janvier 19, 2021

Star Wars Le Pouvoir de la Force

1867

Avis :

Il fut un temps où le jeu vidéo à licence était très mal perçu. Il faut dire que dans le domaine de l’opportunisme et du fric, on a rarement fait mieux. Je ne citerai pas de noms, mais une montagne de jeux sous licence, tirés de films ou de dessins animés, sont des bouses infectes visant un public jeune pour faire un maximum d’argent sur la licence. Néanmoins, depuis quelques temps, on voit débouler des jeux à licence de bien meilleure qualité, visant un public adulte plus averti. Bien entendu, ces jeux sont issus de films devenus cultes avec le temps et ayant un univers fort permettant de s’éloigner des histoires originelles pour fournir un produit inédit. On repense bien entendu à l’univers du Seigneur des Anneaux et à tous ses rejetons, mais aussi et surtout à Star Wars avec son univers infini et sa sempiternelle guerre entre jedis et siths. L’un des derniers nés de la petite famille est Star Wars Le Pouvoir de la Force, qui propose un jeu d’action, proche du beat’em all, en alliant quelques éléments du jeu de rôle (surement pour attirer les joueurs vénérant Knights of the Old Republic KOTOR). Mais qu’en est-il vraiment de ce jeu ? Retombe-t-on dans les travers des jeux à licence juteux et mauvais ? Est-ce une bonne surprise ? Allons voir cela d’un peu plus près !

b6a5b153e7-star-wars-le-pouvoir-de-la-force-ps3-xbox360-sol-22263

On commence le jeu en incarnant Dark Vador

L’histoire du jeu se situe avant la première trilogie. On doit être d’ailleurs entre les deux trilogies de George Lucas. Dans la première mission, on incarne Dark Vador chez les wookies. On déboîte du monstre à tout va en marchant lentement et on a connu mieux comme introduction. Les mouvements du vieux sont lents et poussifs et le tout est très facile même en mode normal. On termine la mission avec un combat contre un jedi et on trouve un jeune enfant bourré de talent. Ce jeune homme sera nous. Par la suite, on va donc incarner un méchant garçon au service de Vador qui va exécuter des missions et buter du jedi. Jusqu’au moment où le grand méchant veut se débarrasser de nous en écoutant les ordres de l’empereur Palpatine. A ce moment-là, on devient gentil et on essaye de mettre en place une alliance rebelle contre les siths. Le scénario est assez sympathique, seulement il doit rentrer dans les clous du jeu vidéo et donc les transitions sont extrêmement rapides. On a l’impression de ne pas pouvoir s’appesantir plus à même dans le sujet et tout va très vite. C’est d’ailleurs le plus gros défaut du jeu, une durée de vie assez courte où le scénario ne prend pas assez d’ampleur et où la difficulté sera assez mal dosée.

Si les différents passages dans les niveaux restent assez classiques, comme le rayon laser qui se déclenche à intervalles réguliers ou encore les sauts de plateformes en plateformes pour ne pas tomber dans la lave, ils sont relativement faciles et ne posent pas vraiment de problèmes. Il faudra aller vers la fin du jeu pour trouver des ennemis beaucoup plus coriaces et surtout beaucoup plus nombreux ou des snipers cachés dans les hauteurs. Mais là où l’on voit que la difficulté est plutôt mal dosée, c’est au niveau des boss qui sont assez difficiles et plutôt pénibles à vaincre. D’autant que l’action est rapide et que bien souvent on ne voit pas grand-chose à l’écran. La chose est d’autant plus bizarre quand on voit que Dark Vador est un piètre combattant alors que le vieux Palpatine est très coriace !

Au niveau de la jouabilité, c’est plutôt bon. Notre personnage est agile, rapide et les commandes répondent au quart de tour. Néanmoins, on préférera certainement utiliser la force qui est bien plus fun que le sabre laser. En effet, il est possible de prendre toutes sortes d’objets ou des ennemis légers et de les balancer à travers tout le décor. Le moment de grâce étant quand nous sommes dans un vaisseau et que l’on casse une vitre pour aspirer tout le monde. Les combats au sabre sont utilisés lors des affrontements avec les boss mais ils sont souvent redondants malgré les achats de combos que l’on peut faire. D’ailleurs, le passage jeu de rôle est assez simpliste et n’apporte pas grand-chose. On achète des combos ou des améliorations pour sa vie ou sa force, mais rien de bien grandiloquent et intéressant. Il s’agit plus d’une note d’intention que d’un véritable jeu de rôle. On pestera souvent contre des caméras parfois malhabiles qui ne montrent pas les ennemis et cela est très pénible, notamment à la fin quand on se fait attaquer par une horde de stormtroopers.

Le jeu pêche aussi par ses graphismes. Ce n’est pas que c’est laid, bien au contraire, certains décors sont superbes, comme cette espèce de décharge en apesanteur. Les modélisations des personnages ne sont pas dégueulasses non plus, on reconnait bien les acteurs ou actrices de la saga. Mais globalement, le moteur 3D a pris une grosse claque dans la gueule et on voit beaucoup de bugs de collision ou encore quelques défauts d’affichage. Le tout fait assez vieillot, notamment dans les scènes cinématiques qui ne sont pas forcément géniales. Le pire venant certainement du personnage que l’on incarne, nullement charismatique et assez transparent auquel on aura du mal à s’identifier à cause de sa tronche quelconque. Néanmoins, ses costumes sont relativement classes, surtout dans les pays désertiques. On retiendra aussi la mocheté des paysages dans la jungle luxuriante.

sw_lpdlf_01

Il est bizarre ce sol, il est pas palpable…

Au final, Star Wars le Pouvoir de la Force n’est pas un mauvais jeu et il exploite de manière intéressante l’univers Star Wars. Mais avec une durée de vie très courte, des niveaux assez redondants et des graphismes pas forcément folichons, le soft se place entre les très bons jeux et les mauvais jeux. Pas révolutionnaire, sympathique à jouer mais ne laissant pas un souvenir impérissable, il reste potable. Par contre, le degré de rejouabilité est très faible.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

316356_10201093379436910_1464413393_nNote de Trasher: 14/20 Bon jeu mais un poil répétitif

Note de Mickey: 16/20

cobra-original-1-290x290Note de Casey Slyback: 15/20

ServalNote de Serval: 11/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.