Braindead

De : Peter Jackson

Avec Timothy Balme, Ian Watkin, Diana Penalver, Elizabeth Moody

Année: 1992

Pays: Nouvelle-Zélande

Genre: Horreur, Comédie

Résumé :

Lionel Cosgrove, un jeune homme timide flanqué d’une mère envahissante fait la connaissance de la belle Paquita, dont il tombe amoureux. Ce qui n’est pas du goût de sa chère maman, bien décidée à gâcher cette relation. Alors qu’elle espionne l’un de leurs rendez-vous galants au zoo, cette dernière est mordue par un singe-rat de Sumatra. Succombant à ses blessures, elle se transforme alors en zombie cannibale et contamine peu à peu la ville. Seul Lionel peut stopper l’invasion…

Avis :

Peter Jackson, bien avant « Le seigneur des anneaux« , c’était avant tout un petit réalisateur néo-zélandais de la débrouille qui s’était fait remarquer avec des films aussi décalés que violents, gores et inlassablement cultes. Des films qu’on adore encore et que l’on se refait, quand on a la chance de les trouver, car ces objets sont presque introuvables, ou alors vendus à prix d’or quand on tombe sur un DVD.

Après « Bad Taste » et ses débuts en forme de galère avec quatre années de tournage. Après « Les Feebles » et des marionnettes aussi rigolotes que terrifiantes, voici « Braindead« , le film le plus sanglant, le plus fou, le plus référentiel et peutêtre même son plus culte dans ses jeunes années de réalisateur.

Avec « Braindead« , Peter Jackson laisse libre cours à toutes ses envies et ses amours et nous offre un film de zombies on ne peut plus gore. Un film décalé à l’humour noir ravageur. Un film devant lequel on s’éclate d’un bout à l’autre, et même si le film a vieilli, il est impossible de s’en lasser, tant les idées de Peter Jackson sont absolument géniales.

Lionel Cosgrove est un jeune homme de bonne famille qui se laisse très légèrement marcher dessus par une mère bien trop envahissante. Un jour, il fait la connaissance de Paquita, une jeune femme qui tient une petite épicerie en ville. C’est le coup de foudre. Très vite, les deux jeunes gens sortent ensemble, mais sont épiés pour la mère de Lionel. Un jour qu’ils flânaient au Zoo et que cette maudite femme les surveillait, elle se fait mordre par un singe-rat venant de l’île interdite Skull Island. Cette morsure va peu à peu tuer la mère de Lionel et la ramener en zombie. Dès lors, les meurtres autour de Lionel vont se multiplier et le pauvre garçon aura bien du mal à tout gérer.

Pour son troisième film, Peter Jackson nous a sorti l’artillerie lourde pour nous répugner, autant qu’il nous faire purement et simplement mourir de rire. « Braindead« , c’est un scénario qui ne fait pas dans la dentelle. C’est un scénario qui va droit au but et il le fait avec une générosité qu’on devrait récompenser à chaque fois qu’on regarde le film. Magique, génial et jouissif à chaque visionnage, « Braindead » est un délire totalement assumé de la part de son réalisateur et son équipe.

Si l’histoire reste linéaire, rappelant dans la relation entre Lionel et sa mère, celle de Norman Bates et la sienne dans le « Psychose » d’Alfred Hitchcock, auquel le réalisateur rend hommage, « Braindead » vaut avant tout pour sa mise en scène et ce déluge de gore qu’on adore, au point de le considérer comme un chef d’œuvre dans son style.

Au final, l’intrigue, qui part totalement en vrille au point de ne plus être cohérente, n’est qu’un prétexte à Peter Jackson pour s’éclater et s’essayer à plein de petites choses géniales. « Braindead » c’est donc des zombies à plus savoir qu’en faire. C’est des intestins qui nous attaquent, c’est des macchabées dans tous les coins. C’est un bébé diabolique. C’est du fun à tout instant. C’est un curé qui fait du kung-fu, offrant des répliques cultes de chez cultes … « – Au nom du seigneur, je vous botte le cul !!! » comment prendre ceci au sérieux !

Puis c’est une mise en scène qui, dans ses idées, appelle à la virtuosité. Sanglant, macabre, violent, percutant, « Braindead » a de la gueule et va jusqu’au bout du bout de son délire. On remarquera que le film fait appel intelligemment à des maquettes ou à des images en stop-motion et que le tout fonctionne à merveille, et ça, même si le film commence à se faire vieux aujourd’hui.

Autre très gros point fort du film, c’est bien sûr ses maquillages et autres trucages bluffants. Le film ne cesse de surprendre à chaque scène. Peter Jackson et surtout Richard Taylor (effets spéciaux) et Bob MacCarron (maquilleur), ont fourni un travail titanesque pour le film et encore aujourd’hui, certaines trouvailles restent des bijoux d’audace, de drôleries et de « déguelasserie ».

Défouloir monumental, « Braindead » fait office de pierre angulaire et d’apothéose dans la filmographie de son réalisateur. Très bien fichu et imaginé, tenu par des acteurs au top de l’hystérie, « Braindead » est un film d’horreur hilarant, une comédie horrifique géniale qui tient son spectateur jusqu’au bout. « Braindead« , c’est un délire qu’on ne se lasse pas de revoir encore et toujours.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net