My Friend Dahmer

De : Marc Meyers

Avec Ross Lynch, Anne Heche, Alex Wolff, Vincent Kartheiser

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

L’histoire du tueur en série américain Jeffrey Dahmer, de sa dernière année de lycée à deux semaines après la fin des cours, qui l’amène à commettre son premier meurtre.

Avis:

Venu du cinéma indépendant américain, et encore inconnu chez nous, puisque ses deux premiers films restent encore inédits sur notre sol, Marc Meyers, jeune réalisateur d’une trentaine d’années, est l’un des noms qui pourrait bien émerger d’ici quelques années, puisque ses films sont très bien reçus et que le cinéaste a l’air d’avoir un œil assez ambitieux.

Après « How He Fell in Love  » sorti deux ans plus tôt et qui s’aventurait dans une histoire d’amour entre un musicien et une femme mariée, Marc Meyers revient avec un film étonnant et ambitieux, puisque « My Friend Dahmer » revient sur la jeunesse de celui qu’on a surnommé « le cannibale de Milwaukee ». Tueur en séries, comptant dix meurtres à son actif, Marc Meyers, sans excuser Jeffrey Dahmer, a voulu revenir sur ses premières fascinations et ses premières envies. « My Friend Dahmer » sera alors un film aussi dérangeant que fascinant. Un film profond, presque flippant, et surtout d’une grande tristesse. Un film qui est en prime emmené par un très étonnant Ross Lynch, comédien star d’une certaine chaîne Disney Channel…

Jeffrey Dahmer est un jeune homme timide et discret. Ayant une fascination pour les cadavres d’animaux, le jeune homme a monté un laboratoire glauque au fond du jardin de ses parents. Quand son père excédé par cette « passion » que le jeune homme fait passer pour de la biologie, détruit son laboratoire, Dahmer va alors chercher à se faire remarquer dans son lycée. De sa dernière année de lycée à l’été où il commettra son premier meurtre, voici le quotidien de Jeffrey Dahmer.

Étrange que ce « My Friend Dahmer« , car avec ce troisième film, le réalisateur Marc Meyers nous propose de découvrir et suivre l’évolution d’un jeune homme dont le futur sera on ne peut plus macabre. Un futur d’une violence infinie, où meurtres, viols, démembrements, nécrophilie et cannibalisme ne feront qu’un. Mais avant d’être ce monstre absolu, le jeune Jeffrey Dahmer a d’abord été un adolescent étrange, timide et dérangé.

Ce qui est terrifiant et fascinant à la fois avec « My Friend Dahmer« , c’est le portrait troublant à la frontière entre l’ange et le diable que va peindre là son réalisateur.

« My Friend Dahmer » est un film qui revient sur la dernière année de lycée du meurtrier et le film ira jusqu’à ce que celui-ci commette son premier meurtre.

Si on pourrait reprocher au film d’être quelque peu dans la caricature, avec une famille dysfonctionnelle, des tortures de petits animaux, une homosexualité refoulée, ou encore une énorme envie d’être au premier plan, qu’on s’intéresse à lui, le réalisateur fera tout ceci avec beaucoup de subtilité, en s’appuyant sur un scénario solide, qui n’en fait jamais trop. Ainsi, il construira cette dernière et malsaine année de lycée avec un réalisme flippant. Un réalisme fascinant, dont la psychologie du jeune homme va être développée et mise au premier plan de manière assez fabuleuse.

Avec son film, le réalisateur creuse les recoins les plus sombres, les plus seuls et les plus tristes de l’âme humaine et le tout, sans pour autant excuser ou prendre en pitié son personnage. Marc Meyers fera même de sa petite caricature, une force, tant il s’appuie sur les faits et nous raconte ce parcours au plus près des émotions de son personnage. Un personnage ô combien intéressant qui, on le sent, n’est qu’une bombe à retardement, ce qui a dû être une horreur à jouer pour le jeune comédien qui s’en sort avec bien plus que des honneurs. Ross Lynch est tout simplement bluffant dans la peau de ce jeune mec perturbé, qui voudrait mais qui n’ose pas encore. Le comédien est si juste que c’en est même très troublant, car il en devient touchant.

Destiné à rester caché au public, « My Friend Dahmer » n’aura probablement aucune visibilité dans les prochains mois, et c’est bien dommage, car ce troisième film pour Marc Meyers propose un portrait intéressant, propose des ambiances plaisantes, prenantes, et même terrifiantes sur sa fin. Bref, en plus d’avoir beaucoup aimé ce « My Friend Dahmer« , on aimerait beaucoup le voir arriver dans nos salles et si, en prime, on pouvait découvrir les deux premiers films de Marc Meyers, ce serait un joli bonus.

Note : 16,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net