octobre 24, 2020

Le Cycle d’Ender T.01 – La Stratégie Ender – Orson Scott Card

Auteur: Orson Scott Card

Editeur: J’ai Lu

Genre: Science-Fiction

Résumé:

Andrew Wiggin, dit Ender, n’est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses faits et gestes sont observés par l’intermédiaire d’un moniteur greffé dans son cerveau. Car ceux qui l’ont conçu ambitionnent de faire de lui le plus grand général de tous les temps, le seul capable de sauver ses semblables de l’invasion des doryphores. Et alors qu’Ender suit pas à pas le dur chemin de son apprentissage de guerrier, ses créateurs mesurent la gravité de leur choix : en donnant naissance à un monstre, n’ont-ils pas damné l’humanité elle-même ?

Avis:

Rééditée et remise au goût du jour, notamment grâce au film éponyme avec Harrison Ford en 2013, La stratégie Ender fait maintenant partie des classiques de la science-fiction moderne. Auréolé de nombreux prix dans les années 80, Orson Scott Card a su écrire une œuvre qui s’adresse aussi bien aux adolescents qu’aux adultes. Toutefois, attention aux âmes sensibles : même si la violence n’est pas l’objectif de ce livre, les tortures psychologiques sont légion et peuvent perturber.

Ender, que l’on pourrait traduire par « Terminateur » en français, est un jeune garçon de 6 ans au début du livre et qui se nomme Andrew Wiggin. On suit son parcours militaire, depuis son entrée à l’Ecole de la Guerre jusqu’à la fin de son éducation à l’Ecole de Commandement peu après ses 11 ans. Contrairement à de nombreuses autres histoires mettant en scène de si jeunes protagonistes, celle-ci est très mature tant le personnage est étrange, bien trop intelligent pour son âge et façonné dans un but précis. Effectivement, troisième enfant d’une famille ne pouvant en avoir que deux selon les lois du système, Ender vit un calvaire sous le joug de son frère Peter et dans la presque indifférence de ses parents qui savent que leur dernier enfant leur sera bientôt enlevé pour une cause supérieure à toute autre : devenir le commandant suprême qui libèrera l’humanité de la future invasion des doryphores, vieil ennemi déjà battu à deux reprises mais dont la force ne fait qu’augmenter avec le temps. Tous les espoirs reposent sur Ender qui ne s’en rendra compte qu’en temps voulu, une fois sa formation achevée.

L’évolution psychologique d’Ender est le point central de ce livre et est plutôt réussie. Intéressante, prenante, perturbante et parfois choquante, ses pensées et interrogations nous sont livrées avec beaucoup de détails. Torturé, perdu, motivé, déprimé, désemparé, satisfait, … Ender passe par des états et des prises de conscience d’importance, qui auraient pu démotiver un adulte entraîné et sûr de ses aptitudes. L’âge d’Ender est quasi transparent pour le lecteur qui se souvient surtout de la personnalité du héros alors que sa jeunesse lui vaut les insultes, le mépris et le rejet de ses nouveaux camarades de classe. Cette dualité est parfois dérangeante. Même si Andrew reste en effet un enfant, ses capacités sont loin d’être celles que l’on attend à cet âge. Son entourage ne semble pas le voir et s’amuse à le rabaisser un bon moment à ce propos, ce qui finit par lasser à un moment donné. Il apprend cependant à utiliser cela à son avantage, appréciant le fait d’être sous-estimé pour mieux impressionner.

Les personnalités de son frère et de sa sœur sont aussi intéressantes mais ne sont pas aussi développées. Une sous-intrigue concernant Peter et Valentine est entamée vers le milieu du livre. Elle n’est malheureusement pas vraiment mise en avant par la suite alors que l’on aurait aimé suivre ces deux intrigants et en savoir davantage sur leurs actions. Alors que la partie sur Ender est basée sur le pouvoir, la violence psychologique et l’action, celle sur Peter et Valentine est basée sur la manipulation de masse, la politique et l’appropriation de personnalités stratégiques pour des enjeux plus terre à terre, loin des mouvements spatiaux et inter dimensionnels. Les partis politiques ainsi que les relations internationales ne sont pas détaillées et certains termes, tels que Hégémon ou Pacte de Varsovie, ne sont pas expliqués. On se perd facilement et on a du mal à suivre, ce qui est vraiment dommage étant donné l’importance de la sous-intrigue, notamment sur la fin.

