Cellar Darling – This is the Sound

Avis :

La Suisse est un pays réputé pour sa neutralité. Bon, aussi pour son fromage et ses chocolats, mais on oublie aussi que la Suisse possède l’un des meilleurs groupes de Folk Métal, Eluveitie. Enfin, possédait plutôt. En effet, c’est l’année dernière que le groupe explose littéralement suite à des divergences artistiques et on pensait bel et bien que la formation ne résisterait pas. C’était sans compter sur trois membres, la chanteuse Anna Murphy, qui manie aussi la vielle à roue, le batteur Merlin Sutter et le guitariste Ivo Henzi, qui manie aussi la basse à ses heures perdues. Ensemble, il ne laisse pas le temps filer et décide de fonder Cellar Darling directement après la séparation du premier groupe. Après quelques titres éparpillés de-ci de-là, This is the Sound pointe le bout de son nez. Premier album donc, mais pour trois artistes confirmés qui vont essayer de survivre à la perte de leur précédent groupe. Et qu’est-ce qui se cache derrière Cellar Darling ? Et bien un groupe qui mélange métal et folk avec quelques instruments inédits, mais qui va se rapprocher aussi d’une tonalité plus rock, moins virulente en l’absence de chant guttural. De ce fait, This is the Sound est un album sympathique, mais auquel il manque quelque chose pour pleinement satisfaire.

Le skeud débute pourtant de manière très efficace. Avalanche entame donc le trajet et c’est un titre qui fonctionne à plein régime. Détenant un refrain ultra entêtant et très simple à mémoriser, le groupe structure un titre classique, avec ce qu’il faut de couplets calmes, de refrains dynamiques et de quelques insertions d’instruments folkloriques, comme la vielle à roue. Les riffs sont efficaces même si on pourra reprocher au titre de ne pas proposer de vrais breaks intéressants avec des solos plus marqués. Le groupe cherche l’efficacité et tombe un peu dans le morceau commercial, ou tout du moins radiophonique. Fort heureusement, tout cela est rattrapé par Black Moon qui arrive derrière. Beaucoup plus sombre dans son approche, on est face au titre le plus efficace de tout l’album, laissant d’ailleurs un champ plus libre pour la chanteuse, qui explore ainsi différentes facettes de sa voix, allant vers des choses plus graves et un refrain relativement puissant. L’ensemble sera confirmé avec Challenge et Hullaballoo, des titres qui font directement penser à leur ancien groupe, tout en étant plus accessible pour le profane. Alors certes, on pourra peut-être reprocher un manque de panache dans Challenge, mais globalement, ça fonctionne et on n’en demande pas plus pour que le groupe puisse faire un second album.

Cependant, Cellar Darling, ce n’est pas que du bon. Si le groupe se montre généreux avec une édition classique composée de quatorze titres et une édition deluxe avec dix-sept morceaux, force est de constater qu’il y a des inégalités, et que sur la longueur, on ne retient pas grand-chose, forçant plusieurs écoutes sans que rien ne se produise. Il manque clairement une identité au groupe, quelque chose qui les fait sortir de la masse, car ce n’est pas avec une simple vielle à roue que le groupe va montrer son originalité, le folk métal étant déjà bien étendu depuis quelques temps, il suffit de jeter un œil à des formations italiennes ou scandinaves. Des titres comme Six Days, Under the Oak Tree (même si le titre reste le plus mélancolique de l’album) ou encore The Hermit, on reste dans une musique très traditionnelle qui ne prend aucun risque, si ce n’est affiché quelques riffs agressifs et une jolie voix féminine. En fait, il manque de la variation et un univers plus marqué. C’est dommage car certains morceaux s’y prêtaient volontiers comme Hedonia et son rythme étrange ou encore Rebels qui ressemble à du Muse des premiers jours, mais l’ensemble ne parvient à marquer durablement le tympan. Alors bien évidemment, le groupe est loin d’être mauvais, on retrouvera d’ailleurs quelques fulgurances dans tout ça, rappelant avec tristesse le sort néfaste d’Eluveitie, mais Cellar Darling a encore pas mal de boulot pour résister aux grands groupes qui évoluent déjà dans le Folk.

Au final, This is the Sound, le dernier album de Cellar Darling, est un skeud sympathique, qui démarre sur les chapeaux de roues, mais qui manque le coche dans sa seconde moitié, avec des morceaux plus alambiqués, moins marquants, moins incisifs. Le groupe manque clairement d’une identité propre et n’arrive pas à marquer l’auditeur avec pourtant un album généreux mais fait un peu à la va-vite.

  1. Avalanche
  2. Black Moon
  3. Challenge
  4. Hullaballoo
  5. Six Days
  6. The Hermit
  7. Water
  8. Fire, Wind & Earth
  9. Rebels
  10. Under the Oak Tree
  11. … High Above These Crowns
  12. Starcrusher
  13. Hedonia
  14. Redemption

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

One Comment to "Cellar Darling – This is the Sound"

  1. Lildrille dit :

    Je suis une grande fan du groupe Eluveitie, alors j’ai testé.
    C’est certain que ça change carrément. Il y a de bonnes choses en tout cas. J’avais déjà du mal avec les musiques où elle chantait, c’était trop lent à mon goût et ça se ressent de nouveau ici. Quand le son de la vielle est là, ça me rappelle de bons souvenirs. Un groupe à suivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net