décembre 2, 2020

Le Dernier Métro

De : François Truffaut

Avec Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Jean Poiret, Heinz Bennent

Année : 1980

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Paris, septembre 1942. Lucas Steiner, le directeur du théâtre Montmartre a dû fuir parce qu’il est juif. Sa femme Marion Steiner dirige le théâtre et engage Bernard Granger, transfuge du Grand Guignol, pour jouer à ses côtés dans « la Disparue », que met en scène Jean-Louis Cottins. Jusqu’au soir de la générale, la troupe subit les menaces du virulent critique de « Je suis partout », Daxiat, dont l’ambition est de diriger la Comédie-Française. Et si, par amour pour sa femme, Lucas Steiner avait fait semblant de fuir la France et était resté caché dans la cave de son théâtre pendant toute la guerre….

Avis :

François Truffaut est un cinéaste visionnaire. Réalisateur culte de la nouvelle vague, François Truffaut a eu bien des succès dans sa carrière et il nous laisse bien des films à découvrir ou redécouvrir.

François Truffaut, c’est trente années de cinéma, qui se sont malheureusement arrêtées dans les années 80, le réalisateur étant emporté par une tumeur cérébrale. Mais les années 80, c’est aussi et surtout trois derniers succès incroyables qui commencent ici avec « Le dernier métro« .

Vingt-troisième film de François Truffaut, « Le dernier métro » est bien différent de celui que l’affiche nous laisse imaginer et c’est tant mieux, car la surprise n’en sera que plus grande. Alors qu’on s’attendait à découvrir un film sur la résistance, et c’est ce qu’il va être, mais en moins fort, puisque François Truffaut prend quelque peu tout le monde à revers et nous offre un film brillant et passionnant qui aborde une grande histoire d’amour à travers un portrait incroyable. Un film d’autant plus beau qu’il est tenu par ce duo mythique qu’est Gérard Depardieu et Catherine Deneuve.

Paris, Septembre 1942, la capitale est occupée par le régime nazi et la France est coupée en deux. Marion Steiner, grande actrice, dirige le théâtre de son mari, un Juif qui a fui. Alors que « La disparue », la nouvelle pièce de son époux, se monte, Marion engage Bernard Granger, un comédien qui vient du Grand Guignol. Entre les répétitions, les menaces des nazis et la vie sous l’occupation, Marion a plus encore à cacher, puisqu’en réalité, son mari n’a jamais quitté Paris et il vit caché dans la cave du théâtre, assistant aux répétitions depuis le sous-sol.

« Le dernier métro » est un film qui détient plusieurs films en lui-même, allant jusqu’à avoir plusieurs niveaux de lecture et c’est en très grande partie ce qui va en faire sa force et sa fascination.

« Le denier métro » est donc un très bon film qui, en première lecture, aborde très bien Paris sous l’occupation allemande. C’est un film qui décrit avec détail et intérêt comment les Parisiens ont dû composer avec l’ennemi nazi. Quotidien, vérité et mensonge, ou encore la vie nocturne des spectacles et autres théâtres pour s’abriter du froid et se divertir quelque peu. Bref, François Truffaut livre un film intéressant, qu’on aime suivre et qui en plus sait divertir, et même apporter une certaine forme de suspens.

Puis « Le dernier métro« , c’est aussi un deuxième film, plus sombre, manipulateur. C’est un film d’amour, de mensonge et de théâtre. C’est un film qui nous parle d’un choix amoureux au risque de tout perdre. François Truffaut nous offre un personnage incroyable tenu par une très grande Catherine Deneuve. Un personnage dont les choix sont passionnants, tout comme les discours. On est touché par la vie ou la non-vie de cette femme. Cette femme qui finalement porte un masque en permanence et dont le jeu s’exporte bien plus loin que sa scène de théâtre. Une femme qui se bat sur tous les fronts, séduisant quand il le faut, se laissant guider par ses sentiments qu’elle enfouit au fond d’elle-même. Bref, « Le dernier métro » est un portrait sublime aussi fort que fragile.

Comme je le disais plus haut, « Le dernier métro » est aussi un film qui aborde le théâtre et la création et là encore, son réalisateur nous offre un film passionnant. On assiste à beaucoup de répétitions, on assiste aux évolutions. On est touché par ce metteur en scène témoin auditif de ces directives, caché dans un sous-sol. Un metteur en scène tenu par le grand Jean Poiret par ailleurs et il est inutile de dire que l’homme est excellent.

« Le dernier métro« , c’est aussi une reconstitution parfaite de Paris en 42. Tourné en studio, à aucun moment Truffaut ne laisse transparaître ceci. Les décors sont grandioses, beaux et crédibles. La mise en scène est raffinée. « Le dernier métro » est un film qui a beaucoup d’élégance, c’est un vrai beau film qui en prime s’adapte à tous les changements de décor qu’il peut avoir. On notera un très beau travail sur l’ambiance du théâtre, qui tirerait même quelque peu sur le fantasme qu’on peut avoir du théâtre, tant il apparaît comme parfait.

« Le dernier métro » est donc un film d’une grande richesse. Vie sous l’occupation, troublante et magnifique histoire d’amour, un amour que l’on retrouve aussi pour le théâtre et la création, le tout amené vers des sommets par ce couple mythique et glamour qu’est Depardieu et Deneuve, qui n’ont vraiment pas volé leurs Césars… Bref, tous les ingrédients sont réunis, et ce  » … dernier métro » demeure depuis presque quarante ans un bon et grand moment de cinéma.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.