janvier 19, 2021

Once Upon a Time Saison 1

D’Après une Idée de : Adam Horowitz et Edward Kitsis

Avec Jennifer Morrison, Ginnifer Goodwin, Lana Parrilla, Robert Carlyle

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 22

Genre: Fantastique

Résumé:

De nos jours, dans une bourgade du Maine appelée Storybrooke, les contes de fées existent encore. C’est ce que va découvrir Emma, une jeune femme au passé trouble, embarquée dans un merveilleux et tragique voyage par le fils qu’elle a abandonné 10 ans plus tôt. Elle croisera sur son chemin la méchante Reine, qui n’est autre que l’impitoyable Maire de la ville, Blanche Neige, devenue la douce Soeur Mary Margaret Blanchard, Tracassin, l’effrayant expert en magie noire ou encore Archie, le sympathique Jiminy Cricket local. Avec son arrivée, c’est l’espoir de toute une communauté amnésique qui renaît…

Avis :

Le sujet de cette série peut dérouter et même déplaire d’emblée. Comment créer une série intéressante basée sur les contes de fées que nous connaissons si bien ? Comment ajouter à un conte empreint d’une morale parfois peu subtile, des éléments susceptibles d’en faire une série à rebondissements ? Once Upon a Time a réussi ce pari incroyable et est devenu une série familiale aimée par un large public toujours demandeur. Les contes et autres histoires imaginaires, constituent un fond d’intrigues inépuisables !

Les contes de fées existent réellement, tout comme les protagonistes qui les ont rendus si célèbres. Enfin… c’est ce que nous dit la série. Ils vivent tous dans un lieu magique appelée la Forêt Enchantée et vivaient des jours paisibles jusqu’à ce que la Méchante Reine, une personne cynique, cruelle et malsaine ne leur lance une malédiction : le sort noir. Ils se retrouvent alors tous coincés dans notre monde, dans une petite ville du Maine, Storybrooke, en Amérique, et ont tous perdu la mémoire. Ils ne savent plus qui ils sont ou ce qu’ils ont été. Des souvenirs créés de toutes pièces leur ont été implantés afin qu’ils ne reviennent plus jamais à leur vie d’avant. Toutes leurs fins heureuses leur ont été enlevées pour assouvir la vengeance terrible de la méchante reine qui, elle, se souvient de tout et jubile de faire souffrir ses compatriotes de cette manière. Une seule personne peut rompre la malédiction : la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant, née d’un véritable amour.

Et c’est dans le premier épisode que nous rencontrons cette jeune femme de 28 ans, Emma Swan. Le fils qu’elle a abandonné il y a dix ans, Henry, vient la chercher et lui explique que les habitants de la ville où il vit, sont en fait des personnages de contes de fées. Emma le ne croira pas de suite, et à raison, mais décidera quand même de le suivre pour rencontrer sa mère adoptive, la maire de Storybrooke, Regina Mills. La ville en sera perturbée à jamais et Emma ne sera plus la même. Elle deviendra la Sauveuse. Ce contexte est vraiment bien trouvé et donne un but à la série : convaincre Emma des dires de Henry et rompre la malédiction. Chaque épisode est ainsi marqué par ce suspens et va crescendo jusqu’au dernier épisode.

Les épisodes sont divisés en deux parties : ce qui se passe dans notre monde, le présent, et ce qui se passa dans la Forêt Enchantée, avant la malédiction, le passé. Cette alternance est très bien réalisée et ne gêne pas. Les costumes, les décors et les effets spéciaux sont de qualité, même s’ils peuvent paraître très surfaits, et permettent de s’immerger dans un imaginaire grandiose sans problème. Le passé et le présent sont souvent liés, le passé permettant de mieux comprendre le présent ou le complétant. Cette dualité est intéressante et enrichie grandement l’intrigue principale. En effet, la saison enchaîne les sous-intrigues à une vitesse folle. Le spectateur peut se perdre quelque peu avant de retomber sur ses pieds. De plus, les intrigues du passé et du présent ne tournent pas autour des mêmes sujets. Celles du passé tournent plutôt autour des différents personnages et de tout ce qui est lié à Blanche-Neige, au Prince Charmant et au sort noir, alors que celles du présent tournent plutôt autour de conflits liés à Emma Swan et mettant cette dernière en opposition face à Regina Mills. L’histoire de Blanche-Neige et du Prince Charmant est à suivre sur plusieurs épisodes, ce qui peut être frustrant et un peu long, surtout que ces épisodes sont entrecoupés par certains ne parlant pas du tout d’eux.

D’autres épisodes se concentrent sur certains personnages et nous les font découvrir avec ingéniosité en replongeant dans le passé. Par exemple, l’épisode 4 « Le prix à payer » s’intéresse à Cendrillon, l’épisode 5 « la Petite Voix de la conscience » à Jiminy Cricket, la bonne conscience de Pinocchio, l’épisode 9 à Hansel et Gretel et l’épisode 12 à Belle, de la Belle et la Bête, etc. Chaque personnage se voit ainsi livré son lot d’intrigues qui se résoudront petit à petit. L’intrigue principale se voit quelque peu oubliée au profit d’autres histoires. Cela peut paraître gênant dans un premier temps mais l’intérêt des sous-intrigues apparaît bien vite et celles-ci permettent avant tout de nous faire découvrir un monde incroyable et plein de magie. Les amoureux d’imaginaire ne pourront être que conquis.

Cette richesse est absolument captivante et donne sa force à la série. Le spectateur est rapidement fasciné par tous ces héros et héroïnes qui l’ont bercé plus jeune et il en vient même à découvrir des faits étonnants ! Effectivement, Once Upon a Time innove en modifiant ou réinventant les histoires que nous connaissons. Les idées trouvées sont vraiment géniales et s’accordent complètement avec les textes d’origine.

Les personnages sont attachants et ont une force de caractère très attirante, notamment Blanche-Neige qui est prête à tout pour sauver son amour et la Méchante Reine qui déteste tout et tout le monde. Les acteurs ont été bien trouvés et semblent avoir été faits pour jouer ces rôles. Ginnifer Goodwin et Joshua Dallas (Blanche-Neige et le Prince Charmant) jouent un couple d’amoureux vraiment sincère, Lana Parilla (la Méchante Reine) incarne la cruauté et la méchanceté à la perfection, Jared S. Gilmore (Henry) est un jeune garçon au talent prometteur, Jennifer Morrison est une Emma Swan très crédible et passionnée et Robert Carlyle semble totalement à l’aise dans le rôle de Rumplestiltskin, une créature fourbe et mauvaise à l’origine du sort noir.

Le début de la saison est un peu long mais le rythme grimpe rapidement pour terminer en beauté durant toute la seconde partie. Le suspense est à son comble et le bonheur des personnages nous importe vraiment, tout comme la chute de la Méchante Reine. Magie, rebondissements, actions, combats, … tout est bon pour nous faire apprécier chaque épisode et la fin majestueuse de cette saison.

Note : 16/20

 Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.