octobre 24, 2020

Pirates de Langkasuka

Titre Original : Puen Yai Jom Sa Lad

De : Nonzee Nimibutr

Avec Sorapong Chatree, Chupong Changprung, Ananda Everingham, Jakrit Panichpatikam

Année: 2008

Pays: Thaïlande

Genre: Aventure

Résumé:

La Reine Hijau et ses deux sœurs, les princesses Biru et Ungu, se trouvent à la tête d’un royaume affaibli. Les pirates viennent de couler le bateau transportant les canons (notamment le Phaya Tani) qui leur auraient enfin permis d’assurer leur suprématie, et de garantir la paix de Langkasuka. Désormais, elles ne doivent plus compter que sur le courage des soldats et sur leurs alliances avec les territoires voisins.

Dans un village de pêcheurs, le jeune Paree développe un talent singulier : le dolum. Son oncle le conduit auprès d’un maître pour qu’il lui apprenne à développer ce don mais celui-ci refuse. Paree grandit et se marie. Il découvre que son oncle ainsi que Lim Kium, un inventeur un peu fantasque qui habite le village, mènent des expéditions punitives contre les pirates.

Avis :

Nonzee Nimibutr est un réalisateur thaïlandais qu’on ne connaît presque pas chez nous. Scénariste et producteur, peu de ses films sont arrivés jusque dans nos bacs et je ne parle même pas des salles de cinéma. On aura bien vu son nom dans la salle, en tant que producteur, puisqu’il a notamment produit, ou en partie produit, quelques films de frères Pang (« The Eyes« , « Bangkok dangerous« ).

Avec près d’une dizaine de films au compteur, « Pirates de Langkasuka » est le premier, et peut-être bien l’unique, film que l’on pourra voir de Nonzee Nimibutr. Non pas que son film soit mauvais, mais malheureusement, sur la dizaine de films, seuls deux sont arrivés chez nous.

La Reine Hijau et ses deux sœurs, les princesses Biru et Ungu, se trouvent à la tête d’un royaume affaibli. Les pirates viennent de couler le bateau transportant les canons qui leur auraient enfin permis d’assurer la sureté du royaume, et de garantir la paix de Langkasuka. Désormais, elles ne doivent plus compter que sur le courage des soldats et sur leurs alliances avec les territoires voisins.

Dans un village de pêcheurs, le jeune Paree développe un talent singulier : le dolum. Son oncle le conduit auprès d’un maître pour qu’il lui apprenne à développer ce don, mais celui-ci refuse. Paree grandit et se marie. Il découvre que son oncle ainsi que Lim Kium, un inventeur un peu fantasque qui habite le village, mènent des expéditions punitives contre les pirates…

« Pirates de Langkasuka » ou le petit film venu de Thaïlande qui démontre bien qu’il ne faut pas juger avant d’avoir vu un film. Sorte de Blockbuster en son pays, qui fut même présenté au Festival de Venise (et c’est peut-être pour cela qu’il a réussi à nous atteindre…), ce petit cru signé Nonzee Nimibutr est un bon et honnête petit divertissement.

Doté d’une histoire intéressante et qui se tient, même si parfois, on peut se poser des questions sur l’avancement de l’intrigue, Nonzee Nimibutr nous entraîne dans un monde où guerre, trahison, complot princiers, magie, pouvoir et force du mal sont de mise. « Pirates de Langkasuka« , c’est un film qui emprunte au surnaturel, au fantastique, aussi bien qu’au drame en costume, et à la tragédie « grecque » avec des dilemmes complexes et surtout un parcours semé d’embûches pour son héros principal qui va tout perdre afin de se trouver lui-même.

Les personnages sont sympathiques à découvrir et l’on apprécie de les suivre dans leurs aventures. Tout comme on appréciera de découvrir leur monde, leur tradition, leur mythologie et leur rivalité.

Bon après, je ne peux nier que toute la philosophie évoquée, qui doit surement s’approcher du folklore thaïlandais, a tendance à parfois nous laisser sur le carreau. Et ce qui est assez drôle, c’est qu’on a envie d’y croire, on l’accepte même, alors que parfois, on est complétement largué, entre le mec qui dirige les poissons en poussant des cris ou encore le fait que le héros puisse rester en apnée des heures et des heures grâce… En fait, je ne sais pas.

« Pirates de Langkasuka » est un film devant lequel on va savourer le cachet. Si le manque de budget est criant sur certaines séquences qui se veulent spectaculaires, alors qu’elles sont loin de l’être par manque de moyens, on appréciera le voyage, les paysages superbes, les décors qui ont de gueule, tout comme les costumes et les couleurs que le film détient. Si les effets spéciaux sont parfois dépassés, il en ressort une vraie volonté d’offrir un spectacle généreux et cette volonté sincère rend le film touchant et attachant, alors que l’on ne l’aurait pas autant apprécié ou pardonné si facilement à un film d’Hollywood lambda.

Cette sincérité, on la ressent aussi du côté des acteurs qui, s’ils ne jouent pas forcément de manière juste, trouvent des personnages attachants et l’on a envie de les suivre dans leurs aventures, même les plus pourris.

« Pirates de Langkasuka » fut donc une bonne petite expérience. S’il est clair que le film ne bouleversera pas les choses, qu’il sera même peut être oublié dans mon esprit avec les années, je le reverrais avec plaisir. Avec ce film, on part vers d’autre cinéma, d’autre façon de faire (et c’est très bien, en plus de changer un peu de ce qu’on a l’habitude de voir) et même si le film a des couacs, des coquilles, des maladresses et des moments vraiment what the fuck dans son montage ou dans son intrigue, il demeure un divertissement honnête et sympathique.

Note : 12,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.