Amarcord

De : Federico Fellini

Avec Magali Noël, Pupella Maggio, Armando Brancia, Nando Orfei

Année : 1974

Pays : Italie, France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Dans un bourg italien près de la mer, à l’heure du fascisme triomphant, les enfants trainassent, cherchant des victimes pour leurs blagues innocentes. L’un d’eux va connaître, en l’espace d’une année, une série d’expériences tour à tour drôles, savoureuses et poignantes.

Avis :

Illustre cinéaste italien, Federico Fellini est l’un des papes du cinéma, connu et reconnu pour son travail à travers le monde. Son œuvre est l’une des plus importantes jamais laissée et alors que le cinéaste est décédé depuis plus de vingt ans maintenant, son œuvre convertit encore et encore de nouveaux cinéphiles chaque année.

« Amarcord » est un moment entre fantaisie et réalité, c’est un film onirique, riche, nostalgique et touchant. On s’amuse, on sourit, on rit, on aime suivre les dérives de ses personnages, comme la caméra de son réalisateur et on quitte « Amarcord » avec l’envie d’y revenir.

Italie, quelque part dans un village, dans les années 20/30, alors que le fascisme est en train de monter peu à peu, les enfants du village traînent, vont à l’école et font toutes les bêtises que des gamins de leur âge peuvent faire. L’un d’entre eux, Titta, va vivre bien plus que les autres à travers ses rencontres hasardeuses ou programmées.

À la découverte de « Amarcord« , les premiers mots qui viennent en tête, c’est décalé, burlesque, absurde et drôle. Avec cette plongée dans une Italie triste et chaleureuse, décalée, voire barge, on se laisse totalement guider et séduire par les envies folles et parfois sans queue ni tête de son réalisateur.

Dans « Amarcord« , ça fuse dans tous les sens, ça gueule, ça s’engueule, c’est hystérique, ça fantasme, ça fait des dîners en famille, ça fait la fête, ça se perd dans des arbres, parfois, c’est illogique, d’autres fois fou, et drôlement fou, puis il y a du grotesque, du rêve qui s’entremêle à la réalité ou aux souvenirs fantasmés ou non. Bref, dans « Amarcord« , avec une nostalgie touchante et amoureuse, Federico Fellini nous parle de la vie dans tout ce qu’elle peut avoir de plus simple, complexe ou exubérant.

Et cette vie, c’est à travers les « folles aventures » de ce gamin qu’on rencontre et qui rencontre tout un tas de personnages tous plus surréalistes les uns que les autres. Des personnages qui ont tous quelque chose de tellement particulier qu’on n’a pas envie de les oublier. Drôle, méchant, égoïste ou généreux, et même s’ils sont tous assez exubérants dans leurs genres, chacun d’eux est écrit avec justesse, et interprété avec passion par ses comédiens. Une passion qui est même touchante, tant elle respire la sincérité. Fellini, à travers le personnage de Titta, nous entraîne aussi dans les tranches de vie de ces personnages qu’il décrit à merveille.

Ce qui est excellent aussi avec ce film, c’est que derrière la comédie, derrière les blagues de gamins à l’école ou les fantasmes d’ados sur les belles femmes du village, Fellini, très en arrière-plan, montre un visage acide du fascisme qui monte peu à peu. Et c’est donc de manière presque logique que les rêves, les fantasmes, la folie de vivre, laisse place à un ton plus sérieux. Le film est toujours un régal, mais on sent aussi que Fellini ne veut pas être simplement délirant ou nostalgique, « Amarcord » a un fond, ce n’est pas que des tranches de vie qui s’enchaînent.

« Amarcord« , c’est aussi des comédiens extraordinaires, plus vrais que nature. On a l’impression que Fellini a juste posé sa caméra autour d’eux et il la laissée aux grès de leurs vies. Comment ne pas tomber amoureux de Magali Noël, Armando Brancia (ses excès m’ont vraiment fait mourir de rire, la scène du dîner est un best of à elle seule) ou encore Maria Antonietta Beluzzi et sa plus que généreuse poitrine.

« Amarcord« , c’est la vie dans tout ce qu’elle a de plus beau, de plus doux, mais aussi de plus fou, de plus triste et parfois de cruel. Et c’est donc avec plaisir que je me replongerais bientôt dans cette folie ambiante, dans cette ode à la découverte, aux rêves et à la vie tout simplement.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net