Terraforming Mars

Fiche technique :

Auteur : Jacob Fryxelius

Joueurs : 1 à 5

Durée : 2h

Première parution : 2017

But du jeu :

Obtenez le plus de Niveau de Terraformation en transformant la planète Mars pour la rendre habitable pour l’espèce humaine !

Règles :

Terraforming Mars place les joueurs dans un futur lointain à la tête de Corporations voulant investir dans l’habitation future de Mars pour que cette planète devienne habitable, ils vont donc développer des projets pour rendre la planète viable, en augmentant les 3 paramètres globaux : l’Oxygène, la Température et la présence d’Océans.

Chaque joueur commence avec une Corporation, qu’il choisit parmi deux. Cette Corporation détermine ses MégaCrédits (M€) de départ et ses pouvoirs permanents. Pour l’aider dans ce choix, ils ont également 10 cartes Projet en main, mais ils doivent dépenser 3M€ par carte qu’ils souhaitent conserver. Les cartes qui ne sont pas conservées sont placées dans la défausse.

Chacun démarre la partie à 20 Niveau de Terraformation (NT), équivalent à 20 points de victoire, ainsi qu’avec un plateau individuel représentant les productions (M€, Acier, Titane, Plantes, Energie et Chaleur), qui débutent à zéro (sans compter les éventuels bonus liés à la Corporation choisie).

le joueur produit à chaque tour 7 Energie, 4 Chaleur, 1 Titane etc.

Lors de son tour de jeu, un joueur peut soit effectuer jusqu’à 2 Actions soit passer. Dans ce dernier cas il ne pourra plus jouer jusqu’à la fin de la Génération en cours (une Génération est une succession de tours de jeu des différents opposants).

Les actions possibles sont :

  • Développer une carte Projet : le joueur paye le coût en M€ et le place devant lui. Il en existe 3 types : les événements (en rouge), les cartes automatisées (en vert), et les cartes actives (en bleu). Ces cartes permettent d’augmenter ou de réduire les différents niveaux de production, de proposer des actions spéciales, d’offir des bonus pour jouer d’autres cartes, d’augmenter certains paramètres globaux, de construire des villes, etc.
  • Développer un Projet Standard : présents sur le plateau de jeu, ils sont plus onéreux que ceux présents sur les cartes mais sont accessibles à tout moment. Il est par exemple possible d’augmenter un paramètre global, de construire une ville, de défausser des cartes en échange de M€, etc.
  • Acquérir un objectif : également présents sur le plateau, un joueur remplissant les conditions d’un objectif peut réclamer 5 NT à la fin de la partie. Sur les 5 objectifs possibles, seuls trois pourront être obtenus.
  • Financer une récompense : de la même façon que les objectifs, les récompenses sont présentes sur le plateau. Il s’agit de paris faits sur la fin de la partie concernant divers critères comme être le plus riche, être celui qui a posé le plus de forêts, etc. Sur les 5 récompenses possibles, seules trois pourront être financées mais coûtent de plus en plus cher.
  • Dépenser 8 Plantes pour construire une forêt et augmenter le taux d’Oxygène de la planète.
  • Dépenser 8 Chaleur pour augmenter la Température de la planète.
  • Utiliser une Action présente sur une carte active ou la carte de la Corporation le cas échéant.

La plupart des cartes ont des prérequis qui doivent être remplis pour que la carte puisse être jouée, qu’il s’agisse des paramètres globaux (par exemple, il faut que la chaleur ait atteint un certain palier) ou de posséder certains badges, présents sur la plupart des cartes Projet. Ces badges correspondent au thème des cartes, comme les Plantes, la Planète Terre, l’Espace, les Bâtiments, les Microbes, l’Energie, etc.

Lorsqu’un joueur augmente un des 3 paramètres globaux (Température, Oxygène, et présence d’eau grâce aux tuiles Océan), il augmente son NT de 1.

Sur le plateau sont présentes diverses icônes, si un joueur pose une tuile (Ville, Forêt ou Ocean) sur une case qui en contient il gagne les ressources indiquées par les icônes. Les joueurs doivent poser des Forêts sur des emplacements adjacents à une tuile qu’ils possèdent déjà, et toute tuile arrivant à côté d’un Ocean fait gagner 2 M€ au propriétaire de ladite tuile.

Une fois que tous les joueurs ont choisi de passer, la Génération se termine. Tous les joueurs produisent selon leurs différents niveaux de production (les M€ qu’ils gagnent à chaque tour correspondent à leur NT + leur production d’argent), et si les paramètres globaux n’ont pas atteint leur maximum, un nouveau tour débute. Le jeton Premier Joueur passe au suivant, et l’on distribue 4 cartes Projet à chacun. Comme au début de la partie, il faut dépenser 3 M€ pour les garder jusqu’à ce qu’elles soient jouées ou défaussées.

