Lavisqteam

Daddy Cool

De : Maxime Govare

Avec Vincent Elbaz, Laurence Arné, Grégory Fitoussi, Jean-François Cayrey

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Adrien, 40 ans et totalement immature, se fait larguer par Maude, 35 ans, désireuse d’enfin fonder une famille. Pour tenter de reconquérir l’amour de sa vie, Adrien décide de monter dans le futur ex-appartement conjugal: une crèche à domicile… Le début, d’une improbable expérience éducative…

Avis :

Scénariste pour la télévision, avec notamment la série « Le juge est une femme« , Maxime Govare est aussi le complice d’une certaine Noémie Saglio, la réalisatrice de la série Canal + « Connasse« . C’est d’ailleurs avec elle qu’il réalise ses deux premiers films, le discret « Les voies impénétrables » et le bien plus visible et gentillet « Toute première fois« , film qui voyait Pio Marmai en gay, s’amouracher d’une jeune femme. On retrouvera d’ailleurs Noémie Saglio au scénario de ce premier film, qui est pour son réalisateur son premier film solo.

Toujours dans la comédie, Maxime Govare a décidé cette fois-ci de nous faire rire avec Vincent Elbaz en adulte totalement immature qui va tout faire pour récupérer l’amour de sa vie, pour le meilleur du pire. Comédie gentillette sans prétention, « Daddy Cool » est parfaitement résumé dans son titre. S’il est clair que le film est loin d’être une révolution, car beaucoup trop convenu, on passe pourtant un chouette moment devant ce film qui se révèle être amusant avec des gags souvent mignons et des dialogues fendards, car totalement décomplexés.

Adrien a quarante ans, mais il refuse de grandir. Marié à Maud et follement amoureux d’elle comme au premier jour, Adrien n’a pas vu que son immaturité a lassé Maud, qui ne voit aucun avenir solide avec lui. Demandant le divorce, Maud tient à refaire sa vie, mais Adrien, dans sa douce folie enfantine, va alors tout faire pour ne pas sortir de sa vie et ça, ça commence pour leur appartement qu’il refuse de quitter. Mieux encore, ayant perdu son travail, il décide d’ouvrir une crèche à domicile, ce qui est loin de convenir à Maud, dessinatrice à succès, qui travaille chez elle, enfin chez eux…

« Daddy Cool« , c’est le genre de comédie qui fait du bien sur l’instant. Sans grande prétention, si ce n’est de divertir, le premier film de Maxime Govare est un petit moment de cinéma sympathique devant lequel on sourit volontiers.

Doté d’un scénario ultra mâché, vu, revu et prévisible dans sa construction, « Daddy Cool » ne surprend pas. Ici, on sait très bien comment tout va se finir, avant même que le film ait vraiment commencé. Mais est-ce que cela fait de lui un mauvais film ? Non, assurément non, et si l’on peut reprocher aux scénaristes Saglio et Govare de ne pas avoir fait dans l’original pour le fil rouge, « Daddy Cool » jouit d’un charme certain, et entre les gamins adorables, un Vincent Elbaz en attardé attendrissant et des insultes qui fusent à tout-va, ce « Daddy Cool » arrive à nous emmener avec lui. Et si l’écriture de l’intrigue est loin d’être affinée, on ne pourra pas en dire autant sur les gags et les petits rebondissements dans l’intrigue. Devant « Daddy Cool« , souvent on sourit, parfois on rit et on aime suivre l’aventure presque inconsciente de cet homme enfant, qui en faisant des bêtises, va grandir, et même plus.

« Daddy Cool » est un film qui fonctionne aussi très bien sur les alchimies. La première, c’est celle entre Vincent Elbaz et ces gamins. Une alchimie toute trouvée qui fait qu’on est obligé de sourire devant les sourires, les répliques, et les gags. Ce « baby-sitter » de l’extrême est tordant et les gamins se plaisent à lui en faire voir de toutes les couleurs. On tire notre chapeau à Maxime Govare pour avoir réussi à faire jouer ces gamins aussi jeunes et d’avoir réussi à tirer autant d’eux.

Ensuite, il y a l’alchimie entre Vincent Elbaz et Laurence Arné, dont le futur ex-couple fonctionne à merveille. Les deux se cherchent tout le film, et dans les horreurs qu’ils se sortent, c’est parfois très drôle. De plus, Vincent Elbaz est génial en mec complétement à l’ouest, un rôle qui lui va à merveille, et qui peut le rendre aussi touchant qu’agaçant. On mentionnera aussi Grégory Fitoussi, dans le rôle de l’amant chiant au possible, et il est tordant. Attention ce mec est un fou…

« Daddy Cool » est donc un petit film sympa, devant lequel on passe un bon petit moment. Drôle et touchant, dynamique et sans temps mort, on regrettera seulement que l’intrigue de base soit si prévisible. C’est vraiment dommage, car dans le sens contraire, on aurait pu avoir une vraie bonne comédie française. Mais bon, voyons le positif, on a déjà à faire à une comédie sympa, ce qui est déjà bien, face à la lourdeur d’autres qui polluent toute l’année nos écrans.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net