A Beautiful Day – Joaquin Phoenix au Sommet

Titre Original : You Were Never Really Here

De: Lynne Ramsay

Avec Joaquin Phoenix, Ekaterina Samsonov, Alessandro Nivola, Alex Manette

Année : 2017

Pays : Angleterre, France, Etats-Unis

Genre : Thriller, Drame

Résumé :

La fille d’un sénateur disparaît. Joe, un vétéran brutal et torturé, se lance à sa recherche. Confronté à un déferlement de vengeance et de corruption, il est entraîné malgré lui dans une spirale de violence…

Avis :

Lynne Ramsay, qui s’est révélée avec We need to talk about Kevin, revient cette semaine avec A Beautiful Day, un thriller radical, porté par Joaquin Phoenix, et récompensé par le prix du scénario et le prix d’interprétation masculine au dernier Festival de Cannes. Avec son slogan « Le Taxi Driver du XXIème siècle », que vaut cette œuvre étonnante ?

Un thriller implicite et intimiste

Alors que certaines critiques ont comparé A Beautiful Day au cinéma de Nicolas Winding Refn, le traitement de Lynne Ramsay est beaucoup plus subtil que celui du danois, virtuose de l’image. Reste un ton et un traitement lancinant qui se rapproche effectivement de ce cinéma contemplatif, qui repose l’essentiel de son art sur le visuel. Mais la cinéaste est beaucoup moins ostentatoire, préférant la discrétion à l’utilisation presque prétentieuse de la lumière, des couleurs et des plans fixes, marque de fabrique de NWR. Préférant un traitement plus intimiste par un côté visuel relativement réaliste. La violence n’est jamais magnifiée, ni totalement mise en scène, abordée avec sobriété et réalisme. Les confrontations sont rapides, précises, froides. La violence est souvent mise en hors champ, mais demeure très explicite dans son expression, qui elle, n’est pas dissimulée. Ce parti pris crée une certaine intimité avec le personnage, parfaitement interprété par Joaquin Phoenix, monstrueux, que ce soit physiquement ou dans son acting.

L’acteur, dont le talent n’est plus à prouver, signe ici une prestation touchante et musclée. Animé par une haine profonde, son esprit est déséquilibré, à cause d’un traumatisme passé. Celui-ci n’est jamais pleinement expliqué, ni montré à l’écran. Un traitement implicite, via quelques flashs, quelques séquences qui viennent se greffer à l’action principale. Le spectateur fait le reste, rassemble les éléments, et comprend pourquoi cet homme agit de la sorte. L’écriture du personnage, intelligente, permet au spectateur de comprendre ce qui le motive, de comprendre son état mental déplorable. Un personnage sans pitié mais régi par ses propres codes. Le personnage est renversant, mais pas seulement grâce à son écriture, surtout grâce à Joaquin Phoenix.

 

Un Taxi Driver du XXIème siècle ?

La référence est évidente. Joe (Joaquin Phoenix) est un personnage dans la lignée de celui de Taxi Driver. Robert De Niro interprétait à l’époque un véritable marginal dans le film de Scorsese. Un personnage déséquilibré, sans attache, sans famille, en quête d’un but. Il cherche à impacter sa propre existence en agissant avec sens. On connaît la suite, cette recherche de Jodie Foster, qu’il faudra arracher au mac, mais surtout la recherche de soi à travers l’innocence d’un enfant. Ici, même si le final diffère par quelques éléments, notamment du point de vue de l’enfant, l’histoire est sensiblement la même. Joe est un homme bourru, qui a quelques problèmes à s’accepter. Le background du personnage est davantage développé dans A Beautiful Day, tandis que la violence rappelle effectivement le cinéma de Scorsese. Lynne Ramsay s’inspire énormément de l’œuvre fédératrice de Scorsese mais avec davantage de calme et de subtilité. Avec très peu de dialogue, A Beautiful Day deviendra certainement moins culte que Taxi Driver, mais se crée sa propre identité.

La relation tri-générationnelle rappelle parfois le récent Logan. Un homme, plus vieux physiquement que son âge, les traits du visage marqué, mais au physique puissant, perdu dans une société qui le dépasse. Un homme perdu avec ses propres démons, avec son passé, qui s’occupe de son aîné. Dans A Beautiful Day il s’agit de sa mère. Un héros désabusé de la rue qui va protéger une jeune fille contre sa propre volonté. Quoi qu’il en soit, A Beautiful Day traite d’un personnage passionnant, aux réactions étonnantes, le tout nimbé dans une ambiance à la fois intimiste, réaliste et visuellement impressionnante. La bande son sert à alimenter l’ambiance à la fois réaliste, crasseuse, froide et parfois oppressante.

A Beautiful Day, si ce n’est dans son histoire, n’a pas forcément la légitimité d’être comparé à Taxi Driver, tant Lynne Ramsay parvient à créer une identité propre. Le film, subtil et froid, est parfois à la limite de la prétention, dans un traitement qui se veut parfois trop contemplatif, est porté par l’excellent Joaquin Phoenix. L’acteur signe une prestation musclée et puissante, et s’inscrit comme un des meilleurs acteurs de sa génération.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Aubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net