Terror in Resonance

D’Après une Idée de : Shinichiro Watanabe

Pays : Japon

Nombre d’Episodes : 11

Genre : Thriller

Résumé :

Un attentat terroriste frappe Tokyo et la police, confondue par l’énigme qui entoure les poseurs de bombes, ne peut rien contre la montée de paranoïa qui gagne la ville.

Avis :

Réalisateur culte en son pays, et dans le monde de l’animation, notamment parce qu’il a réalisé « Cowboy Bebop« , Shinichirō Watanabe est l’un de ceux qui fournit un travail des plus intéressants. Si au début de sa carrière, il a dirigé certains épisodes de séries tels que « Dan & Danny » ou  » Obatarian« , c’est en passant à la réalisation ses propres films qu’il décolle et passionne. On notera dans sa filmographie deux courts-métrages pour l’ensemble de films d’ »Animatrix » et une série autour du jazz appelée « Kids on the Slope« .

L’année 2014 voit arriver deux séries de la part de Shinichirō Watanabe. Tout d’abord le réalisateur offre « Space Dandy » et un peu plus tard, il présente « Terror in resonance » et c’est sur cette dernière que l’on va s’arrêter aujourd’hui.

« Terror in resonance » est donc une petite série sur fond de terrorisme qui va être tout à fait passionnante. Immense jeu d’énigme, Shinichirō Watanabe nous livre ici une série intrigante et haletante de bout en bout. Une série dont chaque épisode approfondit un peu plus cette intrigue, qui va se révéler plus dramatique qu’elle ne le laisse paraître. On ressort de ces onze épisodes touché et surtout pleinement satisfait du spectacle, du suspens et des émotions qui nous ont été livrés et il est vrai qu’on a bien envie de partir d’ors et maintenant à la conquête du cinéma de Shinichirō Watanabe.

Dans une centrale nucléaire japonaise, une bombe atomique est dérobée par deux assaillants. Quelques jours plus tard, la ville de Tokyo est le témoin d’une attaque avec des bombes « normales ». L’attaque est revendiquée sur le net par deux adolescents masqués. Ils font partie d’un mouvement qu’ils ont appelé « Sphinx » et ils mettent en garde la police et les habitants de la ville. Les deux terroristes comptent bien lancer une nouvelle attaque sur la ville. D’ailleurs, ils ont placé une nouvelle bombe et pour l’arrêter, la police doit résoudre une devinette. Commence alors un jeu du chat et de la souris à travers les rues de la ville, à travers le net, mais aussi à travers le passé des deux garçons.

Série totalement méconnue, alors même qu’elle est sortie en DVD et Blu-ray chez nous, « Terror in resonance » est la dernière merveille d’un grand réalisateur.

Avec les onze épisodes que compte la série, « Terror in resonance » va n’être qu’une montée d’intrigue. Si le scénario de départ laisse penser à quelque chose comme un « Die Hard« , et plus particulièrement le troisième, au fil des épisodes, au fil de l’intrigue, on va se rendre compte que « Terror in resonance » est bien plus profond qu’elle n’en a l’air.

Ce qui est excellent avec cette série, c’est le fait que l’intrigue joue sur tous les fronts. « Terror in resonance« , c’est aussi bien une série qui aborde le terrorisme et le terrorisme moderne, qu’elle peut être une enquête parsemée d’énigmes, ou encore un drame humain affreux, triste et dur qui critique ouvertement une société à la dérive. « Terror in resonance » ne s’arrête pas là, car elle se trouve être aussi une vengeance terrible, implacable

Et enfin, la série peut s’inscrire dans un mouvement écolo, en amenant à revenir vers des choses plus simples et essentielles… Vous l’aurez compris, l’intrigue n’est que richesse et le mieux dans cette histoire, c’est qu’elle reste cohérente et tient la route jusqu’au bout d’elle-même amenant et ramenant peu à peu ses indices pour ne faire qu’un et servir une même cause.

Bref, c’est de la très haute qualité devant laquelle on reste accroché, chaque épisode, appelant le suivant avec bonheur et impatience.

Et la qualité ne s’arrête pas là, car en plus d’avoir des personnages touchants, même les plus pourris (d’ailleurs, on suit énormément la série à travers les yeux de ces deux jeunes terroristes), « Terror in resonance« , c’est aussi une série qui visuellement en jette. Les graphismes sont ordinaires, mais dieu que c’est bien fait et beau. Et le tout est soutenu par une mise en scène impeccable, qui reste dans le mouvement.

La série est aussi parcourue par une BO triste et nostalgique signée Yoko Kanno, le complice de toujours du réalisateur. Ici, le compositeur fait des merveilles, capable de nous toucher rien qu’avec ses mélodies.

Si la série n’a pas que des qualités, et possède parfois des personnages pas si utiles que ça, elle reste d’une facture incroyable et elle se dévore en très peu de temps. Entre suspens, intrigue et émotion, Shinichirō Watanabe a parfaitement su trouver le ton juste et une fois commencé, il est bien impossible de ne pas aller jusqu’au bout. Bref, un vrai coup de cœur !

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net