mars 7, 2021

Song to Song

De : Terrence Malick

Avec Michael Fassbender, Ryan Gosling, Rooney Mara, Natalie Portman

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Une histoire d’amour moderne, sur la scène musicale d’Austin au Texas, deux couples – d’un côté Faye et le chanteur BV, et de l’autre un magnat de l’industrie musicale et une serveuse – voient leurs destins et leurs amours se mêler, alors que chacun cherche le succès dans cet univers rock’n’roll fait de séduction et de trahison.

Avis :

Terrence Malick est l’un des plus grands réalisateurs, mais aussi l’un des plus contestés, sur ces dernières années. Depuis sa Palme d’Or pour « The Tree Of Life« , Terrence Malick s’est lancé dans une carrière visuelle plus que scénarisée, si l’unanimité de ses premiers films était claire, ses derniers ne se laissent pas donner si facilement, même pour les amoureux de Terrence Malick. Alors que je suis fasciné par le réalisateur, son avant dernier, « Knight of Cups« , fut un profond ennui.

« Song To Song« , sa dernière expérience en date, donnait l’impression que Malick pouvait être de retour sur la route d’un scénario, plus que sur son visuel expérimental, mais il n’en sera rien, même s’il est clair que « Song To Song » détient un scénario, un propos et une pensée. Avec ce nouveau film, Terrence Malick nous invite donc à faire une expérience rock, et la toile d’images qu’il va peindre va être fascinante pour certains, comme, elle sera d’un ennui quasi-mortel pour d’autres… En somme, « Song To Song » est bel et bien un film tout ce qu’il y a de plus Malickien post 2010.

Austin au Texas, pendant plusieurs festivals de rock, deux couples se rencontrent, se découvrent, s’aiment, se déchirent et évoluent. L’une est musicienne, l’autre est serveuse. L’un est lui aussi musicien, l’autre est producteur de disques. Ces quatre âmes perdues s’entrecroisent, nouent des liens, s’amusent, espèrent, le tout dans un vent de folie, d’amour, de sexe et de drame…

Comme tous les derniers films de Terrence Malick, il est très difficile de poser des mots tant l’expérience est quasi unique pour chacun. Prenez une salle normale de cinéma, interrogez les personnes en sortant de la salle et personne n’aura vu le même film, tant le réalisateur est un peintre d’émotions et son dernier est loin d’échapper à cette règle.

Si pour celui-ci, Terrence Malick a fait l’effort de fournir un petit scénario qui est tout à fait compréhensible dans ses grandes lignes, il n’en reste pas moins que dans sa forme, dans son montage et son rythme, « Song To Song » risque d’avoir la peau de plus d’un spectateur.

Film expérimental, « Song To Song » résonne comme une quête du bonheur. Une quête qui, comme son nom l’indique, est un parcours semé de rencontres. Et c’est à travers ces rencontres bonnes ou mauvaises, que le réalisateur questionne sur le sens de la vie et de l’amour. La célébrité, l’artiste ou la simplicité s’entrechoquent au grès de scènes qui, il est vrai, n’ont pas vraiment de cohérence dans l’espace ou dans le temps. Ici, Terrence Malick filme des morceaux de vies, de réactions et de réflexions, tenu pas un casting incroyablement bon. Nathalie Portman a rarement été aussi belle, Rooney Mara est incroyable, Fassbender et Gosling sont excellents, Cate Blanchett est un moment de poésie et je ne parlerai pas des guests qui restent sympa à voir. Mention à Val Kilmer.

Comme beaucoup de ses derniers films, Terrence Malick nous pose en témoin de la toile de maître qu’il est en train de composer à grand coup de montages, d’images incroyables et ressenties entremêlés. Et un peu comme devant une toile de maître, une peinture, ou plus simplement encore une photographie, on est touché ou non. Et ce ressenti peut même s’exercer à l’intérieur même de son film. Certaines scènes vont être sublimes, d’une émotion palpable, quand on cherchera la raison de leur présence ou même ce qu’elles nous racontent, pour d’autres.

« Song To Song » ne peut donc que diviser, tant c’est un cinéma radical, tant c’est un film encore une fois unique en son genre.

Entre douceur, poésie et violence, rien ne change sur l’expérimentation de Terrence Malick. Je ne peux donc vous conseiller de découvrir le film ou non, tant l’expérience est unique à soi-même. Pour ma part, c’est un film que je reverrai avec plaisir d’ici quelques années. Et pour finir, j’ai envie de vous dire de vous faire votre propre idée, tout en sachant quand même où vous mettez, les pieds, les yeux, et même votre cerveau…

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.