Le Bonhomme de Neige – Fonte des Glaces

Titre Original : The Snowman

De : Tomas Alfredson

Avec Michael Fassbender, Rebecca Ferguson, Charlotte Gainsbourg, Chloë Sevigny

Année: 2017

Pays: Etats-Unis, Angleterre, Suède

Genre : Thriller

Résumé :

Lorsque le détective d’une section d’élite enquête sur la disparition d’une victime lors des premières neiges de l’hiver, il craint qu’un serial killer recherché n’ait encore frappé. Avec l’aide d’une brillante recrue, il va tenter d’établir un lien entre des dizaines de cas non élucidés et la brutalité de ce dernier crime afin de mettre un terme à ce fléau, avant la tombée des prochaines neiges.

Avis :

Tomas Alfredson fait partie des plus belles révélations de la Suède de ces dernières années. Si le réalisateur exerce depuis un plus d’une vingtaine d’années déjà, c’est en 2009 qu’il explose avec son film « Morse« . Véritable succès aussi bien chez lui qu’à l’international, « Morse » lui a ouvert les portes d’autres horizons. Horizons qui se sont concrétisés avec « La taupe » en 2011, qui est un excellent film d’espionnage.

Depuis « La taupe« , on attendait un nouveau film de Tomas Alfredson avec une certaine curiosité et c’est sans crier gare qu’il nous revient en cette fin d’année avec « Le bonhomme de neige« , un thriller glacial qui avait tout, absolument tout, pour nous faire passer un moment glaçant. Mais malheureusement, si l’ambiance est là, et les acteurs plutôt bons, le scénario jouit de bien trop d’incohérences pour que la neige ne tienne. Résultat, on quitte la salle avec bien plus de questions que l’intrigue n’apporte de réponses. Dommage.

Un soir de neige, une femme disparaît. C’est la jeune Katerine Bratt fraîchement mutée qui hérite de l’affaire. Une affaire bien plus sombre et complexe qu’elle n’en a l’air. Sur cette affaire elle va bientôt se faire aider par Harry Hole, ancienne étoile de la police, aujourd’hui devenu alcoolique. Alors que les disparitions s’enchaînent de manière étonnante, Harry a l’impression que le tueur surveille chacun de ses faits et gestes…

Envie d’un vrai thriller glaçant et prenant à la Fincher ? Passez votre chemin, car « Le bonhomme de neige » est tout sauf ce qu’il laisse espérer.

Si dans l’image, c’est très bien filmé. Si dans ses décors, il est clair qu’on se trouve dépaysé et que l’on s’évade. Si l’on retrouve un Michael Fassbender bon dans un rôle totalement cliché (le flic bourré, l’épave de service, qui a pourtant de la ressource). Si l’on apprécie le reste du casting, avec notamment un Val Kilmer charismatique et intriguant au possible. On notera un casting assez incroyable pour les seconds rôles, allant de Charlotte Gainsbourg, à J.K. Simmons en passant par Chloé Sevigny, James Darcy, Toby Jones ou Jamie Clayton (même si beaucoup sont plus que sous-employés). Pour le reste, il faudra repasser, car ce n’est clairement pas ici qu’on va vibrer. Pire encore, alors que le film avait plutôt bien commencé, on va voir notre intérêt peu à peu fondre comme neige au soleil.

Difficile de commencer par un bout tant « Le bonhomme de neige » est un véritable festival dans son intrigue. Incohérent, incompréhensible, mal amené, et bien trop court pour ce que ça veut raconter, « Le bonhomme de neige » a bien du mal à nous convaincre.

L’intrigue est confuse et a tendance à partir dans tous les sens, au point qu’on finit par ne plus vraiment comprendre les différentes enquêtes, les différents suspects, et même les réactions du tueur. L’intrigue se complique la vie et quand le film offre enfin des réponses, ces dernières ont bien du mal à prendre. Car au moment même où il offre ses réponses, les incohérences relevées au préalable offrent maintenant une abondance de questions, qui ne trouveront jamais de réponses. Ces questions iront même jusqu’à interroger sur le relief du film, car finalement cette enquête et ces personnages qui se veulent profonds sont finalement très creux. Pourquoi un bonhomme de neige ? J.K. Simmons ? Fassbender ? Les choix du tueur qui se plante tout seul ? Pourquoi quand il neige ? Bref, il y en a encore tout un tas, ce qui a tendance à créer autant de frustration que d’ennui, et un poil d’agacement, face à un projet qui avait tout sur le papier pour être terrible.

Si « Le bonhomme de neige » est bien filmé et que l’office du tourisme peut être content tant on a envie de se faire une virée dans ces campagnes norvégiennes, pour le reste de la réalisation, on ne sera pas aussi convaincu. Car en plus d’avoir un montage énigmatique, Tomas Alfredson livre une enquête molle, où les rebondissements n’arrivent pas à impliquer. Plat tout du long, on ira même jusqu’à s’étonner du manque qu’implication de Marco Beltrami, pourtant excellent compositeur, qui livre là une BO qui indique ou essaie d’indiquer ce que l’on doit ressentir devant telle découverte ou telle révélation…

Bref, on quitte dans la salle déçu, presque tourmenté, avec une impression d’avoir loupé quelque chose, tant l’intrigue ne peut être aussi mal fichue. Pour avoir de bons thrillers nordiques, on se réfugiera donc sur « Les enquêtes du département V » !

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net