octobre 24, 2020

Conspiration – Eric Giacometti et Jacques Ravenne

Auteurs : Eric Giacometti et Jacques Ravenne

Editeur : JC Lattès

Genre : Thriller

Résumé :

De la France aux États-Unis, Marcas, mis sur la touche par sa hiérarchie, va devoir retrouver un secret qui hante l’histoire de France et dont la possession peut détruire les démocraties occidentales. Deux siècles plus tôt, en pleine Révolution française, l’inspecteur Ferragus présent dans les Illuminati est entraîné dans une implacable course contre la montre pour démasquer le groupe occulte qui veut s’emparer du même secret. Au cœur de ce secret, le pouvoir absolu.

Avis :

Devenus un pilier incontournable dans le domaine du thriller ésotérique, Giacometti et Ravenne poursuivent leur exploration de la symbolique maçonnique à travers certains des plus grands secrets historiques. De la société de Thulé au Graal, sans oublier les Templiers ou les Illuminati, le duo d’auteurs apporte leur pierre à l’édifice des théories sur ces sujets. Une de plus à chaque occurrence ? Peut-être, mais celles-ci se démarquent par leur pragmatisme en s’appuyant sur des bases historiques. En aucun cas, elle n’encourage au fantasme ou à la spéculation de bas étage. Pour ce dernier volume en date, c’est au tour du secret des rois de France et des Skull & Bones de passer sur le billot.

On connaît la société secrète pour ses frasques et les rumeurs plus ou moins fondées qui circulent dessus. Certains films tels que la trilogie The Skulls initiée par Rob Cohen ont tôt fait de propager une image élitiste doublée d’une influence tentaculaire. Ce dernier point donnant tout son sens au titre du présent ouvrage. Sentiment d’impunité, rites mystérieux, objectifs tout aussi nébuleux… Il n’est pas un élément sur lequel on peut émettre une hypothèse afin de tenter d’expliquer l’existence et les actes de ce type de regroupement. Quand on tient là la fine fleur de Yale, alors tous les délires sont permis, des plus cocasses aux plus inquiétants.

Il n’en demeure pas moins que l’aura des Skull plane sur l’intrigue bien avant leur implication réelle. Ici, les responsables s’effacent derrière leurs actes. Rien de bien surprenant pour se dédouaner. Toutefois, l’approche tend à jouer de l’influence de ces hommes de l’ombre pour concrétiser quelques sombres desseins. La trame dévoile avec parcimonie les enjeux, quitte parfois à reculer certains passages pour un effet plus percutant. Tout comme l’atmosphère paranoïaque propre à ce genre d’ouvrage, le suspense est bien présent. Toutefois, on a l’impression que l’exposition des tenants ou leur analyse prend le pas sur la progression et l’évolution du contexte.

Comme à leur habitude, les auteurs brouillent avec habileté fiction et réalité, si bien que même les connaisseurs auront du mal à distinguer l’un et l’autre. D’anecdotes en explications précises, l’histoire se ponctue de faits divers et d’événements directement (ou non) imputables aux Skull. À cela s’ajoute aussi la conséquence de leur portée. Leur soudaineté se pare d’une mise en scène impressionnante, voire macabre dans ce qui est suscité. Il en ressort un enrobage narratif parfaitement maîtrisé et rodé. Bien que la structure n’enlève rien à l’efficacité de l’ensemble, elle ne recèle désormais aucune surprise pour les amateurs des enquêtes de Marcas.

Quant aux incursions historiques, elles font leur grand retour en s’intercalant entre les chapitres contemporains. L’empire du Graal, son prédécesseur, avait placé cet élément indissociable de cette série de livres en fin d’ouvrage, en un seul bloc. Ici, ce choix permet d’accroître le suspense tout en mettant en parallèle l’intrigue avec l’histoire… de France, plus précisément. On se retrouve juste après la Révolution (en 1793) où les tensions dans la capitale, comme ailleurs, sont encore exacerbées par quelques ambitions personnelles et velléités citoyennes. Cadre parisien oblige, c’est dans cette partie que l’on consacre une part prépondérante à la quête du secret des rois de France.

Au final, Conspiration est un tome prenant et intrigant si tant est que l’on porte un intérêt à l’ésotérisme et à l’histoire. Rien de bien étonnant jusque-là. Et c’est sans doute ce manque de surprises qui laisse un retour timoré sur le récit en lui-même. Les aboutissants et la progression présentent de nombreuses similarités avec Le règne des Illuminati. Les intervenants et la société secrète changent, les implications et les motivations demeurent les mêmes avec la quête du pouvoir par le contrôle des masses. On notera néanmoins une violence des actes un peu plus relevée. À peu de choses prêtes, la recette reste identique pour proposer une aventure de Marcas servie par une documentation fouillée et un rythme qui fait la part belle au suspense.

Note : 14/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.