Assaut

Titre Original : Assault on Precinct 13

De : John Carpenter

Avec Austin Stoker, Darwin Joston, Laurie Zimmer, Martin West

Année : 1978

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier, Action

Résumé :

Pour sa première mission le lieutenant Bishop est chargé de surveiller un commissariat en voie de désaffectation à Anderson, les nouveaux locaux étant déplacés de quelques centaines de mètres. Non loin de là, un car transporte trois condamnés à mort, dont l’ennemi public numéro 1, Napoléon Wilson. Bientôt l’autobus pénitentiaire est contraint de s’arrêter à Anderson pour soigner un passager. Pendant ce temps, un père de famille Lawson, qui vient de venger l’assassinat de sa petite fille, trouve lui aussi refuge dans le commissariat, sous l’assaut d’un gang.

Avis :

Second film de John Carpenter après son ovni de fin d’études « Dark Star« . Si aujourd’hui ce second film est culte, il faut dire qu’au moment de sa sortie US, le film fut un échec critique et commercial et il faudra alors à John Carpenter de passer l’Atlantique, pour que son film trouve un grand succès, notamment en Europe.

Après son délire spatial, John Carpenter revient avec un thriller urbain. Sorte de huis clos piégé, John Carpenter livre-là un film redoutable qui ne fait que monter en pression.

Sur un scénario aussi minimaliste que solide, Big John se lance dans un film sur l’incompréhension et l’ennemi invisible. Et c’est sur ces faits que John Carpenter analyse les réactions humaines, le sens du devoir et de la justice, le tout dans une ambiance presque apocalyptique qu’on ne peut qu’apprécier. Bref, un pur film d’action et de tension, qui demeure quasi jubilatoire.

Ce soir-là, le lieutenant Bishop est chargé de surveiller un vieux commissariat qui est en train d’être transféré. Ce soir-là, il ne devait rien se passer de particulier. Mais ce soir-là, et plus précisément cette nuit-là, un père de famille se venge de l’assassinat de sa fillette. Poursuivi par les complices du meurtrier, cette nuit-là, le père se réfugie dans ce commissariat presque désert et bientôt ce dernier se trouve encerclé pour des hordes de gangs qui n’ont pas peur de la mort et sont prêts à tout pour laisser éclater leur haine et leur folie.

Classique de la filmographie de l’immense John Carpenter, « Assaut » est une magnifique réussite de tous les instants.

Avec ce huis clos, John Carpenter livre là un film d’action intense, un thriller prenant, une analyse de la folie humaine aussi bien que des rapports humains. C’est là, piégé dans un commissariat face à une menace quasi-invisible et totalement imprévisible, que John Carpenter va livrer un très bon drame où flics et meurtriers vont devoir s’unir pour lutter et surtout essayer de survivre à cette folle nuit.

Ce qui est génial avec « Assaut« , c’est que le film est bien plus intelligent et sérieux que le simple film d’action qu’il laisse imaginer. Si la « partie » action est rudement menée avec rythme et talent, la partie psychologique du film et les affrontements au sein même de ce commissariat assiégé sont passionnants. Ici, John Carpenter, à travers plusieurs personnages bons ou mauvais, analyse les peurs, les incompréhensions et bouscule certaines idées reçues. Certains personnages bons sont prêts à tout pour sauver leur peau, alors que ceux considérés comme mauvais peuvent dégager de vraies valeurs.

Dans ce film, tous les personnages sont dans le même bain comme le rappelle l’un d’entre eux et l’on appréciera donc les tensions internes, ainsi que les alliances, les certitudes, les incertitudes et le respect qu’on trouve dans ce commissariat qui vit ses dernières heures.

De plus, le scénario dégage une sorte de mystère face à ses assaillants, dont on ne sait quasi rien. Et c’est dans un chaos total que John Carpenter les filme tels des zombies, sans peur, sans réaction et sans âme. Le réalisateur ajoutera presque une touche de fantastique sur certains détails, comme ces cadavres qui sont enlevés sans que personne ne s’en rende compte.

« Assaut« , c’est aussi une ambiance géniale. Une ambiance chaotique, violente, imprévisible et tendue. Une ambiance où la peur et la survie prédominent dans un sentiment d’apocalypse. John Carpenter a très bien su mettre en scène les assauts, comme les défenses et alors qu’une fois lancé on ne sort pas de ce commissariat, John Carpenter a toujours su donner de l’intérêt à son film.

Ce sentiment d’apocalypse est aussi tenu par l’impeccable BO signée John Carpenter lui-même. Une BO presque aussi culte que le film lui-même. Dès les premiers instants du film, la musique est présente et en plus de nous faire comprendre qu’on est chez Big John, elle donne le ton de la tension directement et ne nous lâchera plus jusqu’à son final.

« Assaut » est donc un excellent cru parmi l’excellence de la filmographie de Big John. Aussi prenant que percutant, aussi tendu que passionnant, John Carpenter livre ici un film qui mérite bien plus qu’un seul visionnage.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net