Kidnap

De : Luis Prieto

Avec Halle Berry, Dana Gourrier, Christopher Berry, Sage Correa

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Karla, profite d’un après-midi dans un parc d’attraction en compagnie de son fils lorsque celui-ci disparait subitement. En alerte, elle repère finalement des inconnus le faire monter de force dans leur voiture.  Karla réalise à cet instant que sans réaction de sa part, elle pourrait ne jamais revoir son enfant.
Pas le temps d’hésiter, elle se lance à la poursuite des ravisseurs et ne reculera devant rien pour le sauver.

Avis:

Réalisateur espagnol, Luis Prieto a une jolie petite carrière dans son pays. Mais c’est en 2012 que cette dernière bascule, quand le réalisateur accepte de prendre en charge le remake britannique de « Pusher« , le film original étant signé de Nicolas Winding Refn. Si l’idée de remaker le « Pusher » de Refn était exécrable, le « Pusher » de Prieto a finalement séduit et il lui a même ouvert les portes de la sacro-sainte Amérique, puisqu’il réalise, après être passé par la case télé, son premier film américain.

« Kidnap« , c’est une idée qui est aussi intéressante que, dans le fond, est déjà vue maintes et maintes fois. Pour son nouveau film, Luis Prieto débarque avec un métrage à l’intrigue convenue, une mère qui va tout faire pour sauver son fils de ses ravisseurs. Jusque-là, rien de bien neuf, mais Luis Prieto a décidé de faire de son film une véritable course-poursuite enfermée dans une voiture. Dès lors, « Kidnap » est loin de ce à quoi on pouvait s’attendre et c’est déjà un premier bon point pour lui. Rythmé, ne lâchant rien, « Kidnap » assure le suspens en mettant en images l’expression : simple mais efficace. Puis bon, il y a Halle Berry et rien que pour ça …

Karla, une serveuse, profite d’une après-midi de libre pour emmener son fils dans un parc qui accueille une fête foraine. Alors qu’elle reçoit un coup de téléphone, elle perd son fils des yeux l’espace de quelques instants. C’est à ce moment-là que son fils se fait enlever. Mais ce que les ravisseurs n’avaient pas prévu, c’est qu’ils se feraient remarquer par Karla. Et ils n’avaient pas prévu que Karla allait tout, absolument tout, faire pour récupérer son petit garçon.

« Kidnap« , c’est l’exemple type de la série B qui, au départ, ne paye pas de mine et qui pourtant se trouve être particulièrement efficace. Partant d’une idée originale, puisque « Kidnap« , finalement, va être en très grande partie une course-poursuite entre deux voitures, Luis Pietro gère plutôt très bien son film et arrive à nous emporter à bord, pour une course mouvementée et badass sur sa fin.

Ce qui est bien avec « Kidnap« , c’est qu’il ne s’embête pas avec les superflus. Luis Pietro va directement à l’essentiel, commençant très vite dans son action. Avec « Kidnap« , le réalisateur ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer, il renouvelle toujours son film, offrant de l’action, tout en sachant bien gérer le suspens de son histoire. C’est assez génial, car on se laisse prendre au jeu, étant curieux, tout en s’amusant de l’étape suivante. Qu’est-ce qu’il peut arriver à cette pauvre mère encore ?

Alors bien sûr, avec un tel scénario (qui tient bien la route et arrive à être convaincant), « Kidnap » n’est pas exempte de défauts et autres coquilles. On regrettera que « Kidnap » ait de bien trop grands moments de facilités scénaristiques. Des facilités qui ont tendance à être récurrentes et assez énormes pour faire avancer son histoire. On remarquera que dans son malheur, le personnage principal a beaucoup de chance pour elle.

« Kidnap » n’est pas toujours bien filmer non plus. C’est parfois brouillon et le montage est assez laborieux sur certaines séquences, qui l’ont sûrement privé de sortie en salle. Le film est bien souvent hystérique, surtout sur les premiers temps de la course-poursuite. Mais peu à peu, cela se calme, ça devient plus fluide, et on peut prendre pleinement plaisir de la bonne série B qu’est le film.

Ici, hors de question de se prendre la tête, non, Luis Pietro a tout prévu pour nous faire plaisir et c’est vraiment cool finalement, un peu comme si le film s’imposait comme un plaisir coupable, car malgré ses défauts, à aucun moment, je peux dire que j’ai passé un mauvais moment, c’est même tout l’inverse. On craint, on reste attentif, et si jamais cela ne se passe comme on l’avait prévu, on est même tenter d’applaudir. Bref, c’est basique, tout en surprenant et ça reste efficace.

Puis, il faut dire que le film est tenu par la belle Halle Berry qui, en mère déterminée à ne pas quitter les ravisseurs de son fils des yeux, tient le film sur ses épaules. Convaincante, impliquée et talentueuse, l’actrice séduit et conquis le public, c’est vraiment dommage qu’on ne la ne voit pas assez.

Pour son premier film dans le pays de l’Oncle Sam, Luis Pietro fait simple, mais ultra efficace. « Kidnap » est un film qui a des défauts, mais sa générosité et son bagou, cette tendance à être sérieux, ont raison de nous. Après, on sait très bien que « Kidnap » n’est pas un grand film, mais il assure le spectacle et fait carrément son taf. Du coup, « Kidnap » résonne comme un vrai plaisir coupable et ça fait du bien.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net