In This Moment – Ritual

Avis :

Le métal est très souvent perçu comme une musique masculine, ciblant un public de niche particulier. Mais si on tend un peu l’oreille et que l’on gratte le vernis des groupes qui ont fait les beaux jours du genre, on peut se rendre compte qu’il y a de plus en plus de voix féminines qui se font entendre. A un tel point que certains petits pervers se sont amusés à établir des classements de chanteuses de métal les plus sexy, offrant même des récompenses à ces dernières. Comme si métal et Miss étaient quelque chose de compatible. Bref, tout ça pour dire que dans le milieu du métal, les femmes s’imposent de plus en plus, et dans tous les sous-genres. On peut citer en vrac Arch Enemy dans le Death, Nightwish ou Within Temptation dans le métal symphonique, Jinjer dans le metalcore, Eluveitie dans le folk ou encore In This Moment dans le métal industriel. Et c’est ce dernier groupe qui va nous intéresser, non pas parce que Maria Brink, la chanteuse, a été élue Bombe la plus sexy du métal en 2010, mais parce que Ritual est leur sixième album et qu’il propose un léger changement de direction de la part du groupe qui, même s’il reste dans un métal industriel très prononcé, propose aussi un rock gothique à l’ambiance très forte. Maintenant, est-ce une bonne chose ?

Le skeud débute avec Salvation qui n’est qu’une longue introduction de plus de deux minutes et qui instaure une ambiance assez poisseuse, nous transportant dans une ambiance digne d’un film d’horreur avec ce qu’il faut d’orage et de bruits inquiétants. Cependant, on peut regretter que le morceau soit trop long pour une introduction, même s’il reste en corrélation avec la jaquette, laissant à penser que la ligne directrice de cet album se situe entre l’ésotérisme et la possession. L’album démarre vraiment avec Oh Lord, qui fut aussi choisi comme première piste pour vendre la sortie de la galette. Le titre est assez surprenant et s’éloigne grandement de la violence de In This Moment. Démarrant sur un rythme très scandé à base de mains qui tapent et d’un piano, on se croit en plein délire de sorcières lors d’un sabbath avec quelque chose de lent, d’assez lourd mais qui ne décolle jamais vraiment, hormis lors d’un refrain assez timide, plus puissant, mais qui beaucoup moins heavy que ce à quoi le groupe nous avait habitué. En fait, on sort complètement du métal industriel pour tomber dans un rock gothique plaisant, mais étonnant de la part de la formation. Est-ce que l’on pourrait appeler cela de la maturité ? Peut-être. En tous les cas, cela montre une volonté de s’écarter un peu de sa zone de confort, et le groupe réussit son coup malgré un manque de variation flagrant. Il reste néanmoins la sublime voix cassée de Maria Brink. Cette langueur, on la retrouvera dans tout l’album, avec des titres plus ou moins prégnants, comme Witching Hour (encore des sorcières), Evil Twin et son refrain ultra efficace ou encore Lay Your Gun Down qui clôture cette album de façon éthérée et très douce.

Fort heureusement, le groupe ne se reposera pas sur ce changement de direction pour fournir aussi ce qu’il faut en énergie et coup d’éclat. Le premier survient avec Black Wedding, dans lequel on peut entendre le mythique Rob Halford (Judas Priest). Débutant avec un piano et une batterie électro, le groupe va vite revenir à ses premiers amours de métal indus en puissant dans la voix de la chanteuse et dans un refrain qui rentre immédiatement en tête et qui retrouve enfin des riffs agressifs et bien lourd. Alors certes, c’est moins noir que le reste du skeud, mais le titre est résolument le plus efficace et celui qui donne le plus envie de bouger la tête. Notamment lors d’un break dantesque qui laisse parler la foudre un court instant. Ce son qui faisait l’identité de In This Moment se retrouve aussi dans Joan of Arc avec ses sonorités électriques rapides qui laissent ensuite libre court à un rythme très nerveux de la part des grattes. Et malgré un refrain gentillet, le morceau s’avère prenant et efficace. On peut aussi citer Half God Half Devil qui s’avère être un titre assez classique dans sa structure mais qui reste suffisamment puissant pour se faire remarquer. Enfin, difficile de passer outre Roots qui résonne comme l’un des meilleurs titres de l’album, notamment grâce à cette distinction frappante entre un couplet langoureux et un refrain puissant, laissant Maria Brink exploiter sa voix de manière parfaite.

Au final, Ritual, le dernier album en date de In This Moment, est un bon skeud qui marque un certain changement de cap pour la formation. Si on ressent toujours les insertions de métal indus, on ne pourra pas échapper à l’orientation plus rock gothique et un choix de thématique horrifique sur les sorcières plutôt plaisant mais qui risque de laisser sur le carreau les fans de la première heure. En l’état, on obtient un album finalement assez équilibré, plus calme qu’à l’accoutumée, mais qui reste d’une qualité supérieure avec une volonté de proposer autre chose, dans une optique d’évolution future.

  1. Salvation
  2. Oh Lord
  3. Black Wedding feat Rob Halford
  4. In the Air Tonight
  5. Joan of Arc
  6. River of Fire
  7. Witching Hour
  8. Twin Flames
  9. Half God Half Devil
  10. No Me Importa
  11. Roots
  12. Lay Your Gun Down

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net