de Steven Seagal ou de Jean-Claude Van Damme, surtout pour le pire. Après ses déboires judiciaires et une incursion dans l’équipe des Expendables, il revient à des productions aussi modestes que peu inspirées. Étrangement, Armed Response tente tant bien que mal de concilier l’action à l’horreur, teintée d’une légère touche de science-fiction. Un mélange des genres indigeste ou original ?

Le prétexte reste très simpliste. Une base secrète nommée « le temple » est prise d’assaut par un mystérieux ennemi. Les troupes y sont décimées. Une escouade de soldats d’élite se rend sur place pour faire la lumière sur les événements. Dès lors, on pourrait songer aux sempiternelles attaques terroristes dans le but de s’approprier une technologie ou des informations utiles. Sauf que le scénariste s’essaye à une expérience étrange, tentant d’amalgamer différents éléments des genres précités. Un peu de patriotisme, une bonne dose de mystère (à condition de ne pas lire certains synopsis du web) et quelques trouvailles macabres.

Malgré une ellipse pour précipiter les événements, la découverte de la base, une ancienne prison, demeure assez intrigante. Pour peu, l’on se croirait dans un huis clos honnête qui distille avec parcimonie un début d’explication. D’ailleurs, l’endroit est suffisamment vaste pour se prêter à une exploration en bonne et due forme. Et c’est là que les choses se compliquent. À trop vouloir développer l’aspect énigmatique qui entoure l’assaut du « temple », on finit inévitablement par tourner en rond. On passe de pièce en pièce avec une certaine morgue. Recherche des corps, réflexions sur les causes qui ont mené au carnage et découvertes pour le moins étranges égrènent les trois quarts du métrage.

En soit, cela pourrait même s’avérer distrayant si les échanges ne se cantonnaient pas à des lignes de dialogues prémâchées et grotesques. Qui plus est, la progression s’entrecoupe de flash-backs qui hachent la trame principale. Si ce n’est le témoignage douteux des caméras, aucune distinction n’est faite pour séparer les événements présents et passés. Un nouveau palier pour enfoncer l’équipe de secours dans la folie ? Pas vraiment. On fait davantage parler les réflexes issus d’un entraînement militaire que la réflexion chez les protagonistes. En réalité, les composantes clefs qui mènent à la résolution du problème sont trop flagrantes et inopinées pour convaincre.

Qu’en est-il des éléments propres à la science-fiction ou à l’horreur ? Bien que déjà vu, le cadre est globalement plaisant. Seulement, la découverte des cadavres est l’un des rares aspects horrifiques du film. Quant au côté SF, il se résume à l’intelligence artificielle qui gère « le temple ». Sympathique dans les intentions, il en ressort un traitement absurde et confus qui triture les tenants tant bien que mal pour offrir une conclusion qui engendre plus d’incohérences que de réponses convaincantes. De retournements en affrontements saugrenus, on sombre dans le ridicule avec une théorie quantique qui laisse perplexe. Le résultat l’est tout autant.

Au final, Armed Response est une bizarrerie sur pellicule, mais pas dans le bon sens du terme. Après une approche convenue et l’exposition de clichés risibles dans la caractérisation, on aurait pu s’attendre à un huis clos plutôt bien amené. Seulement, la progression est redondante, les enjeux prévisibles et la tension pas forcément au rendez-vous. Dans le cas présent, le mélange des genres n’est pas du meilleur aloi et suscite même quelques maladresses dans leur développement. Le réalisateur esquisse quelques schémas faciles sans les approfondir pour mieux se fourvoyer dans un délire inintelligible dont les semblants de réponses mettent en exergue d’autres interrogations. Un DTV passablement incohérent et bâclé dont l’intérêt s’évente très rapidement.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net