Sleepless – Jamie Foxx Trotte

De : Baran Bo Odar

Avec Jamie Foxx, Michelle Monaghan, Dermot Mulroney, David Harbour

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Action

Résumé :

Une grosse livraison de cocaïne destinée à la mafia est détournée. Vincent Downs et Sean Tip, deux flics de Las Vegas, sont rapidement suspectés. La police des polices les met sous pression. La mafia aussi. En kidnappant le fils de Downs, la mafia franchit la ligne blanche : blessé et traqué, Downs va devenir un adversaire brutal et impitoyable. Il est prêt à tout pour sauver son fils et il n’a qu’une nuit devant lui.

Avis :

Baran bo Odar est un réalisateur suisse pour le moins discret qui a beaucoup tourné en Allemagne. N’ayant que quatre films au compteur (en comptant « Sleepless« ), il n’y a que son deuxième film, « Il était une fois un meurtre« , qui a connu une certaine notoriété, allant même jusqu’à être projeté dans nos salles de cinéma.

Après « Who Am I – Kein System ist sicher« , un thriller connecté qui abordait le Hacking, encore inédit chez nous, Baran bo Odar est parti vers les Etats-Unis pour son premier film américain. La bande annonce de « Sleepless » laissait espérer un thriller musclé et sombre, dans la veine d’un « Au bout de la nuit » ou un « Collatéral« , mais le résultat va être bien moindre. Si le film reste un petit objet sympathique de divertissement, il n’en restera pas moins une déception, tant l’intrigue ne propose rien de neuf, offre des personnages bêtes et finalement reste plus que convenu dans son ambiance et sa mise en scène. « Sleepless » est donc une petite déception, qui se laisse regarder et qui risque de s’oublier tout aussi vite et c’est bien dommage.

Vincent Downs et son collègue viennent de détourner une grosse livraison de cocaïne. Vincent et son collègue sont flics et ils comptent bien faire du bénéfice sur cette prise, mais la cocaïne qu’ils ont volée appartient à l’une des familles les plus puissantes de la ville. Très vite, la dite famille enlève le fils de Vincent et lui donne trois heures pour rendre la marchandise, sinon la sentence pour le gamin sera terrible. Alors qu’il fait tout pour libérer son fils, Vincent va avoir la police des polices sur le dos.

Si le film reste « sympathique » à regarder, on ne peut pas dire non plus qu’il soit terriblement passionnant, la faute à un scénario prévisible et des personnages assez bêtes, dont certaines décisions sont contestables. « Sleepless« , c’est un scénario qui pêche, ne faisant que remplir sans grande conviction le cahier des charges du film de flic corrompu qu’il doit tenir.

Ainsi, « Sleepless » nous propose une intrigue convenue qu’on voit arriver à plusieurs lieux à la ronde. Le film s’enchaîne comme une mécanique bien trop huilée, en ne prenant pas le temps d’approfondir ses personnages, ce qui donne une impression de caricature. Le père de famille qui a délaissé femme et enfant, le méchant qui n’est que méchant, la femme infirmière, la police des polices qui ne réfléchit pas un instant (une grosse incompréhension nous guette vers la fin)… Bref, aussi bien dans les personnages que dans l’intrigue, tout sonne préfabriqué, rien n’est subtil et le tout ne laisse aucune place à la spontanéité. Aucune surprise ne vient nous scotcher à notre fauteuil et finalement, la séance se passe comme elle doit se passer (un peu d’efficacité, mélangée à rien d’incroyable et beaucoup d’ordinaire) et c’est bien dommage, car avec ce manque de surprise, le film de Baran bo Odar reste dans ses grandes lignes, divertissant, et l’on ne peut qu’imaginer ce qu’il aurait été avec un scénario plus dur et une mise en scène plus percutante.

Car oui, là aussi le film pêche un peu. Si dans le fond « Sleepless » est bien filmé et propose quelques bonnes scènes de gunfights, on est loin d’un thriller qui a de la gueule. L’ambiance fait le minimum, n’osant jamais aller là où on aurait voulu. On sent que « Sleepless » est un film qui a été conçu pour plaire au plus grand nombre et en fin de compte, « Sleepess » est un triller qui se regarde, plus qu’il ne se vit.

On ajoutera à cela un Jamie Foxx qu’on a connu en meilleure forme, une Michelle Monaghan qui ne sert pas à grand-chose, dont on a bien du mal à croire qu’elle puisse mettre une droite à Jamie Foxx et un Dermot Mulroney tout en caricature. Finalement, il n’y a que le malsain Scoot McNairy qui arrive à tirer son épingle du jeu.

« Sleepless » est donc une petite déception. Si le film reste plus ou moins efficace et divertissant, on attendait bien plus fort, plus percutant et bien mieux de la part du réalisateur de « Il était une fois un meurtre« . Basique, bête et méchant, « Sleepless » se regarde et s’oubliera et c’est vraiment dommage.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net