décembre 5, 2020

Nous Trois ou Rien

De : Kheiron

Avec Kheiron, Leïla Bekhti, Gérard Darmon, Zabou Breitman

Année : 2015

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre-ensemble.

Avis :

Kheiron fait partie des comédiens et humoristes français qui ont percé au cours de la dernière décennie. Au départ sur scène, c’est sa rencontre et sa collaboration avec Kyan Khojandi et Navo, notamment sur la série « Bref« , qui le met en lumière.

Touche-à-tout, Kheiron n’est pas un comédien humoriste comme les autres, puisqu’il s’essaie au stand-up, à l’improvisation, aux chroniques pour des émissions télés, puis plus récemment à la mise en scène et à la chanson, enfin plus précisément au Rap (il a un EP derrière lui déjà).

Après avoir fait une petite apparition au cinéma dans « Les gamins« , Kheiron se lance dans un premier long métrage, « Nous trois ou rien« . Scénarisé par lui-même, « Nous trois ou rien » est surement l’un des films les plus tendres et touchants qu’on ait pu voir ces dernières années. Film on ne peut plus personnel, hommage vibrant d’amour, avec « Nous trois ou rien« , Kheiron a décidé de raconter le parcours terrible de ses parents, de l’Iran oppressé à la France terre d’accueil. Avec ce premier film remarquable, Kheiron nous fait sourire, nous fait pleurer et surtout, il nous interpelle et nous atteint au plus profond et on ne peut que l’en remercier.

Iran dans les années 50, Hibat est un petit garçon qui vit dans une grande famille de douze frères et sœurs. L’Iran est alors sous la dictature et très vite, le petit Hibat qui a la chance d’être bon à l’école, décide de devenir avocat et développe une véritable conscience politique qui l’amènera, en 1984, à fuir son pays avec sa femme et son fils, pour s’installer et continuer le combat en France.

Bien plus triste, tragique et émouvant que drôle, ce premier film de Kheiron s’avère être une très belle surprise, aussi bien dans son histoire que dans sa mise en scène. Revenant sur l’histoire de ses parents, Kheiron livre un film étonnement positif, qui fait du bien. Divisé en deux parties, la première nous entraîne dans un Iran oppressé, où gronde peu à peu la révolution. Kheiron nous présente sa famille et plus précisément son père. De l’école à son éveil politique, de la prison et ses tortures à sa libération, de l’espoir aux désillusions et sa fuite du pays, sans oublier la rencontre de ses parents, Kheiron nous livre un film aussi personnel qu’il est politique. Si l’on peut avoir tendance à sourire devant certaines petites blagues ou encore devant l’envie de ridiculiser le Shah d’Iran (Alexandre Astier absolument génial !), le contexte politique du pays et l’histoire que le comédien nous raconte fait qu’on reste plus attentif qu’autre chose. « Nous trois ou rien« , derrière ses petits aspects comiques est un film plus dur et lourd qu’il n’y parait. Kheiron nous parle de l’Iran, de ses habitants, de ses traditions, de ses espoirs et de ses dictatures, l’une poussant l’autre.

Puis arrive, la seconde partie, quand ses parents vont être dans l’obligation de fuir le pays. Arrivé en France, Kheiron nous entraîne dans un film intelligent et plein de bon sens qui prône le vivre ensemble et la liberté. Peut-être un peu trop angélique, mais loin d’être prétentieux, cette deuxième partie est là aussi un petit délice qui mélange bien l’humour, le drame et le politique. Car oui, dans tous ses aspects, et derrière l’hommage débordant d’amour et de merci à ses parents, « Nous trois ou rien » reste aussi un film politique et Kheiron, que ce soit sur la dictature ou le problème des banlieues, a su trouver les mots justes, la mise en scène subtile, pour ne pas amoindrir la souffrance vécue, tout en offrant un divertissement généreux et touchant qui fait du bien.

« Nous trois ou rien« , c’est bien sûr, Kheiron et Leïla Bekhti qui sont parfaits dans leurs personnages. C’est aussi un Gérard Darmon qu’on n’avait pas vu aussi bon depuis une éternité et tout un tas d’acteurs qui font de plus ou moins fortes apparitions et qui sont vraiment le bienvenu.

« Nous trois ou rien« , c’est donc une petite délicatesse, un bol d’air frais qui arrive aussi bien à nous amuser qu’à nous toucher par une toile de fond très bien tenue. Derrière chaque parcours, il y a une histoire plus ou moins forte et celle des parents de Kheiron était à raconter et le comédien réalisateur le fait avec amour, sincérité, subtilité, humour, et sérieux en même temps. Et le seul petit hic qui vient s’incruster dans ce joli tableau, c’est le pourquoi d’avoir choisi le français pour toutes les scènes qui se passent en Iran ?

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.