septembre 28, 2020

Kingsman : Le Cercle d’Or – Presque Taillé sur Mesure

Titre Original : Kingsman : The Golden Circle

De: Matthew Vaughn

Avec Taron Egerton, Mark Strong, Julianne Moore, Channing Tatum, Colin Firth, Pedro Pascal

Année: 2017

Pays: Angleterre, Etats-Unis

Genre: Action

Résumé:

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.
Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

Avis:

Alors que Matthew Vaughn n’a pas l’habitude de mettre en scène les suites de ces œuvres (Kick-Ass 2, X-Men), il a décidé de revenir pour Kingsman. Colin Firth, Mark Strong et Taron Egerton sont de retour, accompagnés de quelques petits nouveaux : Halle Berry, Jeff Bridges, Julianne Moore et Channing Tatum.

Une accentuation du ton

Matthew Vaughn devait trouver un moyen d’être original pour créer un décalage par rapport au premier film tout en restant dans la même veine. Le cinéaste a décidé d’accentuer le ton, de le caricaturer. Kingsman 2 tombe dans la totale autodérision. Les situations sont totalement alambiquées, grossières, les personnages sont des caricatures, les gadgets sont légions. Kingsman : Le Cercle d’Or pourrait se résumer comme un Mission Impossible, l’humour en plus. Plus rien n’est crédible dans cette suite. Matthew Vaughn met en scène des instants actions impensables, des robots chiens, et des vannes plus ou moins réussies.

Kingsman 2 est une œuvre colorée et pop, mais manque d’écriture. Cette suite, à force d’être totalement dans le what the fuck, finit par être inutilement bruyante, comme si elle s’agitait sans réellement atteindre son but. L’histoire n’est pas passionnante et n’est finalement qu’un dérivé de série. A la manière des Experts ou de NCIS, les protagonistes rencontrent leurs paires américains et travaillent de consort avec eux. Des doubles aux mêmes attributs, aux mêmes fonctions. Même la méchante, en tout cas dans sa volonté de dominer le monde, est un copier-coller des agissements de Samuel L. Jackson dans le premier opus. Sans grande originalité, cette suite tombe dans un too much assumé parfois fatigant, qui donne quelque fois l’impression désagréable que le film entier est un fake.

 

Une suite paresseuse mais divertissante

 

Cette suite n’est pas dénuée d’intérêt. Ses scènes d’action sont notamment très réussies. Matthew Vaughn parvient à filmer l’action avec un rythme endiablé. Chaque combat est une prouesse visuelle, une merveille de mise en scène. Sous ces airs de faux plans séquences, le visuel est renversant. Le cinéaste trouve des angles inédits, et alterne entre slow motion et accélération de rythme pour un rendu somptueux. Chaque combat est à l’image de l’inoubliable scène de l’église.

L’humour n’est pas en reste puisque les apparitions d’Elton John sont à mourir de rire. Le chanteur, qui semble s’amuser comme un fou, se donne à cœur joie dans son propre rôle. Kidnappé par Julianne Moore, il est obligé de jouer pour elle dans des costumes ridicules et ostentatoires. Il est le cobaye des expérimentations douteuses de cette méchante. Sa rébellion est hilarante et ses apparitions mémorables.

Pour autant, Kingsman : Le Cercle d’Or est incontestablement décevant. Malgré son rythme effréné, cette suite sort moins du moule que son prédécesseur. L’écriture est moins précise, le montage plus paresseux, les personnages secondaires sont effacés, et l’histoire sent le réchauffé. L’opposition des classes n’est plus présente, et ce film ne sort pas spécialement des carcans du genre. Kingsman : Le Cercle d’Or est certes divertissant, mais ne se démarque pas d’un blockbuster classique, à la différence de son prédécesseur.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Aubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.