Les Filles d’Avril

Titre Original : Las Hijas de Abril

De : Michel Franco

Avec Emma Suarez, Ana Valeria Becerril, Enrique Arrizon, Joanna Larequi

Année : 2017

Pays : Mexique

Genre : Drame

Résumé :

Valeria est enceinte, et amoureuse. A seulement 17 ans, elle a décidé avec son petit ami de garder l’enfant. Très vite dépassée par ses nouvelles responsabilités, elle appelle à l’aide sa mère Avril, installée loin d’elle et de sa sœur. À son arrivée, Avril prend les choses en mains, et remplace progressivement sa fille dans son quotidien… Jusqu’à franchir la limite.

Avis :

Michel Franco est un réalisateur mexicain dont le premier film est sorti en 2010. C’est avec son deuxième film, « Después de Lucía« , que Michel Franco rencontre son premier succès aussi bien chez lui qu’à l’international. Et depuis, le réalisateur a su se faire très régulier, proposant toujours de la nouveauté au public. Si « Chronic« , film avec Tim Roth en tête d’affiche, est passé relativement inaperçu malgré de bonnes critiques, Michel Franco a tout l’air de se racheter un succès avec son dernière film en date.

Son dernier film, c’est « Les filles d’Avril« . Sorti le 02 Aout, « Les filles d’Avril » tient le coup à l’affiche et se trouve même porté par un joli bouche à oreille. Ces « … filles d’Avril » est un drame dur et injuste que l’on trouve là. Un drame qui peut révolter. Un drame dont la psychologie est tout à fait fascinante. Et même si parfois, il est un peu maladroit, il n’en restera pas moins un beau film, que l’on ne peut que conseiller de découvrir sur grand écran.

Valeria a dix-sept ans et elle est très amoureuse de Mattéo. Lui aussi a dix-sept ans et il est follement amoureux de son amoureuse. À dix-sept ans, les deux adolescents décident de faire un enfant. Valeria va mettre du temps avant de le dire à sa mère, mais une fois dit, cette dernière l’accepte plutôt bien. Une fois le bébé arrivé, les deux adolescents essaient tant bien que mal de composer avec le bébé et leur vie, mais sans l’aide de la mère de Valeria, ils seraient quelque peu perdus. Avril, la mère de Valeria, prend les choses en main, mais très vite, elle s’attache à la petite fille. On peut même dire qu’elle s’attache trop à cette petite fille, au point que certaines limites vont être franchies.

« Les filles d’Avril« , c’est un film pour le moins original qui va prendre aux tripes par cette histoire atroce, dure et mise en scène avec une telle simplicité qu’elle fait froid dans le dos.

L’intrigue est une surprise dont il vaut mieux en savoir le minimum quand on met les pieds en salle. Avec ce film, Michel Franco nous invite à entrer dans une famille pour le moins jalousée et dysfonctionnelle. Le scénario est savoureusement écrit et distille sa noirceur peu à peu. Ce qui est terrible avec ce film, c’est l’idée de présenter cette histoire de manière très simple. La folie dont va être atteint l’un des personnages s’installe petit à petit. Le film est fait de petits indices, de petits détails, qui mis bout à bout donnent déjà des instructions sur ce qui risque de suivre. Bien sûr, l’intrigue est si horrible et si improbable, qu’on rejette d’emblée ce que cela nous laisse imaginer. Cela ne peut pas être vrai, le film ne peut pas tourner ainsi et franchir une telle limite. Et le tour de force de Michel Franco, c’est que même si l’on s’y attend, on reste surpris quand cela se produit.

« Les filles d’Avril » est porté par une actrice extraordinaire, la très belle Emma Suárez qui nous livre encore une fois une interprétation sans aucune faille. Avec ce film, l’actrice trouve là un rôle bien plus sombre, aigri et psychologique qu’il ne le laisse penser au départ. Alors même si parfois, c’est un peu maladroit et que certaines de ses réactions tombent un peu dans les clichés, la noirceur et surtout la tristesse, la solitude de cette femme, tout cela est fascinant et l’on est autant touché que perturbé par elle.

« Les filles d’Avril« , c’est aussi un film dont la mise en scène est un petit moment de grâce, tant le réalisateur a visé la simplicité. Ici, il nous entraîne au plus près de cette famille et nous place un peu comme les témoins indiscrets et surtout impuissants du drame qui va se produire. Michel Franco réussit à nous mettre mal à l’aise, installant une tension dans l’incompréhension de son histoire. Et même si parfois on peut trouver à en redire sur ces personnages, comme Mattéo qui est bien naïf (mais en même temps si compréhensible) ou encore la plus vieille des sœurs, qui est une mono-expressive dont on ne comprend pas le personnage et elle finit par agacer, « Les filles d’Avril« , de par ses deux actrices principales et son histoire, fascine et fait oublier ses défauts.

Pour son quatrième film, Michel Franco a donc fait un excellent film dont l’horreur de l’histoire perturbe énormément. Si au début on est tout sourire devant cette famille qui s’agrandit dans l’amour, le réalisateur a su installer peu à peu sa noirceur, et surtout installer une psychologie extraordinaire sur l’un de ses personnages. Si l’on fouille un peu, tout peut s’expliquer et ça, c’est vraiment excellent.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net