Bonne Pomme – Sans Pesticide

De : Florence Quentin

Avec Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Chantal Ladesou, Guillaume De Tonquédec

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Gérard en marre d’être pris pour une bonne pomme par sa belle-famille. Il quitte tout et part reprendre un garage dans un village niché au fin  fond du Gâtinais… En face du garage, il y a une ravissante auberge, tenue par Barbara: une femme magnifique, déconcertante, mystérieuse, imprévisible.  Leur rencontre fera des étincelles…

Avis :

Florence Quentin est une réalisatrice française qui n’a pas forcément su nous faire passer de bons moments de cinéma. Si en tant que scénariste, la réalisatrice a écrit ou co-écrit de petits bijoux de cinéma comme « La vie est un long fleuve tranquille« , « Tatie Danielle » ou encore « Le bonheur est dans le pré« , on ne peut pas vraiment encore en dire autant quand elle décide de réaliser. « J’ai faim » son premier film est une catastrophe et l’on n’évoquera même pas « Olé« , comédie lourde et pas drôle avec Depardieu et Gad Elmaleh. Seul « Leur morale… et la nôtre » a l’air de tirer son épingle du jeu, mais ne l’ayant pas encore vu, je ne peux pas vraiment l’affirmer.

Après avoir passé presque dix ans sans toucher à une caméra, Florence Quentin est donc de retour dans les salles avec « Bonne pomme« , une comédie emportée par l’un des couples mythiques du cinéma français, Deneuve et Depardieu qui se retrouvent une dixième fois.

Et s’il est clair que « Bonne pomme » n’est pas le film de l’année, un petit miracle s’est produit, puisque Florence Quentin a réalisé un chouette petit film. « Bonne pomme » est une petite madeleine qui nous fait nous évader l’espace d’un court instant. Sans prétention, simplement à la force et aux charmes de ses acteurs, « Bonne pomme » amuse, distrait, et l’on quitte la salle avec le sourire et franchement, venant de Florence Quentin, on n’en attendait pas autant.

Gérard, c’est la bonne pomme de la famille, c’est celui qui est toujours là, toujours prêt à tout, mais qui bien souvent se fait avoir. Alors, après des années et des années à avoir passé son temps à dire qu’il allait tout plaquer et se barrer, un matin, ses paroles deviennent réalité et sans rien dire Gérard disparaît. Ayant eu vent d’un garage à racheter dans un village paumé, Gérard veut tout recommencer et surtout être tranquille. Et c’est dans ce village de « branques » (comme le dit le maire), qu’il fait la connaissance de Barbara, la soixantaine, gérante et patron d’un Hôtel en perdition. Et alors qu’il pensait être tranquille, il tombe sous le charme de cette chieuse, qui a tendance à profiter des autres pour camoufler sa solitude.

« Bonne pomme » est donc un petit film qui ne fera pas couler beaucoup d’encre et s’il arrive à marquer les mémoires, ce ne sera certainement pas à cause de son scénario ou encore de sa mise en scène. L’histoire que nous réserve Florence Quentin est banale au possible, lorgnant parfois vers la facilité, ou encore l’incrédulité. « Bonne pomme » a tendance à s’évader ou se répéter et en plus de cela, on trouvera assez peu de surprise dans la mise en scène de sa réalisatrice. Une mise en scène simple et banale, mais qui reste toutefois efficace et pleine de charme. Emporté par une jolie photo ensoleillée et une BO qui peut faire penser à un petit conte de fées, « Bonne pomme« , en dépit de son manque d’envergure, charme peu à peu, et finalement, on passe un bon moment devant.

Si « Bonne pomme » fonctionne, c’est avant tout grâce à l’écriture de ses répliques et aux comédiens qui se les balancent avec amour. Comment ne pas être charmé par l’ivresse de Deneuve qui va en faire voir des vertes et des pas mûres à ce pauvre Depardieu. Comment ne pas être charmé par le regard bienveillant et amoureux de Gérard. « Bonne pomme » plait, amuse et se retient grâce au dynamisme de ses acteurs, grâce à cette pêche, à cette sincérité et cet amour qu’ils ont à se partager l’affiche et nous l’on reste comme admiratif de les voir encore une fois ensemble. Surtout qu’on a l’impression que Florence Quentin a écrit ses personnages pour eux. Catherine Deneuve est divine en patronne portée sur la boisson qui mène tout son petit monde par le bout du nez. Elle se trouve une nouvelle jeunesse et démontre encore une fois tout l’humour qu’elle peut cacher derrière son côté glacial. Gérard Depardieu est un véritable plaisir à lui seul et alors que le comédien est bien souvent à la dérive ses dernières années, avec « Bonne pomme » on retrouve le Depardieu talentueux qu’on aime. On retrouve le nounours qu’on adorerait avoir comme grand-père.

De plus, le film est soutenu par une pelletée de seconds rôles qui, s’ils peuvent apparaître comme vides parfois, en sont pourtant excellents, à commencer par une Chantal Ladesou géniale de bout en bout. Chacune de ses apparitions est un moment tordant. Et entre un Guillaume De Tonquédec en maire survolté et dépassé et Grégoire Ludig en roue libre, on a surtout envie de retenir Benjamin Voisin, dont le talent déborde. Le jeune homme tient tête à Depardieu avec beaucoup d’assurance.

Alors oui, « Bonne pomme » n’a pas vraiment de grand scénario derrière lui et oui, il n’est pas incroyable et ne bouleversera pas votre été, mais ce n’est pas pour ça qu’il en est mauvais. Bien au contraire, on s’amuse, on sourit (plus qu’on rit, c’est vrai) et l’on se laisse charmer par ce duo de cinéma qui n’a rien perdu de sa légèreté, de sa sympathie et de son talent. Bref, un peu plaisir (qu’on appellera coupable ?) qui est très loin de mériter toutes ses critiques désastreuses de la part de la presse.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net