Les phases d’enseignement à l’Ecole de la Guerre sont à la fois originales et déjà vues. Les étudiants travaillent sur des simulateurs perfectionnés, suivent des cours classiques, passent leur temps libre sur des jeux vidéo intelligents, et sont poussés à bout par un personnel encadrant frisant parfois la cruauté. La persuasion et la manipulation sont au cœur d’un régime truqué qui transforme de jeunes recrues à fort potentiel en des pions soumis. Ender déroge quelque peu à cette règle, préférant se fier à ses intuitions et n’hésitant pas à se frotter à l’insubordination, au grand damne des dirigeants. Isolé de force, Andrew se transforme petit à petit en une machine de guerre. Les cours, les séances d’entraînement et les exercices militaires, bien que répétés, n’ennuient pas. Chaque bataille est ainsi faite pour varier légèrement de la précédente, ce qui permet à Andrew d’en apprendre toujours plus et au lecteur de ne pas avoir l’impression de lire deux fois la même chose. De plus, beaucoup d’exercices ne sont pas décrits, ce qui limite ainsi les scènes d’actions répétitives et ennuyeuses.

Ce caractère à la fois rebelle et torturé par l’enseignement agressif de l’école, fait du héros un personnage attachant. Modeste, se remettant toujours en question, n’aimant pas la violence mais n’hésitant pas à se défendre, Ender apparaît comme un commandant unique en son genre. Curieux, il cherche toujours à en savoir plus sur ses ennemis, les doryphores, et cherche à comprendre leurs motivations. Cet intérêt, que les autres personnages du livre n’ont pas, permet de séparer Ender des autres et d’en faire un être plus humain, capable de compréhension et de sentiments. Cette personnalité complexe est plaisante et donne une vigueur et un fond vibrant au roman, malgré un ton plat et une traduction trop stricte. Par exemple, les descriptions des scènes actions sont monocordes et sans saveur. On s’y ennuierait presque. Les stratégies ne sont pas réellement détaillées, ce qui est décevant étant donné l’apprentissage d’Ender. Les dialogues sont plus intéressants mais manquent parfois d’attrait. Il faut dire que les autres personnalités du livre sont loin d’être jouissives. Les professeurs sont durs et droits, les dirigeants sont froids et calculateurs et les autres élèves sont fermés et méfiants. Alai, Bean, Dink ou Petra sortent quelque peu du lot même s’ils nous donnent l’impression d’être de de quasi inconnus tant on n’en sait si peu sur eux.

Chaque début de chapitre est un dialogue entre deux adultes : des dirigeants, des politiciens, des scientifiques ou des enseignants. Ils ne nous apprennent finalement pas grand-chose et finissent même par être agaçants. Au début ils sont mystérieux et posent un peu les choses puis ils deviennent inintéressants au possible.

La fin étonne vraiment et nous fait nous poser plein de questions. Tous les mystères ne sont tout de même pas résolus, notamment un dont l’explication apparaît comme peu suffisante. Les dernières pages apparaissent bien plus prenantes qu’une grande partie du livre et donnent envie de continuer le cycle, qui compte 4 autres livres.

Un roman à la fois humaniste, provocant, qui nous montre comment il est possible et facile de pervertir une âme jeune et innocente et qui critique un système inhumain. Un livre intéressant surtout au niveau psychologique, même si l’intrigue finit par nous surprendre sur les dernières pages. Un classique qui n’a rien perdu de son intérêt et qui met en place un personnage fort et captivant.

Note : 14,5/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.