septembre 28, 2020

Les Yeux de sa Mère

De : Thierry Klifa

Avec Catherine Deneuve, Géraldine Pailhas, Nicolas Duvauchelle, Marisa Paredes

Année : 2011

Pays : France, Belgique

Genre : Drame

Résumé :

Un écrivain en mal d’inspiration infiltre la vie d’une journaliste star de la télé et de sa fille danseuse étoile pour écrire à leur insu une biographie non autorisée. Pendant ce temps, en Bretagne, un garçon de 20 ans, Bruno, qui habite avec ses parents, ne sait pas encore les conséquences que toute cette histoire va avoir sur son existence…

Avis :

Thierry Klifa est un journaliste du magazine de cinéma Studio qui s’est reconverti en réalisateur. Il a travaillé onze ans pour le magazine avant de tourner un premier court-métrage qui lui a ouvert la porte pour un premier long en 2004 avec « Une vie à t’attendre« . Depuis, Thierry Klifa a tourné trois autres films et son dernier, « Tout nous sépare« , sortira en Novembre de cette année et réunira Mademoiselle Deneuve et le rappeur Nekfeu qui trouvera là son premier rôle au cinéma.

Pour son troisième film, Thierry Klifa revient avec un drame aussi beau qu’il est inégal.

Emporté par des acteurs au top, « Les yeux de sa mère » détient une très belle histoire de famille et aborde de vrais sujets durs. Mais si bien soit-il, il faut dire que le film se trouve être aussi bloqué par d’autres sous histoires plus confuses et finalement, même si le film reste très appréciable, son intrigue aura eu du mal à démarrer au départ.

Mais bon, une fois lancé, le film nous touchera et l’on se laissera plonger dans « Les yeux de sa mère« …

Mathieu Roussel est un journaliste et écrivain qui a réussi à se rapprocher de Lena Weber, une célèbre présentatrice du journal de vingt heures. Son but, écrire une biographie non autorisée de la journaliste. Pour cela, il fouille le passé de cette femme, noue contact avec la fille de cette dernière qui ne lui parle pratiquement plus et découvre même plus qu’il en espérait.

Pour son troisième film, Thierry Klifa a décidé d’aborder la famille et ses relations à travers un journaliste ambigu à la recherche d’un « scoop ».

« Les yeux de sa mère » est un film qui saura autant captiver l’attention, qu’il saura aussi poser des questions sur certaines étrangetés de ses éléments.

Avec ce film, le réalisateur s’attarde avec intrigue sur la famille dans tout ce qu’elle peut avoir de sourd, de plus triste, de plus sombre, de plus ambigu, ou encore de plus attachant. Dans cette famille, impossible de communiquer. Ici, on s’écoute plus pour se répondre que pour se comprendre et « Les yeux de sa mère » développe très bien la relation, ou plutôt la non-relation mère/fille entre Catherine Deneuve et Géraldine Pailhas. On sent que cette relation comptait pour le réalisateur et que finalement, son écrivain infiltré n’est qu’un prétexte à l’intrigue.

Idem, le film développe très bien le thème de l’adoption à travers les personnages de Géraldine Pailhas et de Jean-Baptiste Lafarge. Le personnage de Géraldine Pailhas ayant abandonné son enfant à cause de son jeune âge, mais aussi par ambition et son envie de carrière et finalement, elle se fait rattraper par son passé, ses sentiments, et son envie de savoir. Thierry Klifa parle très bien de l’envie de cette mère, et dans un autre sens, il parle tout aussi bien du ressenti chez le jeune homme, de son refus, de sa peur, et plus largement de celui ressenti par la famille adoptive.

« Les yeux de sa mère« , c’est aussi une intrigue qui tombe sous le charme de l’écrivain qui fait irruption dans cette famille. Chacun des membres est attiré par ce jeune homme ambigu, et même si parfois on peut se demander où le film veut en venir, il n’en restera pas moins que nous aussi, on a quelque peu tendance à tomber sous le charme.

Reste toutefois que le film est inégal et flou, avec cet écrivain et surtout les histoires amoureuses qui l’entourent. Même si l’on sait qu’il n’est qu’un prétexte, on se demande pourquoi il est aussi présent. Qu’est-ce qu’il cherche, puisse qu’il a l’air aussi perdu que nous (en plus d’être torturé comme garçon) ? Qu’est-ce que veut nous raconter le réalisateur ? Et de ce côté-là, on aura un goût d’inachevé, un goût de frein, comme si Thierry Klifa ne savait quoi faire de toutes ses idées. C’est dommage, car si le film reste agréable à découvrir, si les relations entre les personnages sont jolies quand on les prend à part et que bien souvent, elles sont touchantes, ce sentiment a tendance à primer et faire redescendre quelque peu le bien qu’on pense du film.

« Les yeux de sa mère« , c’est un film d’acteurs et d’actrices et on peut dire que Thierry Klifa leur laisse la belle part, car si le film est inégal, leur justesse rehausse les bons sentiments qu’on peut éprouver face au film. Catherine Deneuve est éblouissante, Géraldine Pailhas est étonnante en danseuse étoile, Jean-Baptiste Lafarge s’offre un excellent baptême de l’air, Nicolas Duvauchelle intrigue même si son personnage n’arrive pas à tenir tout le temps la route. On trouvera aussi Marisa Paredes qui se débrouille très bien en français. Et l’on notera la présence de Karole Rocher qui est toujours une bonne chose.

« Les yeux de sa mère« , même s’il a des moments flous et un personnage qu’on n’arrive pas vraiment à saisir, reste un film plaisant, car Thierry Klifa a très bien su parler de ses sujets et notamment de la famille, de cette écoute, ou cette façon de ne pas s’écouter. Et puis, les acteurs sont si justes, et parfois vraiment touchants, qu’on passe un bon petit moment devant ce troisième métrage de Thierry Klifa.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.