The Foreigner – For Chan

De : Martin Campbell

Avec Jackie Chan, Pierce Brosnan, Katie Leung, Michael McElhatton

Année : 2017

Pays : Chine, Angleterre

Genre : Action, Thriller

Résumé :

A Londres, un modeste propriétaire de restaurant de Chinatown va tenter de retrouver les terroristes irlandais responsables de la mort de sa fille.

Avis :

Martin Campbell est un réalisateur néo-zélandais quelque peu sous-estimé, pour ne pas dire presque oublié aujourd’hui, tant l’homme à bien eu du mal à se remettre de l’échec cuisant de son « Green Lantern » sorti en 2011.

Pourtant, l’homme qui a renouvelé par deux fois la franchise « James Bond » avec « Goldeneye » en 1995 et « Casino Royale » en 2006 a quelques bons titres dans sa filmographie comme son méconnu « Sans frontière » avec Angelina Jolie ou son « Hors de contrôle » avec Mel Gibson.

Après six ans d’absence de nos écrans, Martin Campbell est donc de retour avec « The Foreigner« , un bon thriller d’action comme on les aime. Porté par le toujours impeccable Jackie Chan, sur fond de conflit entre l’IRA et l’Angleterre, Martin Campbell livre ici un film efficace, qui tient son spectateur entre suspens, désir de vengeance et politique. Bref, un bon film d’un bon artisan du cinéma, qui tout en restant basique, sait aussi se faire original.

Londres de nos jours. Alors qu’un attentat vient d’être commis dans la capitale, Quan, un restaurateur perd sa fille sous ses yeux. Avide de vengeance, il décide de tout mettre en œuvre pour retrouver les auteurs de la tuerie. Très vite, il se dirige vers Liam Hennessy, le vice Premier ministre d’Irlande, ancien membre de l’IRA, qui a l’air d’en savoir bien plus qu’il ne le laisse paraître. Dès lors, entre les deux hommes, une lutte s’engage.

Pour son nouveau film, Martin Campbell a décidé de faire dans le sujet sensible, puisqu’il est ici question d’attentat en Europe et plus précisément à Londres. Au vu de l’actualité, on aurait pu imaginer avec un sujet pareil, que le réalisateur se lançait dans un film « clientéliste », qui opposerait occident et terroristes musulmans, comme on a pu le voir dans bien des films.

Mais il n’en est rien, et c’est un tout autre conflit qui anime cette histoire de vengeance de la part d’un père détruit par le décès de sa fille de quinze ans. Ici, c’est de l’I.R.A qu’il s’agit et des accords de paix passés entre la Grande-Bretagne et les activistes. À l’heure où les hostilités ont « cessé » avec l’attentat d’Omagh, voilà presque vingt ans (1998), et les accords du Vendredi Saint peu avant, Martin Campbell revient avec un thriller qui derrière son côté vengeur qui fait penser presque automatiquement à « Taken« , s’avère bien plus profond et intelligent que ça.

Et ainsi, avec « The Foreigner« , le réalisateur nous offre deux films en un. Le premier, c’est donc ce film sur la colère et la vengeance d’un père. Ce premier film est bon, maîtrisé, et sait se faire parfaitement efficace. Martin Campbell tient bien son intrigue qui parfois s’avère bien sinueuse dans la psychologie de certains de ses personnages, ce qui est très bien. Martin Campbell nous entraîne donc dans un bon petit film d’action, où attentats, harcèlements, ruses et scènes d’action sont excellentes. Le film ne s’arrête jamais, même si, parfois, on peut aussi lui reprocher d’en faire un peu trop. Tout comme on lui reprochera aussi de faire un peu trop dans la prévisibilité, dans le sens où on aurait aimé être surpris par son final.

De plus, le film est porté par des acteurs au sommet de l’excellence, à un tel point que l’on pourra dire que ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Jackie Chan et Pierce Brosnan aussi bons. Jackie Chan est même étonnamment touchant dans ce rôle sur mesure avec lequel il démontre que la soixantaine passée, il assure toujours autant. Quant à Pierce Brosnan, il en impose dans un rôle fourbe et complexe.

Mais ce qui fait la force et une belle partie de l’intérêt de « The Foreigner« , c’est tout le contexte politique que l’on y trouvera derrière. Bien plus qu’un simple film de vengeance, ce deuxième film qu’apporte Martin Campbell est aussi un film qui peut être comme un cri d’alarme. Alors que d’ici l’année prochaine, la fin du conflit irlandais fêtera ses vingt ans, Martin Campbell revient avec un scénario intéressant dans son message. Un scénario qui constate une paix fragile, des tensions présentes et des rancunes encore vivaces. Et c’est là que « The Foreigner » devient bien plus intéressant, et même passionnant. Ambiguïté et intrigue politique se mêlent donc à cette vengeance et c’est une belle surprise.

La dernière réalisation de Martin Campbell est donc un bon thriller, qui s’avère plus profond qu’il ne le laisse présager. Si le film est imparfait, si il s’égare un peu, ou faute avec une BO hors sujet parfois, il n’en reste pas moins bon, prenant, touchant et surtout très intéressant. Bref, Martin Campbell aura mis du temps à revenir, mais il ne s’est pas trompé et ça fait plaisir de revoir l’artisan Campbell au boulot.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net