Lorsque la Température a atteint 8 degrés, que l’Oxygène est à 14% et que les 9 tuiles Océans ont été placées, la partie se termine à la fin de la Génération. Les joueurs peuvent construire des Forêts suite à la dernière phase de production et l’on compte les points.

Les joueurs gagnent 1 NT pour chaque Forêt qu’ils possèdent, et chaque ville rapporte à son propriétaire 1 NT pour chaque Forêt adjacente. L’on ajoutes les points rapportés par les Objectifs, les Récompenses, et certaines cartes Projets. Le joueur totalisant le plus de NT est le vainqueur.

Avis :

Terraforming Mars est un jeu qui a énormément fait parler de lui à sa sortie, et en bien. Mais dans les faits, que vaut-il ?

Cet eurotrash commence par nous proposer un thème dans l’air du temps, celui de l’exploration et de la terraformation de la planète rouge, c’est à dire la transformation des conditions climatiques pour la rendre habitable par l’espèce humaine. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le dépaysement est complet. Le plateau de jeu représente une des faces de Mars, avec différents lieux emblématiques (montagnes, lunes) et le but du jeu est de monter les paramètres globaux. Ainsi, toute les actions à entreprendre dans ce sens sont logiques et s’accordent parfaitement avec le gameplay. Elles ont d’ailleurs un impact direct sur les choix des joueurs et leurs possibilités puisque la plupart des cartes, comme on l’a dit, ont besoin que ces seuils aient atteint un certain niveau, voire même qu’ils ne dépassent pas un certain niveau.

Le fait que chaque joueur lors de son tour ne puisse jouer que 2 actions rend le jeu très fluide et sans trop de temps morts. Les actions s’enchaînent donc rapidement, et même la présence de synergies possibles entre plusieurs cartes ne ralentit que très peu l’attente entre les tours de tout le monde. L’on ne s’ennuie jamais et l’on passe son temps à s’adapter aux diverses conséquences des actions des autres joueurs, certaines pouvant nous arranger sans qu’il le sache mais d’autres pouvant mettre à mal une stratégie en cours. Toutefois les interactions entre joueurs sont assez peu nombreuses. La plupart du temps il va s’agir d’attaques sous la forme de certaines cartes événements, qui vont priver un adversaire de ressources voire qui feront baisser sa production.

Niveau design l’ensemble est plutôt joli, les illustrations des cartes ont un rendu photoréaliste du plus bel effet. La signalétique est assez claire, une fois que l’on a compris les différentes icônes, même si parfois deux symboles presque identiques ont deux effets totalement différents. Les cubes de ressources sont jolis et agréables avec leur effet métallisé, et leur utilisation est plutôt pratique et bien pensée. En effet, un cube de valeur 1 placé dans la case de l’argent représente 1 M€, et le même cube placé dans la case des Plantes représente… 1 Plante. En revanche, la façon de noter la production sur les plateaux individuels n’est pas très pratique car il suffit d’un simple faux mouvement pour ne plus savoir où l’on était.

Même si les règles sont relativement simples, le jeu n’est pas forcément accessible à tous. C’est pourquoi il propose plusieurs niveaux de difficulté. Le mode débutant consiste à choisir une Jeune Corporation, qui débute avec tous ses niveaux de production à 1 et qui n’a pas besoin de payer ses cartes de base. En contrepartie elle n’a pas d’avantage sur un domaine en particulier. Il existe également beaucoup de cartes considérées comme « Expert » qui peuvent être retirées en début de partie pour faciliter les choix de jeu. Pour autant les retirer a tendance à trop simplifier les parties et retire grandement au côté stratégique et au grand choix de cartes différentes, ce qui est dommage, même pour un joueur débutant. A l’inverse, il est possible de drafter les cartes que l’on pioche au début de chaque tour, cela a tendance à rallonger un peu la partie mais offre des perspectives plus intéressantes. Sachant qu’il est toujours obligatoire de payer 3 M€ par carte que l’on souhaite garder parmi celles sélectionnées lors de ce draft.

Deux cartes alternatives ont d’ores et déjà vu le jour, offrant la possibilité de jouer sur d’autres faces de la planète rouge. Elles ont l’avantage de proposer des Objectifs et des Récompenses différentes, ce qui pourra orienter la façon de jouer et ainsi augmenter la rejouabilité déjà conséquente. Et avec l’arrivée de Venus Next, la deuxième extension, les joueurs auront la possibilité d’agir sur un autre paramètre global…

Un jeu qui ne révolutionne en rien l’univers du jeu de société du point de vue des mécaniques, mais toutes celles-ci fonctionnent tellement bien ensemble que Terraforming Mars offre une expérience de jeu très agréable, fluide, avec un thème qui fait rêve les futurs astronautes (et pas que)… Une valeur sûre. Ce n’est pas pour rien qu’il est classé parmi les tout meilleurs jeux de tous les temps selon le site boardgamegeek et qu’il a gagné plusieurs nominations pour divers prix.

Note: 19/20

Par Flippy Who

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net