décembre 5, 2020

Seven Sisters – Soeurs Prises

Titre Original : What Happened to Monday?

De: Tommy Wirkola

Avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe, Marwan Kenzari

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Genre : Anticipation, Action

Résumé :

En 2073, la Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

Avis :

Avant de pouvoir pousser les portes d’Hollywood, il faut avoir fait ses preuves. Soit dans des films indépendants qui cartonnent ou qui ont une véritable identité, soit dans son pays avec les moyens du bord. C’est par exemple ce qu’il s’est passé pour Peter Jackson, mais aussi pour Tomas Alfredson été maintenant pour Tommy Wirkola. Le cas de ce réalisateur est assez commun aux deux précédents, puisque c’est dans l’horreur et la comédie horrifique qu’il se fait remarquer avec Dead Snow, un film avec des zombies nazis. Fort de ce succès nordique et frais, on fait appel à lui pour un blockbuster dans le même genre, Hansel & Gretel Witch Hunters. Et si le résultat est amoindri par rapport à la rage qui émané de son film de zombie, Wirkola a vu Hollywood lui tendre les bras. C’est donc quatre ans après son précédent métrage qu’on le retrouve aux commandes d’un film d’anticipation, Seven Sisters, qui fut longtemps blacklisté, car le scénario était très prometteur, mais il n’avait pas les financements nécessaires par rapport à ses ambitions. Et que vaut ce film ?

Pour la petite histoire, Seven Sisters prend place dans un monde assez proche du notre, puisque nous sommes en 2073, et l’être humain a épuisé toutes les ressources de la planète. En manipulant les fruits et légumes, les scientifiques ont réussi a relancé la productivité, mais cela a eu revers, les femmes donnent naissance à des jumeaux, voire même plus. En Angleterre, le gouvernement met en place la politique de l’enfant unique, cryogénisant les frères et sœurs cadets. Dans ce contexte économique et écologique difficile, un homme cache ses sept filles. Trent ans plus tard, lorsque l’une d’elles disparait, c’est la panique. Ce pitch est très intéressant car il est vraiment plausible. Non pas dans les phénomènes de gémellité, mais surtout dans ses deux axes principaux, à savoir la surpopulation et l’assèchement des ressources. On a déjà vu la politique de l’enfant unique prendre place à Chine par exemple, et on pourrait croire que Seven Sisters va faire réfléchir à tout ça, au sein d’un film dynamique et d’une intrigue prenante. Ce ne sera pas tout à fait le cas.

Non pas que le film ne parle jamais des problèmes sociétaux d’un tel régime relativement oppresseur, mais c’est à peine évoqué et survolé. En fait, malgré un fond très intéressant et intelligent, Tommy Wirkola va mettre tout ça de côté pour raconter simplement les liens entre sept sœurs, leur difficulté à éprouver une identité propre et ce manque flagrant de libre arbitre. Si ces thèmes sont très intéressants aussi, ils demeurent moins universels et donc moins prenants au niveau de l’émotion. Du coup, au lieu de se retrouver face à un film qui a une vraie portée idéologique pour le futur, on fait face à un métrage dont les enjeux sont amoindris et qui concernent simplement les sept sœurs. Fort heureusement, ces axes sont bien travaillés et tout le background des sœurs est plutôt bien amené avec des flashbacks qui ne prennent pas le pas sur l’intrigue principale, ne ralentissant ainsi pas le rythme.

L’autre point important de ce film, c’est la performance de Noomi Rapace. On connait les talents de l’actrice, mais pour ce film, il a fallu qu’elle joue sept personnalités différentes et à chaque fois l’actrice trouve un truc pour les différencier. Alors certes, on retrouve quelques clichés et les personnalités sont très marquées avec l’intello, la chaudasse, la sportive, la leader, la timide ou encore celle qui montre l’exemple, mais cela était nécessaire pour avoir des personnages bien marquants. Et c’est plutôt réussi dans l’ensemble, Tommy Wirkola arrivant à toucher sur certains moments, notamment lorsque les sœurs se prouvent leur amour malgré les tensions qui peuvent régner à cause de leur condition. Cependant, ces relations ont parfois tendance à s’emballer dans le mauvais sens du terme. C’est-à-dire qu’un élément dramatique ne va pas forcément perturber les autres, comme on peut le voir lorsqu’il faut gérer deux situations de crise, laissant l’une des sœurs dans une mouise pas possible. On sent qu’il y a parfois quelques errances et facilités qui sont masquées par de l’humour un poil malvenu.

Malgré ses défauts, Seven Sisters est pourtant un film qui n’ennuie pas et qui se laisse regarder, comme tout bon blockbuster estival. Il faut dire que Tommy Wirkola a un certain sens de la mise en scène, usant de nombreux travellings pour créer du mouvement sur des scènes anodines, et n’hésitant à mettre son actrice principale dans des situations difficiles. On regrettera seulement l’absence de moments vraiment marquants ou de séquences iconiques. Le tout est très classique et manque parfois de mordant pour que l’on puisse s’attacher aux héroïnes, mais aussi à l’histoire en général. Une histoire qui fonctionne autour d’un twist final appuyant les thématiques de l’identité et du libre arbitre et dont on peut être surpris par la tournure. Le problème, c’est que tout cela est expédié assez rapidement et que la morale de fin n’apporte pas vraiment de solution. Et ce n’est pas une fin ouverte non plus. C’est même assez gênant, car dans un sens, elle nous met face à un problème qui semble insoluble, et donc amène une réflexion sur notre futur, mais elle est aussi très facile car elle n’apporte pas d’éléments de réponse sur ce problème. En fait, Tommy Wirkola nous met face à une situation délicate, mais il n’apporte pas d’accroches pour résoudre ce problème et cela fait un peu jugement.

Au final, Seven Sisters est loin d’être un mauvais film, mais ce n’est pas non plus le blockbuster de science-fiction, ou plutôt d’anticipation, de l’année. Si la performance de Noomi Rapace est impressionnante et que le film se veut divertissant, il loupe le coche au niveau des thématiques universelles pour se concentrer sur quelque chose de moins ambitieux et donc d’un poil décevant. Fort heureusement, le travail de Tommy Wirkola est honnête, amenant même quelques touches gores qui lui sont chères dans un film tout de même intéressant.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

 

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.