octobre 1, 2020

Cherchez la Femme

De : Sou Abadi

Avec Félix Moati, Camélia Jordana, William Lebghil, Anne Alvaro

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Armand et Leila, étudiants à Science Po, forment un jeune couple. Ils projettent de partir à New York faire leur stage de fin d’études aux Nations Unies. Mais quand Mahmoud, le grand frère de Leila, revient d’un long séjour au Yémen qui l’a radicalement transformé, il s’oppose à la relation amoureuse de sa sœur et décide de l’éloigner à tout prix d’Armand. Pour s’introduire chez Mahmoud et revoir Leila, Armand n’a pas le choix : il doit enfiler le voile intégral ! Le lendemain, une certaine Schéhérazade au visage voilé sonne à la porte de Leila, et elle ne va pas laisser Mahmoud indifférent…

Avis :

Réalisatrice d’origine iranienne, Sou Abadi s’est faite connaitre par le biais de la production pour des documentaires et des courts-métrages qui tournent tous plus ou moins autour de l’Iran. Ces films, Sou Abadi les produits depuis près d’une vingtaine d’années. Sou Abadi a d’ailleurs réalisée en 2002 « SOS Téhéran« , un documentaire qui, comme son nom l’indique, était sur la capitale de l’Iran.

Pour sa première fiction, la réalisatrice aura mis beaucoup de cœur à l’ouvrage. Il faut dire que son premier film est loin d’être un sujet des plus faciles, puisque Sou Abadi a décidé à travers la comédie de parler de la radicalisation. Bien plus bercé dans le drame que la vraie comédie, « Cherchez la femme » était un projet casse-gueule, qui entre son affiche et sa bande-annonce avait de quoi laisser naître les plus grandes craintes, mais pourtant, on s’y est essayé et c’est pas mal du tout.

Si le film a bien des petits côtés lourds et loin de toute subtilité, ou encore un final qui reste bien trop facile et angélique, on lui laissera une véritable envie de parler de manière positive des différences et laisser un message qui fait du bien. Bref, une jolie petite surprise.

Armand et Leila sont tous les deux étudiants à Science Po et ils sont tous les deux éperdument amoureux l’un de l’autre. Mais leur amour est quelque peu entravé par, premièrement, les parents d’Armand, des réfugiés politiques d’Iran qui sont bien décidés à le marier à la fille de quelqu’un qu’ils connaissent et qui se rapproche de leur communauté. Et deuxièmement, par Mahmoud, le grand frère de Leila, qui revient d’un long voyage au Yemen qui l’a fortement radicalisé.

Quand Leila se voit acceptée pour faire un stage aux Nations Unis à New-York, Mahmoud s’y oppose et la séquestre. Armand, qui ne peut l’approcher, va alors trouver un plan aussi ingénieux que tordu pour pouvoir sauver sa belle.

Un film sur l’islam radical traité entre comédie et drame, il fallait l’oser et Sou Abadi qui s’est battue pour que son projet puisse voir le jour, s’en sort avec les honneurs. Loin des comédies lourdes et ringardes. Loin des drames larmoyants que nous sert habituellement le cinéma français, la réalisatrice nous offre un film qui, s’il a ses défauts, s’avère plaisant, intéressant et surtout véhicule un beau et bon message sur l’éducation, l’amour et la tolérance.

Avec « Cherchez la femme« , Sou Abadi nous invite à aller plus loin que les apparences. Pour cela, elle a imaginé une histoire aussi tordue que drôle, qui étrangement passe plutôt bien.

Si on pourra reprocher à la réalisatrice d’oublier parfois la subtilité, en tombant dans un coté un peu lourd (les potes de Mahmoud ou les parents d’Armand, même si on appréciera que le film aborde leur passé), ou encore le pourquoi de la radicalisation du frère aîné, pour le reste, on se laissera séduire, notamment parce que le film respire une certaine sincérité. On sent la démarche de Sou Abadi vraie et l’on sent qu’elle fait son film pour de bonnes raisons. Ici, il n’est pas question de rancœur ou de polémique, même si « Cherchez la femme » reste un film politique, il s’assume comme tel. Bref, donc ici, il n’est pas question non plus d’attiser le brasier, même si son film reste très osé et la façon dont elle tourne en dérision certaines situations pourrait être au départ mal interprété. Sou Abadi a décidé de volontairement créer une histoire hors norme, rocambolesque et parfois absurde, pour dénoncer certaines choses, actes ou mentalités et pour principalement parler d’amour, de tolérance (le film joue beaucoup avec le regard des autres) et surtout d’éducation. Et c’est là le cœur même de son film. Le message est peut-être parfois un peu maladroit, mais il fonctionne, malgré l’angélisme final, il va droit au but, il est clair et offre du positif.

Sou Abadi, à travers les mésaventures plus tristes que drôles (même si on a vraiment de quoi rire, Félix Moati en femme voilée est tordant, il faut le dire), nous parle de l’importance de l’écoute, de l’importance de l’éducation, des livres, ou de l’importance de ne pas oublier son passé, aussi bien le sien que celui de son pays. Le film offre aussi de bonnes réflexions sur la religion, la croyance ou non-croyance. Et enfin, certes, si c’est parfois un peu lourd, « Cherchez la femme » s’amuse plutôt bien des clichés pour mieux les dénoncer.

« Cherchez la femme » est donc un bon petit film qui nous fait passer un bon moment malgré ses défauts. Si le tout est un peu trop gros pour être vrai et aussi facile, on lui pardonnera devant le positif que le film véhicule et surtout les messages importants qu’il défend.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.