Beyond Re-Animator

De : Brian Yuzna

Avec Jeffrey Combs, Santiago Segura, Jason Barry, Elsa Pataky

Année: 2003

Pays: Espagne

Genre: Horreur

Résumé:

Le Professeur Herbert West reprend ses expériences sur les morts dans la prison où il est incarcéré.

Avis :

Treize ans auparavant, Brian Yuzna, pour son deuxième film, avait choisi de faire une suite au très bon film de Stuart Gordon. Si « Re-Animator 2 » était moins bon que le premier, il reste très sympa à découvrir. Depuis, Yuzna et Gordon avaient laissé le personnage de Herbert West enterré (dans tous les sens du terme). Yuzna a continué de produire quelques films de Gordon et de son côté, il a aussi réalisé de petits films d’horreur qui sont, pour la plupart, restés dans l’ombre (hormis « Le dentiste« ) et sont bien souvent arrivés en direct to DVD bien longtemps après leur sortie.

Et voici qu’après treize années passées sous silence, le docteur Herbert West nous revient sous la forme d’un direct to DVD. Plaçant son intrigue treize ans après les faits du second opus, Brian Yuzna veut offrir une seconde vie au personnage, toujours incarné par le génial Jeffrey Combs. Mais voilà, si l’idée de retrouver Herbert est toujours plaisante, ce troisième opus ne tiendra pas ses promesses et s’avère le film de trop. Placé dans une prison, là où dans les précédents l’intrigue trop grosse fonctionnait très bien, ici, on peine à entrer dedans et malgré la prison, on a une sensation de déjà vu et les quelques nouveautés dans les expériences d’Herbert sont bien lourdes, ce qui est dommage.

Cela fait treize ans que le Docteur Herbert West est incarcéré dans une prison. Mais les murs et les barreaux ne l’ont pas freiné et discrètement, il continue ses expériences douteuses. Howard, un jeune médecin qui vient d’être embauché, n’a pas choisi cette prison par hasard, puisqu’il connaît Herbert West, qui est le responsable de la mort de sa sœur treize ans plus tôt. Le jeune homme s’est toujours demandé sur quoi travaillé Herbert. Il demande alors que Herbert soit son assistant. Herbert et Howard reprennent les expériences du savant, afin d’aller plus loin encore et d’essayer de rendre leur âme au défunt.

Déception totale, après deux films surprenants, dont le premier qui est inoubliable, ce troisième opus qui arrive après treize années de silence, s’avère bien fade et raté.

Si l’on est heureux de retrouver le personnage d’Herbert West toujours incarné par Jeffrey Combs, pour le reste, on va vite déchanter malheureusement. Brian Yuzna annonce la couleur d’emblée avec une scène d’introduction qui n’arrivera pas à convaincre et passera dans l’histoire le pourquoi de tant d’années de silence. L’idée de coincer le savant dingue en prison n’était pas mauvaise et elle pouvait laisser imaginer des frustrations immenses pour le personnage, qui, rappelons-le, a une légère tendance à se prendre pour dieu. Le film aurait très bien pu nous raconter une évasion et ainsi une libération pour le Docteur et qui l’aurait emmené dans une folie encore plus démente, une fois ses seringues et son sérum retrouvés. Mais non, le scénario se contentera d’une intrigue à laquelle on ne croit pas un instant, c’est-à-dire un jeune médecin de prison qui va recréer en prison les expériences de West, d’abord sur des rats, puis des détenus et bien évidemment tout va partir en vrille.

Ce troisième opus est confus, bordélique et les diverses intrigues qui le jalonnent sont fades, faciles, et déjà vues. Oui, l’énième histoire d’amour est franchement lourde, tant on la voit arriver.

Avec ce film, on a l’impression que le réalisateur et ses scénaristes ont simplement repris les grandes idées de « Re-Animator » et les ont coincées en prison. Le film n’est pas atteint de folie, et tout reste très convenu, même si bien sûr, Brian Yuzna s’est fait plaisir côté gore. Il y a bien une ou deux scènes qui ont leur petit quelque chose en plus, mais on reste à des années de la folie, de la générosité, de l’humour, du fun et de suspens des deux premiers. On a l’impression que le film tombe dans la facilité du gore pour accrocher le spectateur, mais finalement non, « Re-Animator« , c’est plus que du gore. Si le deuxième était quelque peu moins bon que le premier, à la découverte de celui-là, on a tendance à se dire que le second est un petit bijou.

On aurait pu se rattraper avec des personnages attachants, mais là encore ce n’est pas trop ça. Si on est ravi de revoir Jeffrey Combs dans le rôle, on le sent moins investi et seul le final nous redonne vraiment le sourire.

Pour les autres personnages, ça ne vole pas bien haut, puisque la plupart des acteurs en font bien trop et hormis Jason Barry, qui joue le jeune médecin, dont le parcours peut être touchant au final, pour le reste, ils ont plus tendance à agacer et être insignifiant.

Ce troisième opus est donc l’épisode de trop, malheureusement. « Beyond Re-Animator » se laisse regarder avec parfois quelques sourires (rien que la musique d’emblée !) face à de bonnes idées, avec parfois quelques plaisirs, puisque c’est toujours sympa de revoir des personnages qu’on aime bien, mais « Beyond Re-Animator » se laisse regarder avec un goût de déception, et presque de nostalgie. C’est vraiment dommage.

Note : 6,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net