Burning Point – The Blaze

Avis :

Terre de métal, la Finlande a toujours su proposer des groupes intéressants et ayant des identités très marquées au sein de cette scène trop souvent mal vue. Si Nightwish reste le groupe le plus connu car le plus accessible, officiant dans un pur métal symphonique, on peut aussi compter sur Lordi, les vainqueurs surprises de l’Eurovision en 2006. Plus récemment, Burning Point essaye de se tailler une petite part du gâteau, jouant un Power Métal Symphonique assez simpliste mais relativement efficace. Après un premier EP éponyme, on peut dire que The Blaze est leur second album. Un album classique dans sa forme, puisqu’il n’a rien de conceptuel (en même temps, c’est un peu tôt pour proposer quelque chose qui risque de ne pas marcher), mais qui réserve une surprise, la venue de la chanteuse Nitte Valo. Pour les néophytes, il s’agit de la chanteuse du groupe Battle Beast, qui a quitté son groupe pour venir de façon définitive avec Burning Point, apportant ainsi une voix féminine non négligeable. Cependant, comme tout nouveau groupe, Burning Point a des faiblesses, et pas des moindres, comme en atteste cet album plutôt plaisant lors d’une première écoute, mais qui s’avère assez classique à la longue et il ne marquera pas les esprits.

Pourtant, l’album commence de façon tonitruante avec Master Them All. C’est très Heavy, ça va très vite au niveau des riffs, et même si cela reste très classique dans la démarche et que l’on a la sensation d’avoir entendu cela des milliers de fois, c’est efficace. Le refrain est catchy, le solo qui fait office de pont est plutôt réussi et dans son ensemble, le morceau tient la route et donne envie de continuer. D’autres morceaux seront d’ailleurs du même acabit, un peu comme Dark Winged Angel, qui propose une mélodie assez marquée et qui se révèle assez salvatrice de l’ensemble ou encore Chaos Rising qui est très heavy, allant jusqu’à des voix très aigues pour appuyer encore plus le refrain. Mais le groupe propose tout de même autre chose que des titres empreints de Heavy Métal un peu trop classique, puisqu’il va parfois lorgner du côté du hard rock avec des titres moins rapides, mais qui font écho à ce qui se faisait dans les années 80. On peut par exemple parler de My Spirit et ses riffs lents ainsi que de son refrain très accrocheur. On peut aussi évoquer, dans une moindre mesure, The Lie, qui fait même intervenir des claviers, histoire d’appuyer un peu plus cet héritage issu du hard rock des années 80.

Mais tout n’est pas rose chez Burning Point. En effet, The Blaze aura bien du mal à dépasser son stade de petit album sympathique mais oubliable. La première chose qui frappe vraiment, c’est la voix. Le mélange entre Nitte Valo et le chanteur n’est pas très intéressant, mais surtout, les voix de tête sont beaucoup trop aigues, rendant parfois le morceau complètement inaudible, à l’instar de Time as Come, qui s’enflamme pour pas grand-chose et qui parfois, sur la fin du refrain, casse bien les oreilles. Heureusement que l’ajout des claviers est une plus-value intéressante et, encore une fois, qui fait immédiatement référence aux années 80. Et c’est un peu le deuxième défaut de cet album, c’est que les références sont trop nombreuses et que pour le coup, on a l’impression d’entendre quelque chose qui a plusieurs années de retard. Difficile dès lors de marquer les esprits, d’autant plus qu’en son milieu, et malgré quelques solos bien sentis, le groupe ne propose pas de nouvelles choses. Cet amour des années 80 respire jusque à la fin de l’album, le groupe proposant une reprise de Lee Aaron avec Metal Queen, un morceau sorti en 1984. La reprise est plutôt bien faite même si elle n’apporte pas grand-chose à ceux qui connaissent le titre original.

Au final, The Blaze, le dernier album en date de Burning Point, est un album sympathique. Il est difficile de sortir un autre adjectif tant l’album est plaisant lors d’une première écoute, mais finit par vite devenir lassant au fur et à mesure. La faute à un manque d’originalité et à un hommage trop appuyé aux années 80. C’est dommage, on sent que le groupe en a sous le pied et qu’il préfère rester dans sa zone de confort, plutôt que d’essayer de nouvelles choses dans le métal symphonique.

  1. Master Them All
  2. Time as Come
  3. Incarnation
  4. My Spirit
  5. The Lie
  6. Dark Winged Angel
  7. Chaos Rising
  8. Lost in Your Thoughts
  9. Things That Drag me Down
  10. The King is Dead – Long Live the King
  11. Metal Queen

Note: 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net