Starman

De : John Carpenter

Avec Jeff Bridges, Karen Allen, Charles Martin Smith, Richard Jaeckel

Année: 1985

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique, Science-Fiction, Romance

Résumé:

Un extra-terrestre est poursuivi par l’armée américaine. Il se réfugie chez une jeune veuve et prend l’apparence de son mari défunt. La jeune femme l’héberge et l’accompagne dans sa fuite…

Avis:

Big John et sa filmographie passionnante, presque de bout en bout. Maitre de l’horreur et du fantastique, John Carpenter enchaîne les films avec une assurance folle et surtout une qualité à en faire crever de jalousie bien des réalisateurs et producteurs. Passant d’un chef d’œuvre à un autre, John Carpenter, dans la fin des années 70 jusque vers le milieu des années 80, aura a jamais marqué l’histoire du cinéma !

Après « Halloween« , après « FOG« , après « New-York 1997« , après « The Thing« , après « Christine« , voici que John Carpenter revenait avec « Starman« , un film qui demeure moins connu que ses prédécesseurs, mais qui sera pourtant tout aussi bon, beau et fort.

Avec ce film, John Carpenter nous offre sa « … rencontre du troisième type » et forcément elle a un goût à part. Véritable pépite à part dans la filmographie de Big John, « Starman » oscille entre découverte et histoire d’amour, pour finalement critiquer l’être humain, sa complexité et ses paradoxes et c’est franchement aussi divertissant, que touchant et intéressant. Décidément les années 80 vont très très bien à John Carpenter.

Il y a quelques mois de cela, la NASA a lancé une capsule dans l’espace à l’intention de possibles formes de vie. La capsule invitait ces êtres d’autres mondes à venir nous rendre visite. Un extraterrestre est envoyé sur Terre, afin d’en savoir plus sur les Terriens. S’écrasant, il trouve refuge dans une maison, et prend la forme du défunt mari de Jenny, la propriétaire des lieux. Résolu à aller sur le lieu où il aurait dû atterrir, cet extraterrestre emmène alors Jenny dans un road trip à travers les états. Un road trip en forme de fuite, puisque l’armée américaine les pourchasse désormais.

Étonnante surprise que voilà, pour son dixième film, John Carpenter s’essaie à autre chose, la romance, teintée de science-fiction et de comédie et nous offre un film pour le moins excellent qui, malgré le fait qu’il puisse faire office d’ovni dans la filmographie de son réalisateur, arrive à s’y inscrire parfaitement. En gros, même avec une comédie romantique en forme de road movie « Starman » reste un film de John Carpenter et ça se voit autant que ça s’entend.

Avec « Starman« , John Carpenter nous convie à suivre un film plus complexe qu’il en l’air, car plusieurs niveaux de lecture sont possibles. Dans un premier temps, « Starman » est un film assez léger et drôle sur une rencontre entre une femme d’aujourd’hui et un extraterrestre qui découvre un nouveau monde. Le scénario nous réserve quelques cocasseries et la romance qui se crée entre les deux personnages est plutôt jolie, sincère et touchante. Oui touchante car John Carpenter a énormément développé son personnage féminin, devant lequel on ne peut qu’être attendri finalement. Avec cette romance, « Starman » a parfois de vraies allures de comédie. Très souvent, devant l’improbabilité de certaines mésaventures ou certains dialogues, on sourit. Bref, de ce côté-là, le film est léger et il fait du bien.

Puis, en sous-ligne, « Starman » est aussi une belle satire de l’être humain, qui est capable d’envoyer une capsule dans l’espace avec un message de paix, pour finalement traquer et attaquer ce visiteur comme une bête sauvage, qu’il faut absolument avoir et disséquer. La critique est excellente et l’intelligence de la mise en scène de Big John fait qu’il ne mâche pas ses mots et c’est très bien comme ça.

Puis plus encore, dans un autre temps, « Starman » est aussi un film sur le dialogue, la découverte, le rapport aux autres, aux langages. Un film qui parle de confiance et d’écoute. Bref, comme je le disais, « Starman » est bien plus riche et intéressant que le petit film fantastique qu’il annonçait.

« Starman« , c’est aussi un film de John Carpenter et ça se voit ! La mise en scène est soutenue et l’on retrouve les plans, les idées ou encore les sons qui peuplent le cinéma de John Carpenter. On notera que « Starman » est l’un des rares films où Big John n’a pas fait sa BO, mais pourtant, c’est tout aussi excellent et reconnaissable à la première note.

Seul petit hic, « Starman » est un film qui a pris un petit coup de vieux, il faut l’avouer, et même si certains de ses effets spéciaux, pour l’époque, étaient bluffants, aujourd’hui, ils ont pris un petit coup.

Puis « Starman« , c’est deux acteurs étonnants qui vont très bien ensemble. On peut même dire qu’ils dégagent une certaine magie évidente. C’est Jeff Bridges qui tient le rôle du petit bonhomme vert piégé dans une enveloppe humaine et franchement l’acteur fait des merveilles. Très drôle et en même temps touchant, on adore suivre ce personnage à travers ses découvertes innocentes et ses maladresses. Puis il y a Karen Allen, parfaite dans le rôle de la jeune femme « kidnappée », qui va apprendre de cette curieuse rencontre. Le duo est beau, romantique, dynamique, amusant et bien sûr touchant.

Excellente surprise, « Starman » est un excellent film signé John Carpenter. C’est un film profond, intelligent et qui n’oublie pas non plus d’être divertissant. Si John Carpenter nous a offert de grands films tous plus connus les uns que les autres, il serait vraiment dommage de passer et même d’oublier cette pépite qu’est « Starman » !

Note : 16,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net