octobre 29, 2020

A Dangerous Method

De : David Cronenberg

Avec Michael Fassbender, Keira Knightley, Viggo Mortensen, Vincent Cassel

Année : 2011

Pays : Canada, Angleterre, Allemagne, Suisse

Genre : Drame

Résumé :

Sabina Spielrein, une jeune femme souffrant d’hystérie, est soignée par le psychanalyste Carl Jung. Elle devient bientôt sa maîtresse en même temps que sa patiente. Leur relation est révélée lorsque Sabina rentre en contact avec Sigmund Freud…

Avis :

Certaines thématiques fascinent tellement que le cinéma est devenu un endroit où l’on peut voir et n’importe si l’on s’en donne la peine. Si certains sujets sont relativement redondants, d’autres sont encore peu exploités ou visent alors un public de niche et évite soigneusement les grandes salles ou carrément les sorties au cinéma. Cependant, quand un grand cinéaste s’attarde sur un sujet pointu et précis, il peut arriver que les exploitants lui fassent les yeux doux. Fasciné par les transformations corporelles, par la chair et la putrescence, David Cronenberg s’est bâti une solide réputation avec un cinéma bien à lui. La Mouche, Faux-Semblants, Existenz sont autant de films étranges qu’ils interpellent sur notre nature humaine et sur notre rapport à la chair. Mais il semblerait qu’avec les années 2000, le réalisateur se soit plus ou moins assagi en laissant de côté ses délires pour proposer des films plus accessibles et plus bankables. Enfin, tout est relatif, puisque ses métrages gardent tout de même un gros côté sulfureux comme pour A History of Violence. Avec A Dangerous Method, il va s’orienter vers un cinéma plus propre. Peut-être même trop.

Avec ce film, le réalisateur canadien s’arrête un instant sur la vie d’un psychanalyste sulfureux, Carl Jung. S’attachant à des thématiques mettant en avant la discussion pour guérir certains malades, dont une jeune femme qui souffre de tocs suite aux maltraitances de son père, il a pour modèle un certain Sigmund Freud. La relation entre les deux hommes va être fidèle jusqu’à un point de rupture, Jung voulant mélanger la psychanalyse avec l’ésotérisme et le mysticisme. Avec ce métrage, David Cronenberg signe donc un biopic qui prend des airs de drame avec beaucoup de palabres et d’éléments assez complexes autour du cerveau humains et des réflexions que l’on peut faire autour. Le sujet est très difficile d’accès et en ce sens, si l’on se fie au titre et à la jaquette, c’est un peu trompeur. Il est bien loin le côté thriller anxiogène ou sexuel, on est clairement face à un film qui se veut carré et qui confronte deux idées majeures de la psychanalyse.

Le problème avec ce genre de métrage, c’est que s’il n’y a pas d’intrigues prenantes ou s’il n’y a pas de passages vraiment forts en matière de mise en scène, on peut s’emmerder assez rapidement. Et c’est malheureusement ce qu’il va se passer ici. Le film, en plus de mettre en exergue la relation entre Jung et Freud, s’attache à étudier le comportement sexuel de l’homme. Si certains comme Otto Gross s’attache à ne prendre que du plaisir et à faire l’amour tout le temps avec tout le monde, d’autres, comme Jung, prônent la fidélité. Freud sera alors en désaccord avec cela, essayant de prouver qu’il faut une femme et des maîtresses pour assouvir quelques bas instincts et ainsi donc ne pas sombrer dans une sorte de folie ou de morosité. Et sans vraiment le dire, le film tourne principalement autour du sexe. Divers points de vue vont alors se confronter et le film ne sera pas avare en dialogues et même parfois des monologues. En faisant cela, David Cronenberg oublie une chose fondamentale dans le cinéma : le divertissement.

Alors certes, c’est plutôt intéressant, on apprend des choses et même si le sujet ne nous intéresse pas, il y a toujours de la matière et entre les notions de psychanalyse et le côté biopic entre deux grandes figures de la discipline, on a notre lot de connaissances. Cependant, on s’ennuie ferme devant ce film et ce ne sont pas les deux scènes de baise qui vont nous réveiller. Se voulant sulfureux tout en conservant l’aspect prude des années 1900, Cronenberg semble peu inspiré et livre une mise en scène calibré, parfois trop sobre et épurée. C’est d’ailleurs dans cet aspect-là que le film va pêcher, car on n’a pas grand-chose à se raccrocher si jamais l’histoire en elle-même ne nous passionne pas. Les plans sont parfois intéressants, il y a de temps en temps une recherche pour rendre l’image plus belle, mais finalement, on ne retrouvera jamais le Cronenberg d’auparavant.

Fort heureusement, le film se sauve grâce à la prestation des acteurs. Michael Fassbender prête ses traits pour incarner Carl Jung et l’acteur est relativement juste. Il n’en fait ni trop ni pas assez et il reste touchant dans ses moments de détresse, notamment lorsqu’il s’interroge sur le fait de tromper sa femme. Viggo Mortensen est lui aussi excellent, campant un Freud arrogant et fier. Vincent Cassel est aussi intéressant même si on a la sensation qu’il joue toujours le même personnage, ici un homme intelligent mais en dépression et qui profite un peu trop des plaisirs de la vie. Cependant, celle qui crève l’écran, c’est bien évidemment Keira Knightley, qui joue à merveille la folie et arrive à déformer son faciès de façon incroyable. Elle sera le socle de ce film et malgré ses frêles épaules, elle sera le personnage le plus intéressant.

Au final, A Dangerous Method est un film un peu ennuyeux et qui ne rend pas honneur au cinéma de David Cronenberg. On a même du mal à reconnaître sa patte devant ce film certes intelligent et donc intéressant, mais qui oublie de divertir, se concentrant uniquement sur son aspect documentaire. Film faussement sulfureux, on a connu le réalisateur plus en forme et on préfère largement son travail sur la métamorphose des corps que sur la psychanalyse, un sujet trop sélectif et certainement trop restrictif pour un auteur de sa trempe.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.