La Caméra de Claire

Titre Original : Keul-Le-Eo-Ui Ka-Me-La

De : Hong Sang-Soo

Avec Isabelle Huppert, Kim Min-Hee, Jang Mi Hee, Jin-Yeong Jeong

Année: 2017

Pays: Corée du Sud

Genre: Drame

Résumé:

Lors d’un voyage d’affaires au Festival de Cannes, Manhee est accusée de malhonnêteté par sa patronne, et licenciée. Claire se balade dans la ville pour prendre des photos avec son Polaroïd. Elle fait la rencontre de Manhee, sympathise avec elle, la prend en photo. Claire semble capable de voir le passé et le futur de Manhee, grâce au pouvoir mystérieux du tunnel de la plage. Désormais Claire décide d’accompagner Manhee au café où elle a été licenciée. C’est le moment de découvrir le pouvoir de Claire à l’œuvre…

Avis:

Hong Sang-soo est sûrement l’un des réalisateurs les plus connu par chez nous. Il faut dire que l’homme est une bête de travail qui ne s’arrête jamais. Sa carrière commence en 1996 avec « Le jour où le cochon est tombé dans le puits » et depuis le cinéaste n’a plus jamais posé sa caméra et plus de vingt ans après, il vient nous présenter « La caméra de Claire« , son vingtième long-métrage… Respect.

Présenté au dernier festival de Cannes, « La caméra de claire » marque les retrouvailles entre le réalisateur coréen et notre Isabelle Huppert, pour une échappée Cannoise tout à fait de circonstance, puisque le film a été tourné pendant le festival de Cannes 2016 avec très peu de moyens et dans un laps de temps très restreint.

« La caméra de Claire« , livre plus une expérience qu’un film à part entière. Sans vraiment d’intrigue, partant dans tous les sens, étant libre d’interprétation, cette échappée cannoise fascine autant qu’elle importune. Et finalement, c’est vraiment une fois sorti de la salle que le film agit, car avec un tel ovni, il est impossible de ne pas y repenser et l’on y trouvera autant de bons arguments que de mauvais …

Lors d’un voyage d’affaires au festival de Cannes, Manhee se fait licencier après cinq ans de bons et loyaux services. Le motif ? Sa patronne la trouve malhonnête et n’a plus confiance en elle. Peu après, Manhee déambule dans les rues de Cannes et fait la connaissance de Claire, une enseignante venue accompagner l’une de ses amies qui présente un film au festival. Claire se balade avec son polaroid et prend en photo des étrangers. Les deux femmes sympathisent et ne sachant pourquoi ou comment, Claire a l’air de pouvoir aider Manhee grâce à un étrange pouvoir.

Étrange sensation la sortie de cette « … caméra de Claire« , qui fut une séance étrange, légère, aussi complexe qu’agaçante et pourtant attachante.

Tourné dans l’instantané en tout petit comité, Hong Sang-soo nous invite pour une échappée Cannoise unique. Une échappée Cannoise qui ne ressemblera à aucune autre. Une échappée qui amusera au départ, mais qui finalement, à force de tirer sur l’amusement de ce concept, finit par ennuyer. Si l’idée de filmer ses actrices déambulant dans le vieux Cannes, en parlant de tout et de rien, pouvait être une bonne idée, qui bien souvent va donner naissance à des situations assez cocasses qui nous feront sourire, très vite, le projet s’essouffle et finalement, on reste là, à se demander le pourquoi du comment ? De quoi veut nous parler Hong Sang-soo ? Et plus l’intrigue avance et plus les questions fusent. Entre réalité dérangée et fiction étrange, pour ne pas dire vraiment « chelou », on ne comprendra pas grand-chose au film de Hong Sang-soo. Et ce n’est pas avec ce final, qui coupe le film en pleine action, que ça va s’arranger.

Une sensation qui est donc étrange, car malgré tout, le film est loin d’être détestable et on pourrait même y trouver un certain charme. Il y a une sorte de vérité qui se dégage de ses acteurs et des scènes tournées à la va-vite à travers la ville (même si parfois ce n’est pas très bien filmé et que le son est assez difficile).

L’alchimie entre les comédiens fonctionne très bien et tout particulièrement entre Isabelle Huppert et Jeong Jin-yeong. Les deux comédiennes sont drôles et ensemble, et elles nous offrent de jolis moments. On restera aussi sous le charme de Kim Min-Hee qui après « Mademoiselle » retrouve son réalisateur fétiche et on peut dire que Hong Sang-soo sait la sublimer.

On ressort donc très partagé du dernier Hong Sang-soo, car si le moment n’était pas si désagréable que ça, grâce au charme que le réalisateur a réussi à capturer, on reste néanmoins dubitatif face à un scénario qui ne raconte pas grand-chose, qui a même su se faire détestable en une scène incompréhensible qui rabaisse l’image de la femme. Un scénario qui pose énormément de questions, auxquelles il faut chercher les réponses, les métaphores et autres indices. Bref, un film en demi-teinte qui est une belle déception venant de la part de Hong Sang-soo. Mais je le redis, une déception qui a énormément de charme et d’humour…

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net